Le fait divers sordide a fait le tour des rédactions et a outré l’opinion. Une femme violée à plusieurs reprises par trois clandestins soudanais en plein centre-ville.

Une agression qui illustre, de la plus cruelle des manières, le baromètre international de l’insécurité urbaine : Nantes pointe à la 407e place derrière La Havane, Téhéran et Bogota. Si le classement de Numbeo a été attaqué par nos spécialistes du fact-checking, il ne fait qu’appuyer une réalité que vivent au quotidien les Nantais. Autre indice : le site ville-ideale, qui recense les notes émises par les habitants des différentes villes. Avec une note de 2,25/10 en matière de sécurité, on peut se faire une idée assez précise du ressenti tout en parcourant les 34 pages de commentaires laissés par des internautes unanimes. En matière d’insécurité, Nantes est deuxième derrière Sarcelles mais devant Grenoble. Cocorico !

Depuis quand ?

« Il y a deux facteurs qui expliquent à mon sens l’explosion de l’insécurité : la crise des migrants en 2015 et l’élection de la maire (sic) actuelle en 2014 », analyse Brian Pecqueur, dont la famille habite les quartiers populaires de la ville depuis des décennies. Pour le candidat RN de la 1re circonscription de Loire-Atlantique (englobant les deux tiers de l’agglomération nantaise), il ne faut pas aller chercher bien loin les cause de cet ensauvagement. Nantes ville à gauche. Nantes dans l’escarcelle du PS depuis 1989 avec le mandat de Jean-Marc Ayrault, l’ancien Premier ministre de François Hollande, mandat qu’il laissera définitivement à sa première adjointe Johanna Roland. Pour le plus grand malheur des habitants tout aussi désarmés que leur police municipale.

« C’était assez tranquille jusqu’en 2015 », témoigne Maxime, qui a quitté la ville en 2021, « en grande partie en raison de l’insécurité ». Ce commentaire est ce qui se dégage le plus des différents sondages que l’on peut faire auprès des Nantais. Parmi les dizaines de retours d’expérience que nous avons sollicités, il apparaît que la situation à Nantes s’est sérieusement dégradée depuis 2015, année qui a vu débuter la fameuse « crise des migrants ».

« Nantes, comme toutes les villes, a son lot de quartiers chauds. On peut citer ceux de Malakoff et Bellevue, mais force est de constater que ces quartiers ont débordé dans toute la ville », témoigne Cécile Scheffen. Celle qui fut candidate pour Reconquête dans la 2e circonscription de Loire-Atlantique avait beaucoup fait parler d’elle sur les en filmant les agressions de l’extrême gauche elle-même source de nombreux désordres avec la proximité de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

L’autre facteur, c’est évidemment la crise de 2015 qui a vu débarquer, en un court laps de temps, des milliers de clandestins issus principalement du continent africain. Faux Syriens mais vrais immigrés illégaux, ils ont fortement et comme partout rendu inopérantes les infrastructures d’accueil, au point que de nombreux camps illégaux ont poussé dans l’agglomération nantaise avec son lot d’insécurité. « Je ne me rends pas bien compte, on a le droit de faire un lien entre insécurité et immigration ? » demande Bryan Pecqueur, qui connaît la réponse… Il suffit de parcourir les pages des faits divers ou parler de « choc culturel », comme le secrétaire national SGP Police Jean-Christophe Couvy. « On a un grave problème avec les étrangers et clandestins qui transforment le centre-ville de Nantes en supermarché à victimes », affirme, pour sa part, le policier Matthieu Valet sur CNews.

Impuissance politique, impunité sociologique

« Cauchemar absolu au cœur de Nantes ! Un drame qui, malheureusement, se banalise. Peut-on encore se sentir en sécurité à Nantes lorsque l’on est une femme ? », commente, sur Twitter, Christelle Morançais, présidente de la région Pays de la Loire. Pas seulement lorsqu’on est une femme, serait-on tenté de rétorquer. Comme sur le reste du territoire national, « il y eu une forte baisse de la délinquance en 2020 et 2021 du fait de la crise Covid », expliquait, ce lundi, sur RMC, le préfet de Loire-Atlantique Didier Martin. Mais « on voit bien qu'après deux années un peu particulières, on a actuellement des niveaux de délinquance que l'on retrouvait avant 2019, avec de nouveau davantage de violences dans l'espace public ». En résumé, le Covid aura été une parenthèse bienheureuse. Maintenant, retour au monde d’avant mais en pire, pour reprendre les mots du préfet. La métropole de Nantes a toutefois annoncé, le 2 septembre, l’arrivée de 62 policiers nationaux supplémentaires.

Du côté de la municipalité, on nage à brasse coulée. Absence de vidéosurveillance, police municipale en sous-effectif et désarmée… Si la ville a annoncé le recrutement de 25 policiers municipaux supplémentaires et la création d’un Conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance (CISPD), il n’y a pas eu de mieux, et loin s’en faut. À titre d’exemple, la police municipale de Nantes aurait réalisé 25.000 interventions par an. À titre symbolique, l’adjoint en charge de la sécurité et de la prévention de la délinquance pointe à la septième position au conseil municipal. Le premier adjoint est quant à lui en charge du « dialogue citoyen ». Visiblement à sens unique. En tout cas, la maire de Nantes est aux abonnés absents et préfère envoyer ses adjoints, elle n’a, à l’heure d’aujourd’hui, pas encore communiqué sur le sujet.

Sociologie électorale

La cité des ducs de Bretagne est notamment connue pour l’activisme de l’ultra-gauche. Le groupe Nantes révoltée, fort d’une grande visibilité, en est l’un des symptômes. Peu difficile à expliquer dans une ville qui a porté Jean-Luc Mélenchon en tête au premier tour de l’élection présidentielle. Aux élections législatives, le nord est resté macroniste avec l’élection de Mounir Belhamiti (ancien suppléant de François de Rugy, le cadre écologiste devenu ministre éphémère d’Emmanuel Macron) quand la deuxième circonscription a envoyé à l’Assemblée le député insoumis et militant LGBT Andy Kerbrat.

« Je savais en me présentant que ma candidature aurait surtout une valeur de témoignage », confie Pecqueur, sans illusion, « mais je tenais, après les 42 % de Marine Le Pen au second tour, que les gens qui nous soutiennent puissent glisser un bulletin RN dans l’urne ». De fait, avec un peu plus de 6 % dans sa circonscription et 4,99 % dans la seconde circonscription, le RN a encore du chemin à faire. « Le plus notable à Nantes en matière politique reste l’atomisation de la droite LR qui a quasiment disparu du paysage politique », affirme-t-il. Effectivement, avec 12,56 % et 9,35 %, aucun candidat LR n’a réussi à atteindre le second tour. Une ville ou règne sans partage la gauche, donc, puisque l’immense majorité des élus macronistes sont eux aussi issus du PS ou des anciens EELV ralliés à Macron.

11381 vues

27 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

51 commentaires

  1. Oui les Nantais ne peuvent s’en prendre qu’à eux même Ils ont fait preuve d’une grande bêtise en votant pour un maire de gauche Ils auraient voté R.N ils n’en seraient pas là

  2. C’est vraiment triste de voir un pays civilisé s’effondrer de la sorte,le cas de Nantes est révélateur car il y a encore peu de temps cette ville était classée en tête des cités ou il fait bon vivre en France.
    Je doute qu’une ville grande,moyenne ou petite échappe à la violence,à présent la racaille musulmane est ventilée dans des villages ruraux ou elle risque fort d’être plus violente en raison de l’absence de forces de l’ordre ,et de commerces à piller!
    Nos dirigeants se focalisent sur l’Ukraine alors qu’une guerre civile gagne du terrain chez-nous!

    1. Les nantais ont voté pour la maire, ils la connaissaient puisque ce n’est pas sa première mandature donc à eux d’assumer. Aux prochaines élections ils réfléchiront avant de mettre leur bulletin dans l’urne.

  3. Les habitants de Nantes il ne faut pas qu’ils viennent se plaindre ,ils ont votés pour cette gauche qui va tuer leur ville .

  4. Qui vote pour mettre en place ces élus nuisibles? Que ce soit au niveau de la ville ou du pays?
    Qu’ils ne viennent pas se plaindre.

  5. Habitants , commerçants mais ce sont tous les français qui en ont marre , marre de payer , de subir , de craindre pour leur vie , pour leurs biens , voir l’économie de ce pays dilapider pour leurs assassins .

  6. Nous avions, mon épouse et moi décider de faire un petit séjour de 3 jours à Nantes, ville qualifiée à l’époque de  » meilleure ville ou il fait bon vivre « . Notre séjour fût émaillé de plusieurs manifestations en centre ville qui se sont toujours terminées par des affrontements entre CRS et casseurs !!! Difficile dans ces conditions de visiter tranquillement cette ville. Depuis , nous ne sommes jamais retournés dans cette ville qui nous a laissé de mauvaises impressions. Je conseillerais aux Nantais de bien réfléchir lors des prochaines élections lorsqu’ ils mettront leur bulletin de vote dans l’urne !!!

  7. Les nantais, majoritairement à gauche, sont responsables de la dégradation de leur ville. Qu’ils assument!

  8. Les délits sont causés dans la quasi totalité des cas par des individus « défavorablement connus des services et des d »autres en situation irrégulière. On pourra toujours mettre plus d’effectifs de police ça ne changera rien tant que la justice n’appliquera pas la loi. Un violeur: pertpet, un gus en situation irrégulière: dehors. Le manque de courage des politicards et des juges aux ordres nous mènent droit à une guerre civile.

  9. La maire est d’une incompétence notoire doublée d’une idéologie dingue et dangereuse , bien secondée par les écolo islamo gauchistes qui n’ont qu’un objectif , détruire la ville et la France .

  10. Ces gens-là ne connaissent rien de la démocratie ni de nos valeurs. Il est urgent de le comprendre et d’agir en conséquence : les punir autrement que par la prison mais par des travaux forcés encadrés par l’armée. Nous disposons de nombreux espaces à exploiter et nettoyer. Ils n’intègrerons jamais notre société sans ce mode de redressement.

  11. A Nantes tout ça n’est tristement pas nouveau.Mon grand-père qui naviguait dans la « marchande » dans les années 1920 me racontait la vie diurne et nocturne Quai de la Fosse . Mais c’ était une autre époque.
    Maintenant, fatigué de ces lecteurs citadins, qui pensent que tous les Bretons sont de gauche.
    Non nous sommes simplement Bretons et fiers.

    1. Tous les Bretons ne sont peut-être pas à gauche, mais Ouest-France… Et depuis des décennies, ce journal bat la mesure.

  12. Merci Marc, excellent article qui dénonce la responsabilité criminelle de la maire, de la gauche et du gauchisme.
    Précisons que les commerçants du centre ville dont les magasins sont régulièrement vandalisés par l’ultragauche, envisagent de se constituer en milice.

  13. Quand il y a quelques années on mettait Nantes en tête du classement des villes françaises pour son bien vivre , on en est vraiment loin à ce jour , mais entre temps des dirigeants de cette ville sont passés à l’image de ce JM Ayrault et de ses colistiers , hélas !!! pas pour le meilleur

  14. Ne disait-on pas « cette bonne ville de Nantes » ? En parlant d’une cité dont je préfère me rappeler qu’elle héberge le château d’Anne de Bretagne ,plutôt qu’une floppée de migrants et de gauchos en tout genre . Sauf que ce patrimoine agit en trompe l’œil . C’est l’arbre qui cache la forêt .
    Cette ville gérée dans une même connivence par des Macronistes , des Gauchistes de LFI et autres écolos ; elle est à l’image de la France ; une catastrophe ; un tsunami politique ! Le drame est qu’il n’ y ait pas d’opposition conséquente dans cette ville . Ils sont entre eux et on voit ce que cela donne !
    Le seul côté positif c’est que ce genre d’expérience, à l’échelle d’un ville , agit comme un repoussoir dans l’opinion publique, et offre tout un boulevard pour le RN , les partis patriotes, souverainiste et identitaires .

  15. A Nantes, comme à Grenoble, Rennes, Lyon, les habitants on voté… Qu’ils en assument maintenant le résultat. C’est trop facile de dire : je ne sors plus après 22h, j’ai peur de me promener seule en ville et au moment des élections, de s’abstenir ou de voter pour le mauvais candidat (parce que la droite, c’est maaaal).

  16. Le viol en réunion d’une femme de 40 ans, en plein centre de Nantes, a provoqué une vive réaction de la municipalité, par la bouche de l’adjoint à la sécurité :  » ce fait divers est honteusement exploité par l’opposition ». La victime sait donc que son viol n’est qu’un fait divers.

  17. la gauche qui défendait les travailleurs s’est mise à défendre et protéger les envahisseurs étrangers

  18. La tranquillité bourgeoise a choisi la gauche depuis plusieurs décennies….Qu’elle ne s’étonne pas de ce qui lui arrive…

  19. J’ai habité Nantes pendant plus de 20 ans, et je suis très heureux d’avoir pu m’en évader ;
    Cette ville est devenu invivable, on ne peut plus sortir en centre ville dès que le soleil se couche , et même pendant la journée , nous prenons le risque de se faire attaquer pour une simple cigarette ou même se prendre une balle perdue
    La ville est envahi par des étrangers, on ne se sent plus chez nous ..
    Mais la pire des choses c’est que si on écoute la mairie , il ne se passe rien de grave à Nantes .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter