Jean-Jacques Goldman toujours aussi populaire : les secrets d’un mystère

GOLDMAN

Année après année, Jean-Jacques Goldman demeure la personnalité la plus populaire auprès des Français, à en croire le traditionnel baromètre du Journal du dimanche. Et pourtant, l’homme a mis fin à sa carrière d’artiste en 2004, profitant ainsi d’une retraite finalement bien méritée, après une trentaine de millions d’albums vendus.

Quand la musique est bonne, pour reprendre le titre d’un de ses innombrables succès ? Va savoir. La sienne l’était-elle vraiment ? Oui, à condition d’apprécier les voix métalliques à la Claude François qui, justement, n’aimait guère la sienne. Pour le reste ? Au moins, le plébiscité savait-il écrire des chansons, art semble-t-il perdu de nos jours. Elle a fait un bébé toute seule, Encore un matin ou La vie par procuration, ça peut s’écouter sans déshonneur, car c’est construit. Couplets, refrain et pont entre les deux : du travail correct, à défaut d’être renversant.

Restos du cœur et antiracisme : ce conformisme des années 80

Bien sûr, les pointilleux préféreront l’un de ses premiers groupes, Taï Phong, et son tube façon Procol Harum, Sister Jane. Quant aux sceptiques, ils ricaneront devant celui lui ayant valu succès à la fois public et critique, Je te donne, hymne antiraciste niais, cumulant à la fois toutes les abominations musicales et politiques des années 80 : synthés omniprésents et discours de chaisière à la Harlem Désir. « Je te donne toutes mes différences qui sont autant de chances » et tout le toutim. Réécoutée à l’aune des attentats islamistes et de la tuerie de Crépol, la chanson a de quoi laisser dubitatif.

Jean-Jacques Goldman, c’est aussi l’homme des Restos du cœur, dont il fut l’homme lige, des décennies durant, avant de prendre ses distances en 2016. Bref, rien que du fédérateur. Mais cela ne saurait expliquer une telle place dans celui de nos compatriotes. Alors, quelle peut en être la raison ? Sa discrétion, peut-être.

La discrétion comme art de vivre… et survivre

En effet, en une époque où ses confrères semblent passer plus de temps à s’engager qu’à chanter, Jean-Jacques Goldman est toujours resté en retrait. On ne connaît rien de sa vie privée. Pas de divorces fracassants ou de ces maîtresses cachées faisant le bonheur de la presse à scandales. Une parole publique rarissime : pour nos confrères, il doit être plus facile de décrocher un entretien du pape François qu’avec cette sorte d’imam caché de la chanson française. On ne sait d’ailleurs pas plus pour qui il vote, s’il porte à gauche ou à droite. Je marche seul, affirmait-il dans la chanson éponyme. On peut le croire.

Récemment, l’universitaire Ivan Jablonka lui a consacré une biographie, Goldman, véritable succès de librairie. Et le principal intéressé de rétorquer : « Je suis triste pour tous les gens qui se font duper en achetant ces livres qui parlent de moi. » Fermez le ban. Il n’est pas plus prolixe quant à son demi-frère, Pierre Goldman, activiste d’extrême gauche, incarcéré pour trois braquages sanglants avant d’être libéré sous la pression du Tout-Paris médiatique et de tomber sous les balles d’un hypothétique collectif répondant à l’improbable nom d’« Honneur de la police ». On sait juste qu’il allait régulièrement le voir au parloir de sa prison, estimant qu’un demi-frère ayant mal tourné demeurait un frère. Rien de moins, rien de plus.

C’est probablement cela qui n’en finit plus de toucher les Français : cette manière de toujours bien se tenir ; même si c’est à l’écart.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

26 commentaires

  1. Ses chansons nous rappellent notre jeunesse et son retrait discret de la vie publique ne donne pas prise à la critique . Voici je pense pourquoi il est plébiscité tous les ans . Ça ne va pas chercher très loin .

  2. Si JJG est aussi populaire c’est qu’en fait depuis la génération des sstar’s 80 il n’y a plus de véritable relève. Les jeunes les artistes des années 2000 N’ont plus aucune imagination et créativité ou beaucoup moins que leur ainés. On dit que le système éducatif se casse la « gueule » . La chanson en subit les conséquences directement.

  3. Je n’appréciait pas plus que cela Goldman et sa voix m’irritait un peu . Peut-être aussi parce qu’il symbolisait une société surfaite que je voyais se pointer à l’horizon . Pleine de bons sentiments de charity business , qui s’occupe plus de l’image de celui qui en fait sa cause que d’améliorer rééllement le sort des plus pauvres de la planète .
    Le pire aura été à la même époque « we are the world  » affreuse scie médiatique dans laquelle on entendait même l’intervention de Bob Dylan dont il aurait bien pu se passer tellement c’était limite ridicule . Pour ce qui est de Goldman lui même , il a produit des succès à la pelle y compris pour Johnny qui ont le don d’être simples , efficaces et facile à retenir et ont fait le bonheur des amateurs de Karaoké . C’est une personne dont la discrétion contraste avec l’immense succès obtenu pendant plus d’une décennie ! Sympathique !

  4. Bien entendu que ces sondages sont truqués. Liste fermée, mais résultat connu d’avance surtout.

    Personnalité discrète, mystère… tarte à la crème. On sait très bien ce qu’il pensait, et les journalistes mieux que personne. Soutien à la liste Rocard aux européennes, aux Restos du coeur. A Netanyahu et à son frère aussi. Un combat de toute une vie pour gratter des millions à la SACEM. On sait tout.

  5. C’est bien en effet l’avantage de la discrétion. C’est comme si on compare Armanet et Myléne Farmer !

  6. Il aura essayé toute sa vie de racheter les péchés de son demi frère, tout le monde n’a pas la chance d’avoir un demi frère terroriste.

  7. « Suite » de ci-dessous : sa réaction au livre de Jablonka est symptômatique et… merveilleuse je trouve ( sociologie déplacée ).

  8. Bon article ! Juste, qu’il « s’est mis en retrait des restos » à cause d’une petite meute ( très bien pensante dont Attali ) pour sa chanson « bouge toi » ( me semble t-il ) où il expliquait que certains avaient eu une certaine chance ( Trente glorieuses ) et qu’avec l’arrivée de nouvelles maladies, chômage etc il était imporatnt de « se bouger »… Que n’a t-il pas dit là ! ( la bien pensance veillait ). Sinon, la discrétion est appréciée. Tout le monde se répand maintenant, mais il semble que beaucoup de gens apprécient la discrétion, la politesse, le respect donc ( ne pas influencer, pétitionner pour « la ramener » etc ).

  9. Les secrets d’un mystère ? C’est complètement bidon. Sondage à partir d’une liste pré-etablie. Goldman oui /non… Il a quitté la France depuis des années ;ceux qui ne le connaissent pas ne sont pas contre.

    • Oui, on ne m’a jamais demandé mon avis, ni à personne de la connaissance… Qui vote ? Des volontaires ? Et pour qui ? Pour une liste pré -fournie ? Je ne crois pas que beaucoup de moins de 35 ans connaissent Goldman…

  10. Je sais à peine qui c’est…
    J’aimerais savoir qui on décide de ne pas mettre dans la liste de crainte que les Français les choisissent…

  11. Je me souviens encore de la mayonnaise que nous avait monté la gauche mondaine lors du procès du frangin,un bijou d’enfume et d’intimidation . Galop d’essai pour l’agit prop permanente à venir qui nous donne aujourd’hui la smala Traore entre autres. Du très beau boulot trotzkiste.

  12. Sobre et discret il n’étale pas sa vie , il n’en a pas besoin pour gagner sa vie et c’est tout à son honneur .

  13. Je trouve particulièrement ahurissant qu’il soit en tête de ce classement somme toute sans intérêt. Il ne chante plus, il n’habite pas en France et les jeunes générations ne le connaissent pas. En comparaison, nous avons un président qui nous chante la messe en permanence, qui habite en France et dont les anciens perçoivent parfaitement la duplicité, qui donc mérite de ne pas figurer dans un tel plébiscite.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois