Editoriaux - Histoire - 14 avril 2019

Il y a 75 ans, Rameaux et Pâques 1944 : guerre et sport se télescopent cruellement

Dimanche des Rameaux 1944. Il y a soixante-quinze ans. Plus précisément, le samedi 1er avril, veille des Rameaux. Ce jour-là, vers 22 h 45, à Ascq, dans le Nord, la Résistance sabote un convoi ferré militaire allemand transportant des matériels de la 12e division SS Hitlerjugend destinés à renforcer la défense des côtes de Normandie. Les représailles allemandes sont immédiates et terribles : dans la nuit, 86 personnes sont fusillées. Le plus jeune avait 15 ans, le plus âgé 75 ans.

Témoignages de personnes ayant vécu l’événement dans un reportage de 1969, conservé par l’Institut national de l’audiovisuel.

Une semaine après, jour de Pâques, le 9 avril, et à quelques kilomètres à peine d’Ascq, se déroulait la 42e édition de la course cycliste Paris-Roubaix, remportée par le Belge Maurice Desimpelaere. En 1943, le journal L’Auto avait obtenu l’autorisation pour que cette course emprunte son parcours traditionnel, alors que le parcours se situait en zone occupée (le Nord et le Pas-de-Calais étaient même dans la zone d’Administration militaire de la Belgique et du Nord). À la Libération, le journal L’Auto fut interdit et remplacé par L’Équipe, qui reprit l’organisation de la course.

Ce 14 avril 2019 se déroulait la 117e édition du Paris-Roubaix.

À lire aussi

Sondage : selon vous, pour lutter contre la cyber-haine, que faut-il faire ?

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleVotre avis nous intéresse ! …