Observateur et acteur de la vie rurale, Yves d'Amécourt est père de famille, vigneron, ancien élu de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine*, porte-parole national du Mouvement de la ruralité (ex-Chasse, pêche, nature et traditions, CPNT). Durant l'été, période propice pour s'intéresser à nos campagnes, il nous donnera son éclairage sur l'actualité paysanne.

Gabrielle Cluzel : Sur votre compte Twitter, vous qualifiez le projet de loi du gouvernement - qui devrait être présenté à l'automne - visant à accélérer les projets éoliens à la campagne de « véritable déclaration de guerre ». Pourquoi une telle véhémence ?

Yves d'Amécourt : C’est une réaction à cette majorité qui souffle le chaud et le froid sur tous les sujets. Cette politique du « en même temps » est préjudiciable à la relation de confiance nécessaire entre le peuple, les élus et nos gouvernants. On ne peut pas changer d’avis tout le temps sur des sujets comme la souveraineté énergétique, la décarbonation de notre énergie, qui engagent la France pour le siècle et qui, concernant la prolifération des éoliennes, empoisonnent la vie des Français, notamment dans les territoires ruraux.

Emmanuel Macron, le 14 janvier 2020, à Pau, lors d’une table ronde sur le thème de « l’écologie dans nos territoires », avait dit : « Le consensus sur l’éolien est en train de nettement s’affaiblir dans notre pays. » Avant d’ajouter que « de plus en plus de gens ne veulent plus voir d’éolien près de chez eux, considèrent que leur paysage est dégradé ».

En 2021, depuis la Polynésie française, toujours à propos de l’éolien, il avait défendu « le pragmatisme au cas par cas », pour éviter « d’abîmer nos paysages ». Il avait ajouté : « C’est une part de notre patrimoine, de notre richesse profonde, de notre identité. »

En août 2021, nous avions signé une tribune avec David Lisnard, maire de Cannes, sur le sujet de l’énergie. Nous répondions à la volonté exprimée par le président de la République « de plus de concertation locale ». Nous proposions pour cela une solution très simple : soumettre l’installation d’éoliennes au Code de l’urbanisme comme n’importe quelle autre installation industrielle.

Mais voilà qu’aujourd’hui, la majorité nous prépare un projet de loi pour accélérer l’implantation des éoliennes en supprimant les maigres voies de recours qui restaient aux opposants, en tournant le dos aux élus locaux, en achetant les habitants des environs et en s’asseyant sur les lois qui visent à protéger l’habitat des espèces protégées ! Oui, c’est une véritable déclaration de guerre, doublée d’un parjure !

Qui plus est, cette « loi d’exception » répondrait, selon le gouvernement, à une « raison d’État »  !

Pourtant, chacun sait aujourd’hui que les éoliennes qui sont implantées en France ne répondent pas à l’urgence climatique puisque l’électricité, en France, est déjà largement décarbonée grâce au et à l’hydroélectricité. Sur ce sujet précis, la France est le meilleur élève de l’Europe.

Chacun sait aussi que l’électricité produite par les éoliennes est intermittente et que, pour compenser cette irrégularité dans la production, on fait appel aux énergies fossiles. Est-ce le moment de s’engager dans une nouvelle dépendance aux énergies fossiles ?

Chacun sait, enfin, que le rapport qualité/prix de l’électricité éolienne est plutôt mauvais !

Alors oui, ce sujet mérite un peu de véhémence ! La souveraineté énergétique de la France, l’exemplarité de notre mix énergétique vis-à-vis du climat, le bon usage de nos finances publiques ne sont pas des sujets anodins. Ils méritent de raisonner sur le long terme et de s’abstraire de l’idéologie ambiante, fût-elle véhiculée par la Commission européenne !

 

G. C. : Toujours sur Twitter, vous vous faites l'écho du prochain comice agricole de votre région. Combien de Français connaissent ce mot, aujourd'hui ? Quel est (ou était, jadis) l'objectif de ces comices ?

Y. A. : Oui, j’évoquais le comice agricole du Bazadais qui se tenait le 20 août à Grignols, en Gironde, doublé d’une « fête de la ruralité ». Les comices agricoles ont enchanté ma jeunesse. Ce sont des réunions où se retrouvent les acteurs de l’agriculture, propriétaires et exploitants agricoles. On y expose le matériel agricole, les plus beaux animaux des élevages… On se mesure à travers des concours et des jeux. On y goûte les productions et les spécialités culinaires locales. On échange sur les bonnes pratiques agricoles.

Les comices existent depuis bien longtemps un peu partout en France.

Les Bretons estiment que c’est à Plesder, en Ille-et-Vilaine, qu’a eu lieu le premier comice agricole de France, en 1815, à l’initiative de Louis de Lorgeril, ingénieur agronome, député et maire de Plesder.

Dans la Nièvre on estime que c’est à Clamecy qu’a eu lieu le premier comice, le 1er septembre 1839, à l’initiative d’André Dupin, éminent juriste, député de l’arrondissement, président de la Chambre des députés et très proche du roi Louis-Philippe.

Le roi Louis-Philippe avait fait du développement de l’agriculture française un objectif prioritaire : fermes modèles, concours de charrues, nomination des inspecteurs généraux de l’agriculture, etc.

Dans ce contexte, le 9 juin 1839 avait été créé le « comice d’arrondissement de Clamecy » pour, je cite, « instaurer de fréquents et intimes rapports entre les propriétaires et les cultivateurs et, dans le même temps, stimuler le rôle de tous ceux qui se livraient à l’agriculture et à l’élevage, en encourageant et en propageant le perfectionnement des instruments aratoires et les meilleures méthodes d’assolement, de mettre en commun et répandre le plus possible les connaissances acquises sur l’amélioration des races de bestiaux au moyen d’un croisement bien combiné ».

C’est d’ailleurs grâce à cette initiative qu’est née la race charolaise. Elle est aujourd’hui la première race bovine allaitante française en termes d'effectifs. Réussite française, elle est présente dans 70 pays du monde !

Aujourd’hui, il y a toutes sortes de comices. Ils sont différents selon les régions, les productions, les dates de récoltes. Ils sont toujours ouverts au public. Ce sont souvent des retrouvailles festives avec un judicieux mélange de professionnels et de curieux. C’est toujours une bonne façon d’apprendre et de comprendre la vie rurale.

Le plus grand, le plus beau, le plus impressionnant des comices agricoles, c’est, chaque année, le Salon de l’agriculture de Paris, à la porte de Versailles !

 

G. C. : En Lozère, le village de Rieutort-de-Randon vient de faire son entrée dans le prochain Livre des records... pour la plus grande danse des canards. Un record qui a fait - ironiquement - gloser sur les réseaux sociaux, mais ne faut-il pas y voir l'irrépressible désir de renouer avec la sociabilité paysanne et ses danses folkloriques, aujourd'hui oubliées, même si la forme peut prêter à sourire ?

Y. A. : Bravo au comité des fêtes de Rieutort-de-Randon pour ce record ! Je suis sûr que de nombreux touristes se sont prêtés au jeu, parfois à reculons, et en garderont un précieux souvenir.

Bravo à tous les comités des fêtes des 36.000 communes de France qui font vivre la convivialité. La danse, les chansons, les repas pris en commun sont des marqueurs de la vie rurale. En ville aussi, il y a des repas de quartier, des repas de rue, des fêtes des voisins… Merci à tous les bénévoles qui s’engagent pour organiser cela. Ce sont autant d’occasion pour faire connaissance, nouer des contacts, construire des ponts autour de moments partagés. C’est l’exercice concret de la « fraternité ».

Quant aux moqueries dont ce record a fait l’objet sur les réseaux sociaux : je les adore ! C’est tellement humain et tellement réversible. On se moque, puis on participe, enfin on en joue…

Dans La Gloire de mon père (Marcel Pagnol), au début du livre, le père de Marcel se moque d’un pêcheur qu’il voit se faire prendre en photo avec le poisson qu’il a pêché. Il trouve ça « ridicule »… Mais à la fin du livre, c’est lui qui va sur la place du village avec son fusil et ses deux bartavelles dans l’espoir de croiser le photographe du village pour immortaliser son succès !

Ce processus est formidablement bien décrit aussi dans les films Ridicule, de Patrice Lecomte, et Le Goût des autres, d’Agnès Jaoui avec l’excellent Jean-Pierre Bacri.

Lorsque j’étais étudiant à Alès, nous avions un camarade qui ne voyait pas l’intérêt des chansons à boire que nous chantions à la fin des repas. À la fin de nos études il les chantait avec nous et de bon cœur ! Aujourd’hui, quand on se retrouve, on ne termine pas un repas sans chanter. Ainsi va la vie !

La convivialité : l’essayer, c’est l’adopter.

 

* 2004-2021 : conseiller général, maire, président de communauté de communes, conseiller régional

4817 vues

21 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

21 commentaires

  1. Sans oublier les nombreux ennuis de santé pour les riverains, (acouphènes etc..)
    et la mortalité dans les élevages !!

  2. On voit ce que ça donne le tout éolien allemand ! Obligé de remettre en route les centrales qui fonctionne à la lignite ( encore plus polluant que le charbon) . Ils prolongent leurs centrales nucléaires , enfin celles qui restent. Nous avions un parc nucléaire qui nous permettait d’avoir une énergie bon marché et abondante. Pourquoi vouloir copier l(échec allemand ? Pour leur faire plaisir en achetant leur éoliennes que nous ne construisons pas ! Stop à cette idiotie, l’éolien à un rendement de 25 % , meilleur en mer , mais plus cher à construire . Quid des pêcheurs ? Ils sont , virés de ces parcs off shore. Qui veut acheter à la campagne, une maison avec vue sur une éolienne située à 600 m et haute de 180m .Bien sur , nous avons comme Président une Eolienne , comme elles, il brasse énormément d’air avec 25 % de rendement.

    1. Lignite est du masculin en français, même si les « wokes » prétendent le contraire. Donc LE lignite. Merci

  3. Appeler « Majorité » un gouvernement qui ne l’a plus c’est faire le jeu des politiciens de tous bords, préférant le confort de leurs places lucratives à l’intérêt supérieur du pays.

  4. Personne n’en parle, mais sauf pour faire plaisir aux Ecolos, on continue à en implanter partout. Les éoliennes produisant de l’électricité de manière irrégulière, il faudrait obliger les profiteurs à construire des hydroglisseurs pour produire de l’hydrogène près de leurs parcs. Ce carburant est le plus propre sa combustion ne rejette que de l’eau et pourrait alimenter les jets privé que les écolos veulent faire interdire au détriment de notre industrie en particulier DASSAUT.

  5. Merci Madame Cluzel.
    Dans ma commune, il y a une trentaine d’année, un petit entrepreneur avait installé une éolienne avec laquelle il chargeait des batteries. Bien évidemment cette éolienne était de taille tout à fait réduite, sans inconvénient pour le voisinage. Plutôt que ces monstres qui détruisent notre paysage, ne serait-il pas plus intelligent d’installer de petites éoliennes dans les zones industrielles qui permettraient d’alimenter certaines usines ?

  6. Aux forêts d’éoliennes que ces écolos compulsifs nous promettent, ma préférence va aux étendues arborées absorbant le CO2 tout en restituant de l’oxygène et de la vapeur d’eau. Deux arbres pourraient couvrir les besoins en oxygène de quatre personnes, d’après une étude canadienne. Plantons du vivant si nous voulons vivre. Pas de l’inerte, du minéral et du métal plus fructueux en espèces sonnantes et trébuchantes qu’en véritable énergie dite verte.

  7. L’éolien est une verrue dans le paysage ! Encore une fois si on en est à ce point de misère énergétique nous le devons à la gauche , aux écolos de pacotille tous autant dogmatique les uns que les autres ! En ce qui concerne les pylônes haute tension il est possible d’enterrer les câbles , donc aucune comparaison entre les éoliennes et les pylônes .

  8. L’éolien, une fausse bonne idée: un rendement ridicule: 18% ; un fonctionnement aléatoire : le vent nominal à 10 m/s est très intermittent et sa puissance qui varie comme le cube de sa vitesse oblige à de prémunir des risques de destruction : on est obligé de prévoir une source alternative comme la turbine à gaz et cerise sur le gâteau, le théorème d’Ostrogradsky qui prévoit le conservatisme du rotationnel et qui implique forcément des tornade associées à de fortes puissances. Maigre consolation, ces tornades ne sont pas cantonnées dans l’espace et nous bénéficierons avec équité des éoliennes installées en Espagne ou en Allemagne, de même que les Allemands bénéficieront des effets de nos éoliennes. Tout un programme. Heureusement leur durée de vie est très limitée et ensuite, on recyclera difficilement leurs socles de béton. Et ne parlons pas des pénuries de terres rares. Tout pour plaire à nos gouvernants.

  9. D’abord, et je suis pas pourtant « pro-éolien », un plateau éolien a une durée de vie annoncée de maximum 35 ans, ce qui n’engage pas le siècle. Il faut arrêter de dire n’importe quoi, comme on l’a fait trop longtemps à l’égard du nucléaire, qui a acquis ses titres de noblesse désormais, mais pour lequel on a accumulé tant de retard, suite aux effort portés contre son développement par des idéologies « éco-responsables » à géométrie variable. On raisonne donc à l’envers en déclarant que l’énergie fossile est le complément de l’éolien, alors que c’est ce dernier qui va sans doute (grâce aux plateaux offshore, notamment, deux fois plus efficaces que le terrestre) être le tremplin nécessaire pour le développement d’une énergie nucléaire perenne. D’une esthétique discutable, les éoliennes terrestres ne détruisent cependant pas plus le décor que les immenses pylônes de transport d’électricité, surtout dans les montagnes, que les habitants ont pourtant été heureux de voir construire devant leurs chalets, leur apportant le confort, de même que les installations quelquefois pharaoniques d’équipements de sport d’hiver, garantissant une économie de village saisonnière!

    1. Rassurer-vous. La présence d’éoliennes ne nous privera pas de la multiplication des lignes électriques, au contraire; elle la généralisera!

      1. Faux, là encore! Le raccordement au réseau à partir des plateaux éoliens se fait en réseaux enterrés (ça coûte même assez cher en travaux, plus longs que la mise en place de réseaux aériens)

    2. La construction d’une éolienne nécessite des milliers de m3 de béton incomparables avec des lignes haute tension qui ne sont guère à proximité immédiate des maisons. Je vous conseille également de vous rendre au pied d’une éolienne pour entendre le bruit insupportable que celà fait.

      1. J’y suis allé avant vous, dès les premiers installés dans ma région… Faites-en autant et vous aurez votre opinion, et non celle des autres!
        Les fondations gravitaires immergées pour les plateaux éoliens offshore n’ont aucun impact sur le fond marin, elles sont remplies de sédiments drainés sur place une fois posées sur le fond, et en fin de vie pourront être vidées et ôtées, selon les obligations (qui restent à définir).

  10. installer des éoliennes, même dans des petits villages, même dans les vallées, même dans les lieux sans un souffle de vent, verra-t-on une éolienne pousser dans notre jardin et la vilaine ligne HT s’élever sur les toits voisins ?? oui les paysages sont abimés et dégradés, oui les éoliennes ont de gros inconvénients et peuvent, en plus des antennes 4 et 5G, influer sur notre santé, sur les abeilles, les oiseaux, etc…

    1. Si vous voyez une ligne aérienne HT correspondant au réseau éolien terrestre récent, envoyez-moi le cliché! Ils sont raccordés aux réseaux par câbles souterrains, toujours!

  11. Encore et encore l’argent…. sans se soucier du bien être des humains et de la nature…
    Puisque Mr le « en même temps » fonctionne et n’est pas contredit… en mer, une horreur de voir nos côtes défigurées par ce métal à des kms à la ronde…

  12. Cette énorme manne financière prime toujours pour les mêmes. Ces horreurs qui ne servent pas à grand chose et qui détruisent nos paysages sans compter leur dangerosité sur terre et en mer. Quel monde ou seul l’argent est roi!

  13. Je vois quand même, malgré ses défauts et notamment le défaut d’efficacité, un avantage aux éoliennes pour limiter les migrations . . . . d’oiseaux .

  14. Très éclairant .
    Il y a bien évidemment une grosse histoire de sous derrière ces implantations forcées d’éoliennes .
    Affreux encore une fois .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter