[ENTRETIEN] « Ce Nouveau Front populaire est insurrectionnel voire putschiste »

entretien_onfray

À l'occasion de ces législatives anticipées, la gauche et l'ultra-gauche se rassemblent sous une bannière commune : le Nouveau Front populaire. Une dénomination qui n'est pas sans rappeler le média en ligne Front Populaire et sa revue créés en 2020 et dirigés par Michel Onfray. De quoi entretenir la confusion dans les esprits. Le philosophe et essayiste fait une mise au point pour les lecteurs de BV.

 

Sabine de Villeroché. Quelle a été votre réaction en apprenant que la coalition des forces de gauche choisissait ce nom, « Front populaire » ? En êtes-vous propriétaire ?

Michel Onfray. Je sais par une fuite interne aux Insoumis que, quand nous avions décidé de nommer notre revue Front populaire, Jean-Luc Mélenchon avait piqué une crise parce qu’il voulait préempter la formule pour sa campagne présidentielle de 2022 ! Nous avons également associé notre revue à une formule de La Boétie et, comme par hasard, le même Mélenchon a fondé un Institut ... « La Boétie » ! Il n'a pas osé « Institut Robespierre » ou « Institut Marat ». Pourtant, ces figures plus proches de lui étaient disponibles. La Boétie aurait vomi ses héros - Castro, Chávez, etc.

Nous ne sommes évidemment pas propriétaires du nom du mouvement historique qu'est le Front populaire, mais il est intéressant de savoir que le PCF était propriétaire de la marque « Front populaire » et qu’il l'a laissée en déshérence quand nous l'avons achetée fin 2020. C'est dire dans quelle estime le Parti communiste français, mais également Mélenchon et les siens, tenaient le nom et la chose à cette époque !

Pour le reste, que cette coalition d'antisémites, d'antisionistes, d'antidémocrates, d'anti-flics, d'antimilitaristes, d'antinucléaires, d'antirépublicains choisissent cette marque relève davantage d'une affaire de marketing politique que de cohérence historique.

 

S. d. V. Pourquoi avoir, à l’époque de la création de votre média, choisi ce nom « Front populaire » ?

M. O. Je souhaitais, pour ma part, que la revue s'appelle « Le Plébéien ». Stéphane Simon, qui était mon associé, ne l'a pas voulu. J’ai proposé alors Front populaire pour deux raisons : d'abord parce que ce qui a été rendu possible par Mai 36 ne l'a pas été par la volonté de Blum et des siens mais par la puissance et la force de la rue, ces fameuses manifestations de Mai 36. C'était une façon de dire que ce que le peuple veut, il peut l'avoir sans verser le sang. Ensuite, parce que notre défense du souverainisme nécessitait, et nécessite toujours, un front populaire au sens, cette fois-ci, premier du terme. On ne saurait recouvrer la souveraineté du pays sans que le peuple fasse un front commun et populaire pour y parvenir. Ce projet reste plus que jamais d'actualité.

 

S. d. V. Pensez-vous que le Nouveau Front populaire vous desserve ?

M. O. Nous n'avons aucune envie d'être associés à ces soutiens plus ou moins lointains du Hamas, car c'est en effet une question de distance, mais cette association de malfaiteurs, au sens étymologique, s'effectue au détriment des Juifs qui, pour certains, envisagent de quitter la France où ils ne se sentent plus en sécurité pour aller dans un pays… en guerre ! C'est dire l’étendue de la malfaisance.

Notre « Front populaire » croit au peuple et il ne lui viendrait pas à l'idée, lui, de refuser le résultat d'une élection républicaine, d'une consultation électorale démocratique, d'une expression du suffrage universel. C'est dire si ce NFP n'est ni démocratique ni républicain mais insurrectionnel, voire, c'est à craindre, putschiste.

Dans quinze jours, leur « Front populaire » sera probablement mort, le nôtre durera. Quant au Front populaire, celui du Léon Blum juif et sioniste, intellectuel haut de gamme et homme de grande vertu, auteur d'un beau Stendhal et le beylisme et d'un stupéfiant Du mariage, il durera au-delà du leur - et du nôtre !

Sabine de Villeroché
Sabine de Villeroché
Journaliste à BV, ancienne avocate au barreau de Paris

Vos commentaires

9 commentaires

  1. Ce parti de bandits souhaite la mort des policiers, et le Gouvernement ne réagit pas ! Et la Justice ne réagit pas ! Notre France est vraiment très très malade, presque autant que son Président !

  2. Merci Monsieur ONFRAY, pour la probité de votre discours.
    Et je souhaite que le dernier paragraphe de votre entretien ci dessus soit la prémonition du dénouement du drame national actuel !

  3. Ce sont ceux qui soutiennent le Front Populaire, qui sont des Factieux et certainement pas, les Gilets Jaunes, ainsi que la Droite Nationaliste et Patriotique ! Hervé de Néoules !

  4. Comment le NFP peut-il croire qu’il va accéder au “pouvoir” alors que leur programme est à l’opposé de ce que souhaite la majorité des Français pour reconquérir le pays. En revanche, pour s’assurer son électorat, ce parti s’est principalement rallié à ceux qui n’ont rien de compatible avec notre civilisation car depuis des décennies, ces peuples ne cherchent qu’à nuire à notre Nation plutôt qu’à s’assimiler avec respect et reconnaissance. Mélenchon lui-même dit qu’en 2027, notre vie va changer, un autre monde est possible, comme l’a dit Macron avant d’être élu. En effet, si les islamo-gauchistes arrivent au “pouvoir”, ils achèveront l’oeuvre destructrice de Macron et ça sera le chaos !

  5. Les idées nauséabondes de ce parti sont à vomir ! Et le comble, je viens de réceptionner le courrier avec les « tracts » électoraux et j’y trouve 3 (trois) tracts de publicité pour le front populaire : est-ce bien normal ou propagande déchaînée d’un fonctionnaire zélé qui tremble pour ses privilèges ?

  6. Tout est dans le titre. Les islamo-gauchistes sont insurrectionnels et putschistes au même titre que certains ordres destinés à nos chances pour la France venus de cultures étrangères dont ils semblent y obéir au doigts et à l’œil.

    • Merci monsieur Onfray j’apprécie tout particulièrement vos analyses en particulier celles du samedi sur CNEWS cela dit la similitude des 2 noms ne peut laisser indifférent. Ce n’est pas une situation facile mais votre mouvement et média ne peut pas être associé à ces gens. Vous comptez sur la fin de leur mouvement mais cela laissera des traces négatives trouvez un autre nom que vous déposerai et sera protéger par REgister Encore merci
      Didier Hardy

  7. « On ne saurait recouvrer la souveraineté du pays sans que le peuple fasse un front commun et populaire pour y parvenir. » Combien des membres qui composent ce peuple ont la conscience de ce que souveraineté veut dire et, combien parmi ceux-là savent que les Français ont été sournoisement dépossédés de tous les attributs de cette souveraineté vendue morceaux par morceaux à l’Europe de Maastricht et donc au lobbies qui la gouvernent ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois