Depuis une semaine qu’il a souhaité au plus grand nombre de Français d’avoir dans leur verre « un bon vin » et dans leur assiette « une bonne viande et un bon fromage », le candidat communiste Fabien Roussel est, pour ses camarades de gauche, passé du côté obscur de la force.

Depuis, les injures pleuvent, certains même n’hésitant pas à l’accuser d’être « un candidat d’extrême droite à gauche ». Alors il répond et assume : « Certains à gauche sont coupés du peuple. Défendre le bifteck des Français, pour moi, c'est un vrai projet politique. Derrière, il y a un projet de société. On doit tous avoir, avec un travail et un salaire décent, accès à des aliments de qualité. On ne peut pas défendre l'agriculture française sans permettre aux Français d'y avoir accès. Sinon, il n'y aura que les privilégiés qui pourront acheter une bonne côte à l'os, et le reste qui devront aller au discount acheter du poulet surgelé du Brésil ou du mouton néo-zélandais qu'on importe massivement depuis l'épisode du Rainbow Warrior de 1985 » (RMC, le 17/1/2022). Et de confirmer, ce mardi, sur Twitter : « La polémique dont j'ai fait l’objet montre qu'une partie de la gauche et des écologistes est coupée des Français. 5 millions vont à l’aide alimentaire, 3 sont en précarité énergétique, mais il faudrait interdire la viande et les centrales nucléaires. Ils sont coupés du peuple ! »

Tout est dit, via cette polémique, sur ce qu’est la gauche aujourd’hui : un conglomérat de bobos urbains déconnectés des réalités du terrain. Des gens qui ont abandonné le social au profit du sociétal et pensent que les questions de genre et de couleur animent les repas familiaux. Comme le soulignait Emmanuelle Ducros, sur Europe 1, ce mardi matin, les préoccupations de cette gauche là sont « celles des classes aisées urbaines : circuit court, bio, qualité etc., mais on ne se préoccupe absolument pas de savoir comment les classes populaires terminent le mois ». Une gauche qui « veut bien défendre les agriculteurs à condition qu’ils soient des paysans et qu’ils soient bios, qui veut bien défendre les salariés mais pas s’ils travaillent chez Fessenheim… »

Pour résumer, Fabien Roussel sent le pâté de cochon. Tout comme le Front national et le Rassemblement national après lui, il est tombé dans le piège du « racisme supposé de l’entrecôte », comme l’a écrit fort justement la même Emmanuelle Ducros. Aux yeux de la gauche qui roule à vélo et brunche vegan le dimanche matin, il incarne la franchouillardise béret/baguette. En parlant rouge et fromage, il remet le doigt sur le social que la gauche a délaissé, raison pour laquelle ses troupes populaires ont migré chez Marine Le Pen.

Une partie de la gauche d’aujourd’hui, quoi qu’elle en dise, est macroniste de fait. C’est Jérôme Sainte-Marie qui le souligne : « La gauche a un problème, c'est parce qu’elle est divisée, mais aussi en partie parce qu’elle est au pouvoir : 47 % des anciens électeurs de François Hollande ont voté Macron au premier tour et pour la plupart sont restés dans le camp macronien. On le voit bien dans les équipes gouvernementales.(gauche strauss-kahnienne, rocardienne, etc.) » (Europe 1, 18/1/2022).

La gauche, les gauches ont raté le dernier grand mouvement social, celui des gilets jaunes. Les tentatives de récupération à la Mélenchon ont, là aussi, échoué. Les seuls mouvements où la gauche est présente sont ceux de la fonction publique, et particulièrement du monde enseignant. Alors, en défendant « le bifteck des Français », Fabien Roussel essaie de renouer avec les fondamentaux d’une gauche qui s’est perdue dans les méandres de la boboïtude germano-pratine. Encore un petit effort et il rejoindra la droite patriote !

 

18 janvier 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 3 votes
Votre avis ?
16 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires