L’effondrement inédit de la participation des Français aux élections régionales devrait plus qu’inquiéter les hommes politiques en général, et l’exécutif en place en particulier. L’ de 7 Français sur 10 est désormais un mode d’expression, au même titre que le mouvement des gilets jaunes qui pourrait repartir de plus belle bientôt.

Il suffit, pour s’en convaincre, de consulter les statistiques de ventes de voitures neuves sur les douze derniers mois. Deux voitures sur dix achetées l’an dernier par les Français étaient électriques ou hybrides. Un chiffre qui devrait atteindre ou dépasser les 30 % en cours d’année 2021. Et devinez un peu qui achète ces voitures ? Les bobos parisiens, lyonnais, bordelais, nantais ou grenoblois. Pas les gilets jaunes.

Quel lien entre les voitures électriques ou hybrides, les régionales et l’abstention ?

Il est pourtant simple. Le mouvement des gilets jaunes, qui a poussé dans la rue et sur les ronds-points à son paroxysme plus d’un million de manifestants, était la manifestation d’une nouvelle forme d’expression populaire. Faute d’Assemblée nationale réellement représentative, des millions de Français ont agité un drapeau rouge sous les yeux du pouvoir exécutif.


Gilets Jaunes : rien n’a changé 

Deux ans, une pandémie et trois confinements plus tard, rien n’a changé.

Ou plutôt si : comme si de rien n’était, on accélère le déploiement d’éoliennes un peu partout sur le territoire et en mer, avec le soutien inconditionnel des maires verts des grandes villes et de leurs électeurs… qui ne verront pas une éolienne pointer le bout de sa pale à moins de 40 kilomètres de chez eux, au bas mot.

Comme si de rien n’était, l’Assemblée nationale non représentative vote tranquillement le principe des ZFE (zones à faibles émissions) que plusieurs grandes métropoles s’apprêtent à mettre en place, dès cette année ou l’an prochain. Zones dans lesquelles des voitures construites en 2011, c’est-à-dire il y a seulement dix ans, seront bannies demain !

Comme si de rien n’était, le prix des carburants est reparti à la hausse (+30 % en un an), signe de la reprise de l’ mondiale, et la promesse d’une TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) flottante, capable de modérer la hausse du prix des carburants, est tombée dans les oubliettes.

Reprenons l’équation : hausse du prix des carburants + interdiction de circuler pour des millions de voitures + installation d’éoliennes « à la » et en mer, là où les bobos écolos ne vivent pas mais viennent se « ressourcer » quelques semaines par an = situation totalement explosive.

L’abstention massive doit inquiéter : la démocratie est en danger

Quand vous n’allez plus voter, alors que deux bulletins de vote au bas mot, celui de La insoumise et du Rassemblement national, servaient jusqu’ici à canaliser le mécontentement de millions de Français, c’est très, très mauvais signe.

Quand vous n’allez plus voter, c’est que vous ne croyez plus que la démocratie vous permette de décider de votre destin et d’exprimer vos idées.

Demeure une question : à quand, la saison 2 des gilets jaunes ? La réponse est assez simple : quand l’argent magique cessera de maintenir artificiellement la tête hors de l’eau de ceux qui ont tout perdu avec la pandémie. Ou de ceux qui n’avaient pas grand chose avant, et pas plus après, mais toujours moins. Or, Bruno Le Maire a bien prévenu : le quoi qu’il en coûte va devoir prendre fin. Pas question de continuer à distribuer de l’argent hélicoptère jusqu’à la présidentielle. Les gilets jaunes dans la rue à la rentrée prochaine ou à Noël ? C’est (malheureusement) plus que possible, pour ne pas dire probable.

21 juin 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.9 9 votes
Votre avis ?
55 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires