Que sortira-t-il des débats sur la loi Immigration, à l’heure même où, plus que jamais, l’invasion migratoire pèse sur la France au niveau démographique, financier, sociétal, religieux, sécuritaire ? Devant le Sénat, Stéphane Ravier (Reconquête) s’est livré, écrit BV, à « un mitraillage en règle » de cette loi, pointant les faiblesses du projet.

On en revient alors, pour faire entendre la voix des Français, à l’idée d’un référendum d’initiative partagée (RIP). Marion Maréchal, tête de liste de Reconquête aux élections européennes, appelle chacun à signer sur le site stop-immigration.com. C’est une « initiative ouverte », laissant libre des modalités les partis qui s’y joindront.

Les 185 parlementaires? On les a largement

Les conditions d’un RIP ? Le cinquième du Parlement, soit 185 parlementaires, y est largement en additionnant LR et apparentés, RN et Reconquête, qui font un total de 287 parlementaires. Un cent d’élus supplémentaire laisse la possibilité de quelques défections côté LR.

Quant aux 4,8 millions de citoyens, ils y ont aussi. Selon le sondage CSA du 30 août 2023, 65 % des Français sont favorables à un référendum sur l’immigration. Cela monte à 95 % chez les électeurs Reconquête, 96 % chez les électeurs RN. Une enquête précédente donnait 70 % des Français favorables à un RIP sur le sujet (mai 2023).

Les Français ont besoin de s’exprimer

Si les Français ont un tel besoin de s’exprimer sur la question, c’est que le récit officiel autour de l’immigration depuis quarante ans ne les satisfait plus. Il a été martelé à l’école, à la télé, en chansons, dans les films, les romans, les journaux, etc. On le retrouve (et cela incite à la défiance) en introduction de la loi Immigration : « La France est fière d’être un pays d’immigration ancienne et riche de ce que cette immigration lui a apporté. »

Qu’à l’occasion d’un RIP les Français déclarent ne plus croire à cette légende, cela horrifie la gauche et faisait dire à une commentatrice que les Français n’ont pas le niveau (sic) pour s’exprimer sur le sujet. Votons vite avant que l’idée d’un scrutin censitaire basé sur le niveau intellectuel ne voie le jour…

Véran fuit le débat

Les responsables politiques ne souhaitent pas que les Français s’expriment et, pour eux-mêmes, rejettent la confrontation. Dernier en date, Olivier Véran a refusé de débattre sur la loi Immigration face à Jordan Bardella sur France 2. Le président du RN a réagi sur X : « Les Français en ont assez des faux-fuyants : ils veulent des dirigeants qui assument enfin leurs responsabilités. » En l’absence de membre du gouvernement, Bardella a annulé sa venue à l’émission de ce jeudi soir, « L’Événement ».

Il ne manquera pas d’oiseaux de mauvais augure pour rappeler qu’un référendum sur l’immigration aurait de fortes chances d’être jugé comme anticonstitutionnel. C’est une vraie question - elle devra être étudiée en son temps - mais elle est agitée en amont de tout RIP pour dissuader les Français d'y participer. Or, obtenir un référendum sur l’immigration serait pour eux une manière de dire clairement ce qu'ils ont sur le cœur, puisqu'ils répugnent encore à le faire lors des élections. Les gouvernements à venir, quelque durs d’oreille qu’ils fussent, ne pourraient pas faire totalement abstraction de cette volonté populaire.

2492 vues

08 novembre 2023 à 16:00

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

19 commentaires

  1. Attention , danger mortel ! J’ai essayé un Référendum d’initiative partagée (RIP) et ai eu sur le dos pendant deux ans le Conseil constitutionnel, le 36, quai des Orfèvres, les Parquets Généraux de Paris, Rennes et Angers, deux brigades de gendarmerie, un commissariat; et à la fin, impossible de prendre connaissance des pièces du dossier. Bref, fuyez!

  2. Il paraît que nous sommes en démocratie, où théoriquement le citoyen ordinaire a voix au chapitre. C’est bien pourquoi, depuis 17 ans, les « représentants » de ces citoyens, de droite comme de gauche, ont avec un touchant ensemble soigneusement bétonné le terrain pour rendre à peu près impossible le recours au referendum. Vive la République !

  3. Ils n’ont pas besoin d’un referendum parce qu’ils connaissent le résultat et c’est bien ce qui leur fait peur …..

Les commentaires sont fermés.