Editoriaux - Polémiques - Politique - 13 septembre 2019

En pleine grève et de sa « voiture de fonction », Sibeth Ndiaye soutient les usagers des transports en commun !

Le vendredi 13 est connu pour porter la poisse ; mais à ce point, qui aurait pu imaginer ?

Ainsi, cette déclaration de Sibeth Ndiaye, sémillante porte-parole du gouvernement, concernant les grèves des transports en commun du lendemain : « Demain matin, j’utilise ma voiture de fonction, comme tous les jours. Donc, je serai de tout cœur avec les Franciliens qui galéreront dans les couloirs du métro. »

Si Sibeth Ndiaye n’existait pas, faudrait-il l’inventer ? Telle est la question qui doit actuellement occuper des cervelles du Château, déjà fort mobilisées par l’immédiate actualité.

L’autrice de ces mots, désormais immortels, « Yes, la meuf est dead ! », lorsque devant officialiser la mort de Simone Veil devant des journalistes un brin incrédules devant tant de virtuosité sémantique, n’en est donc pas à son premier coup d’éclat en matière de stand-up.

Déjà, au défilé du 14 Juillet, elle débarque en pyjama, le haut arborant cette punchline : « Tous les garçons et les filles… » À croire que son tee-shirt Hello Kitty était en transit à la buanderie de Matignon dévolue aux élites républicaines. Puis, en pleine affaire François de Rugy, elle imagine malin de tweeter : « Nous avons conscience que nos concitoyens ne mangent pas du homard tous les jours. Bien souvent, c’est plutôt des kebabs. »

Là, une fois de plus, caramba et encore raté, à en croire la très fouillée enquête de nos confrères du Point, la consommation de cette chose à manger, créée en Allemagne en 1970, ne participerait que de loin à la diversité culturelle de nos assiettes : « Les 360 millions de kebabs écoulés en 2018 arrivent loin derrière les 2,4 milliards de sandwiches, les 1,2 milliard de burgers et le milliard de pizzas vendus en 2018. »

Voilà qui aurait de quoi faire méditer Sibeth Ndiaye sur ces considération politico-gastronomiques, qui, tranquillement véhiculée dans les fauteuils plein cuir – que foutent les militants vegan, on se le demande ? – de sa « voiture de fonction », alors que tant d’autres clampins s’entassent sur ces quais desquels on ne voit rien venir, ni sœur Anne, ni métros et encore moins de RER.

Comme il fallait s’y attendre, les réseaux sociaux n’ont pas tardé à réagir, avec l’ironie glaciale qui, parfois, peut être la leur. Il est vrai que la principale intéressée aurait un peu tendance à leur mâcher le travail, surtout quand, dans la foulée, elle défend un Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale venant tout juste d’être mis en examen et qui n’en demandait sûrement pas tant.

Sibeth Ndiaye : « C’est un homme loyal, droit, qui a eu un parcours politique exemplaire. » Certes. Le meilleure reste pourtant à venir : « C’est un homme qui comme beaucoup d’autres a fait un choix qui n’est pas évident, quitter sa famille politique, en cohérence avec ses idées. Dans la vie d’un homme c’est quelque chose qu’il faut noter. »

Si l’on résume, Richard est un « homme loyal » parce qu’il a trahi ses amis. Cela doit participer d’une certaine forme de sagesse exotique que nous, pauvres Gaulois, sommes incapables de saisir.

En attendant, nous sommes bien heureux d’apprendre que, de sa voiture de fonction, cette grande dame puisse compatir à nos petits malheurs.

Ne reste plus qu’à lui offrir une chaise à porteurs, moyen de locomotion susceptible d’alléger son bilan carbone et de rehausser celui de sa proximité politique vis-à-vis du bas peuple.

À lire aussi

Alain Finkielkraut, serial violeur ?

Et là, la boulette, l’erreur tragique consistant à faire de l’humour avec une féministe...…