L'expression est d'André Vallini, sénateur PS de l'Isère et ancien secrétaire d'état de François Hollande, dans une tribune qu'il a signée, vendredi, dans L'Obs : « Stigmatiser le vote Le Pen ne suffit plus, il faut positiver le vote Macron. » Certes, le théâtre du « faire barrage » continue sa tournée, mais tous les analystes sérieux constatent que les salles ne marchent plus. D'autant plus que Marine Le Pen a habilement retourné, jeudi soir, à Avignon, la dialectique dudit barrage, trouvant un argument susceptible de mobiliser aussi bien des électeurs de Mélenchon que des abstentionnistes, ou les 2,5 millions d'électeurs de Zemmour : « Barrage à un nouveau quinquennat de désolation sociale et de déconstruction nationale. »

Oui, après son quinquennat, Emmanuel n'est plus le produit vierge qui pouvait facilement attirer. Il est à lui tout seul devenu, pour des millions de Français, un repoussoir, parfois un objet de détestation. Certes, il y avait eu des signaux d'alerte très tôt, dès 2018 : affaire Benalla, puis en 2018-2019, enfin l'apothéose des stigmatisations et des interdictions en tous genres avec les passes sanitaire et vaccinal. Aujourd'hui, par la magie d'un entre-deux-tours barragiste plus difficile, il faudrait tout oublier ? Olivier Véran a été mis au placard, McKinsey n'est plus qu'un lointain souvenir, les augmentations des carburants sont reportées au lendemain de l'élection, le Président qui s'est avisé qu'il ferait bien de faire enfin campagne promet d'aménager sa retraite à 65 ans. Tout va bien se passer. Et pourtant, l'électeur renâcle encore.

, qui a suivi un des ministres en campagne, s'en est ému, découvrant que le président sortant puisse ainsi susciter « animosité » et « nihilisme » : « Il y a beaucoup de gens qui sont dans la détestation de leur vie, dans la colère, et qui attribuent ça aux politiques, souligne-t-il. Ils me disent : “On fera avec, si est élue ; de toute façon, la politique ne change rien à ma vie.” » Le ministre en question fait-il semblant d'ignorer que beaucoup de Français ont de bonnes raisons d'attribuer une part de leurs problèmes aux politiques, et donc à Emmanuel Macron ?

L'état d'esprit dominant de toutes ces catégories méprisées par Emmanuel Macron, et qui sont aujourd'hui appelées à venir le sauver, est bien résumé par la réaction de électeurs mélenchonistes de Montpellier interviewés par France Info : « Macron, il ne s'est quasiment pas intéressé aux étudiants pendant cinq ans. Et maintenant, il faudrait voter pour lui ? C'est facile. » Ou encore : « On n'a pas vu les amis du Président pendant toute la campagne. Personne, pas un militant, pas un tract. Et là, ils viendraient faire les beaux parce que notre vote les intéresse… Fi-ni-to. » Car au « Qu'ils viennent me chercher », on oppose instinctivement, dans les milieux populaires, un « Qu'il se sauve lui-même, le maître des horloges, le Jupiter tonnant ! »

Et ce ne sont pas les trois pistes avancées par le cacique PS Vallini qui changeront la donne : « Renforcer la démocratie, renforcer la Justice, renforcer l'Europe ». Certes, sur ces trois points, le compte n'y est pas, pour beaucoup de Français. Mais ce qu'il faut avant tout « positiver », arranger, travestir, repeindre, le produit défectueux qu'il faut empaqueter pour trouver preneur le 24 avril, ce n'est pas un programme, mais Emmanuel lui-même.

C'est dire le travail qui attend ses partisans pour « positiver » le vote Macron.

 

Illustration : André Vallini

16 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 9 votes
Votre avis ?
45 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires