À lire le savoureux livre de Jean Tulard, Marengo, ou l’étrange victoire de Bonaparte, on découvre comment Napoléon a certes été un homme d’action, mais aussi comment il a été un pionnier de la . Marengo avait commencé par une défaite puis s’est transformé en victoire en fin d’après-midi. Le Premier consul était assez responsable de la première et assez étranger à la seconde dans laquelle Desaix avait joué le rôle décisif qui lui avait coûté la vie, mais avec habileté, il a présenté son erreur initiale comme un piège tendu à l’ennemi et brillamment réussi. Le dosage de l’action et de la communication est la trame de la politique moderne. Seule l’évolution des doses est inquiétante. Marengo fut une victoire avant que l’artiste ne la métamorphose en légende.

L’accélération prodigieuse des événements, la généralisation de la formelle en Europe et, par voie de conséquence, le raccourcissement de la durée du pouvoir et l’accroissement du poids des médias, tout concourt à ce que la communication prenne le pas sur l’action et finisse par l’étouffer. Bonaparte est demeuré une quinzaine d’années à la tête de la . De Gaulle, onze ans à peine. Mitterrand, dix ans si on retranche les cohabitations. Chirac perdait stupidement sa majorité au bout de deux ans. Sarkozy et Hollande se contentèrent d’un mandat. Les périodes de pouvoir deviennent des courses échevelées où le dire, le commenter l’emportent sur le prévoir, sur l’agir. La présidence actuelle en offre une caricature achevée. Certains médias en sont venus à scruter non les événements mais les répercussions qu’ils auront sur les prises de parole . 100.000 morts ! Mais que va dire le Président ?

Ce dernier laissera le souvenir d’un beau parleur, au phrasé étudié, théâtral, mais il pourrait dans l’avenir illustrer un cours de communication politique comme l’antithèse de Napoléon. Celui-ci avait l’ de construire sa légende sur ses victoires, même étranges. Avec Macron, on a un individu tellement narcissique que le souci obsédant qu’il a de son image se moque éperdument de son effet sur celle du pays. On en arriverait à penser que son art consiste à transformer les victoires en défaites avec, en prime, que ces défaites pour le pays reviennent en boomerang sur celui qui croyait en tirer parti.

Voulant imiter le Chirac de la commémoration du Vel’ d’Hiv’ reconnaissant, en 1995, le rôle de l’État français dans la déportation des Juifs, Macron a fait de la repentance un sujet privilégié de sa communication. Chirac n’omettait pas de rappeler qu’il y avait d’autres Français que ceux de Vichy.

Chez Macron, l’équilibre est rompu. L’armée française présente en l’était aux ordres de la et combattait un ennemi de la France ; sur le terrain, la victoire militaire était obtenue et de Gaulle avait cru que l’indépendance, indispensable pour libérer la France de cette « boîte à scorpions » mais offerte généreusement dans ces conditions, permettrait de garder des liens positifs avec l’ancienne colonie ; enfin, les efforts considérables fournis par notre pays durant la période française, sur le plan médical ou scolaire, ou pour les infrastructures permettaient de regarder le passé le front haut. Faisant fi de ces éléments, le « Président » ose qualifier la de crime contre l’humanité, parle des crimes commis par la France en Algérie, semblant ignorer que ce message ne s’adresse pas, comme celui de Chirac, aux victimes françaises de la collaboration mais à un pays étranger, souvent hostile, dont il accrédite ainsi le discours antifrançais. Peut-être songe-t-il que cette repentance sera de nature à réconcilier une certaine d’origine algérienne présente en France avec notre pays ?

On le sait maintenant : il avait tout faux. Coup sur coup, un ministre algérien évoque publiquement la France comme un ennemi traditionnel et éternel et le gouvernement français annule un déplacement à haut risque en Algérie. Bref, Alger considère que Macron n’en fait pas assez dans la repentance et perçoit celle-ci comme un aveu de faiblesse dont il faut profiter. Quant aux immigrés d’origine algérienne, Macron aura réalisé ce prodige de leur donner des raisons de détester le pays d’accueil et d’avoir des droits sur lui.

18 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

4 4 votes
Votre avis ?
37 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Tribune des militaires : seconde frappe et, cette fois-ci, en rangers !

L’objectif est toujours le même, non pas susciter un « putsch » mais, au contraire, préven…