Donc, les trois solutions sur la table, après deux jours de réflexion, n’ont pas survécu au génie Castex. Éjection brutale des cogitations précédentes et nouvelle annonce. La nouvelle « indemnité inflation » sera offerte à 38 millions de Français – d’ailleurs, quid des étrangers nécessiteux qui travaillent en France ? -, c’est-à-dire, semble-t-il, aux seuls adultes qui sont, au total, environ 52 millions. On comptera donc 73 % d’heureux bénéficiaires, avec ou sans voiture. Certains étaient déjà possiblement gratifiés d’autres allocations sociales. Pour les couples, c’est chacun des époux qui sera considéré et, si besoin, « indemnisé » dans les mêmes conditions. Scènes de ménage en vue, en cas de disparité de salaires ?

On a d’abord entendu en début de semaine, puis vu Le Maire le mardi et, enfin, Castex en sauveur, un peu confus, le jeudi soir, sur TF1. C’est lui qui tenait le témoin final de cette course-relais d’obstacles en forme de sprint. Le Premier ministre a présenté la solution de la pompe à milliards contre « l’usine à gaz » et privilégié une solidarité large et simplissime face à la gabegie de la détaxe pour tous !

Le montant de cette largesse gouvernementale est annoncé à 3,8 milliards. Prenant en référence le coût de 500 millions pour un centime de moins au litre à la pompe, on peut en déduire, avec une petite règle de trois, que ces milliards pourraient abaisser le prix du litre de 7,6 centimes.

En cette fin de semaine, et nonobstant toute nouvelle déclaration hypothétique, un mauvais esprit pourrait voir dans la discrétion finale du Président une manière indirecte et gratuite – si j’ose dire ! -, pour lui, de séduire les nombreuses classes moyennes de ce pays dans cette campagne fantôme en vue de la présidentielle pour laquelle il n’est pas candidat. Loin de nous cette idée !

24 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 3 votes
Votre avis ?
26 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires