Amélie de Montchalin nous avertissait gravement, dimanche, d’un « ras-le-bol démocratique ». Certes, Madame le ministre, mais à qui la faute ? Ne faudrait-il pas plutôt parler d’une sanction du gouvernement, puisque ce tour de chauffe présidentiel se solde par un échec ? L’abstention des Français, pas dupes de la manœuvre, peut être vue comme une leçon démocratique.

On sait que les régionales ne mobilisent guère les Français, à la différence des municipales où l’on vote pour son maire : la mairie est près du clocher. Ajoutez à cela de nouveaux découpages, abstraits, une sabordée, un peu d’air retrouvé, il n’en fallait pas plus pour que les Français s’abstiennent. Ils l’ont fait sans mesurer leur peine. Et les politiques de crier au suicide de la .

Emmanuel Macron, fin stratège, s’était dit : je vais être, moi, le anywhere, un somewhere. Pour porter la parole, je vais me faire, comme saint Paul, « tout à tous ». Pour ranimer la flamme amoureuse des débuts, je refais mon tour de et mouille le maillot. En vérité, il fut partout et on n’a parlé que de lui. Il a fait des selfies, il a parlé cash, il a touché car il est très « tactile », comme on sait. Il a même reçu une . Il a promené son visage bronzé et son sourire éclatant, du Stade de France à un jardin d’enfants, lancé la Cause de la lecture, à la maison de La Fontaine, en compagnie de Fabrice Luchini. Il a donné de lui sans compter. En récompense, il reçoit, hier, une claque électorale. Quelle ingratitude !

Le Président s’était dit aussi : ma personne ne suffira pas. Je donne mes ministres. Et le Président a parachuté ses poids lourds dans les territoires, dont le garde des Sceaux, Gérald Darmanin, Marlène Schiappa. Et ça n’a pas du tout marché. Dupond-Moretti et Marlène Schiappa, « très colère », ont raté leur atterrissage. Bref, l’opération somewhere fut un fiasco comme beaucoup d’autres. À qui la faute ? L’indifférence des Français, petits jouisseurs des bords de mer et des subsides gratuits ? La ritournelle du « tous pourris » ? Gifle roborative, plutôt, significative d’un « rejet global », comme disait Marchais, d’une « gouvernance » qui a fait son temps. Leçon de démocratie donnée à un Président venu faire sa tournée présidentielle à contretemps : on ne gouverne pas un pays sans ce pays.

Comme d’habitude, les sondages se sont trompés. On a dit, non sans dédain, que les électeurs étaient une élite intellectuelle et des . Et les absents, les jeunes et les . Certains journalistes ont parlé du fiasco de la stratégie macronienne tout en prétendant intact le charisme présidentiel. Sans , en déroute, Macron se retrouve seul, comme il le fut toujours. Mais le RN ne fait pas non plus le score attendu. S’il n’y avait pas de second tour, le duel au sommet, tant espéré par le Président, n’aurait pas lieu. Venu vendre sa du nouveau monde et le rejet de la marque satanique, c’est de l’ancien monde, et gauche, que vient le camouflet. Suite et fin dimanche !

22 juin 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 5 votes
Votre avis ?
31 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires