Au beau milieu de la Mostra de Venise, entre un Lion d'or d'honneur pour l'immortelle et la projection du d'ouverture du festival, soudain, il est apparu. C'était bien, face au public en smoking et robe longue, la même silhouette massive, le même accoutrement militaire que d'habitude ; et, sous ces yeux cernés par les veilles et l'angoisse, cette barbe de prophète armé. C'était lui, en personne, par le miracle de la télévision : Volodymyr Zelensky. Un frisson de plaisir bourgeois, qui n'était autre que celui du courage par procuration, parcourut voluptueusement l'assistance. Ainsi, à Venise aussi, on pouvait « le » voir.

Il parla de la guerre, bien sûr. Qu'il en parlait bien, avec cet air grave et cette tristesse retenue qui étaient désormais son masque habituel ! Il rappela que la guerre ne durait pas 120 minutes mais qu'elle durait depuis 189 jours. Que c'était bien trouvé ! Suivirent, morbide générique, une liste d'enfants et d'adolescents ukrainiens tués par les bombes. Ça marche toujours bien, les massacres d'innocents. Et ce parallèle avec le générique de fin d'un film : tout en subtilité !

À Venise, on n'en revenait pas. Ainsi donc, on avait réussi à avoir son petit quart d'heure de Zelensky... Le silence qui suivit cette expérience collective, quand l'image du libérateur en 4x3 s'éteignit, c'était encore du Zelensky. Pourtant, au palais des festivals, on ne pouvait pas fournir de canons Caesar ni de missiles américains. Tout au plus saint Volodymyr de Kiyv, libérateur et voïvode, aurait-il pu envoyer quelques-uns de ses comparses faire la quête, l'air triste et habillés, eux aussi, par le rayon de Decathlon, pour faire plus martial.

Vous souvenez-vous, dans Le Tour de Gaule d'Astérix, de ce metteur en scène d'avant-garde, squelettique et enflammé, qui disait, sur la scène d'Avignon, à un public en pâmoison, « Vous êtes laids ! », à quoi les matrones ravies réagissaient en se disant l'une à l'autre : « C'est insupportable de vérité ! » C'est ce genre de gifle morale que venait chercher le public repu et trié sur le volet de la Mostra. Inviter quelqu'un pour qu'il vous reprocher de vous amuser : fallait y penser.

On dit que l'Ukraine est en train de perdre à Kherson. Les États-Unis finiront-ils par lâcher leur marionnette ? Alors Zelensky n'aura plus qu'à retourner au spectacle vivant. Seulement voilà : quand on a été président du plus gentil de tous les pays gentils et qu'on a tenu tête, sans même prendre le temps de mettre une cravate, au plus méchant de tous les pays méchants, il y a des choses qu'on ne peut plus faire. Avant sa canonisation, saint Volodymyr le russovore s'était, par exemple, fait connaître en jouant du piano debout sans les mains ou en dansant en talons aiguilles. Ensuite, il avait, on le sait, incarné le président de la République dans une série à succès.

Lorsqu'il reviendra à la vie civile, il réjouira petits et grands en incarnant, à la salle Jacques-Villeret d'un quelconque chef-lieu de canton ou à la quinzaine des fromages à pâte de l'hypermarché du coin, le rôle austère et tendu qui l'a rendu célèbre : mélange improbable et factice de Buster Keaton et de John Wayne. On se souviendra alors avec émotion de l'époque où, dans les grandes soirées mondaines, comme à ou à Venise, si t'avais pas eu ton mot de Zelensky, t'avais raté ta vie. « Vous vous souvenez, dirons-nous, c'était l'époque où on avait du gaz et de la lumière. »

11813 vues

1 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

41 commentaires

  1. Serais-je le seul lecteur de BV à trouver héroïque la résistance du peuple ukrainien avec à sa tête Zelinsky face à l’ogre russe représenté par le gnome Poutine ?
    La plupart des commentaires à ce sujet sont affligeants.

  2. L’inévitable Zelenski est dans son élément parmi les riches acteurs de cette réunion mondaine .Il est acteur et riche ! Il ne s’occupe pas des morts Ukrainiens du à son entêtement criminel à ne pas entamer de pour parler avec les Russes . Poussé aux fesses par les américains de ne rien négocier qui ne serait pas dans leur intérêt . Il faut bien gagner un peu de temps pour nous imposer le gaz de schiste ! En aparté je suis admiratif de la mémoire dont fait preuve Arnaud Florac qui se rappelle d’une anecdote figurant dans la BD d’Astérix et le tour de Gaule ! Lors d’une kermesse patronale dans le milieu des années 60 , j’avais gagné un concours où je devais me déguiser en Astérix , ce prix était justement Astérix et le tour de Gaule !

    1. La marionnette américaine a bien réussi outre les superbes immeubles à Londres, la villa en Californie, bien cachée grâce au Panama Papers, il y a en Italie une villa de 4 millions à Forte dei Marmi, laquelle est louée 50000 e à des Russes. Quel brave homme Zelensky, bien récompensé par les USA!

  3. Comment peut-on encore croire un mot et aider ce guignol. Il massacre son peuple et accuse Poutine de le faire. Ce litige ne nous concernait pas et maintenant que nous y avons mis le doigt, nous allons être broyés tout entier. Il n’est peut-être pas trop tard pour reprendre nos échanges avec la Russie, n’en déplaise aux Us et leurs amis Européens au lieu d’aller mendier en Algérie.

  4. Il y a quelques années, un autre humoriste français jouait de la flûte grâce à ses narines et non sa bouche …il pourrait faire du coup un duo avec ce pianiste ukrainien

  5. A partir du moment où Soros a financé (il l’a reconnu) les manifestations place Maïdan en 2013 en envoyant ses « agitateurs » pour encadrer le mouvement, il veut maintenant un retour sur investissement et se servira des US et de l’UE pour aller le + loin possible. dans son wokisme décadent. Je suppose que si Zelinski faiblit, il a une autre marionnette en réserve.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter