Drôle de campagne. Celle des législatives comme celle de la présidentielle, qui n'a en fait rien clarifié. Un Président réélu, mais on ne sait trop sur quel programme : contre l'extrême droite pendant quinze jours, contre Mélenchon pour le mois qui vient. Et surtout un Président d'emblée impopulaire et toujours sans Premier ministre pour mener la bataille des législatives. Emmanuel Macron semble vouloir étirer le temps, prolonger la décantation. Le Monde, rendant compte de son investiture, souligne le non-événement et l'étrangeté de ce « nouveau » Président « peu pressé d'entrer de plain-pied dans son nouveau mandat ». Un Président en apesanteur, que la guerre en Ukraine ne semble plus obnubiler, alors qu'on se rapproche de moments décisifs, un Président qui repousse après les législatives le discours de vérité sur l'état du pays, comme s'il ne fallait pas brusquer davantage des Français déboussolés.

Quant à l'opposition, le constat est identique du côté de Marine Le Pen. À tel point que l'on en vient, jusque sur Boulevard Voltaire, à vous demander qui est le leader de l'opposition, Le Pen ou Mélenchon ? À tel point, aussi, que sur les plateaux télévisés, comme sur CNews samedi, on réunit les éditorialistes autour du thème : « Où est passée Marine Le Pen ? » Et des journalistes, qui étaient loin de lui être hostiles, sont bien obligés de poser les questions qui fâchent, comme Alexandre Devecchio, qui s'est étonné de son comportement de « boutiquière » en dénonçant son inaction depuis quinze jours, par contraste avec la dynamique lancée par Mélenchon.

Ce samedi, en effet, le contraste était fort entre le lancement de la campagne de la gauche réunie, à Aubervilliers, et la situation à droite. Certes, on sait que la gauche avait toujours eu une grosse longueur d'avance sur les réconciliations, les arrangements d'appareils, le réalisme politique, mais que la droite en soit là où elle en est, cela dépasse l'entendement. D'ailleurs, Jean-Luc Mélenchon, porté par sa dynamique, a exploité cette différence entre sa volonté de devenir Premier ministre et la déclaration de Jordan Bardella précisant que Marine Le Pen ne voulait pas l'être.

Du côté d'Éric Zemmour, ce samedi, l'heure était aussi au lancement de la campagne, avec rassemblement des 550 candidats de son nouveau parti. Discours de Marion Maréchal, qui s'est projetée dans une conquête du pouvoir à moyen terme. Discours d'Éric Zemmour, aussi, revenant sur la signification de son score décevant du premier tour :

Un premier sondage réalisé cette semaine par Cluster 17 après l'officialisation de l'accord à gauche montrait une vraie dynamique électorale pour la NUPES, la coalition portée par Mélenchon : 34 % (+9), nettement devant la majorité sortante de Macron (24,5 %) et le RN à 19,5 %. C'est la première surprise de cette campagne qui devait s'acheminer vers la simple ratification de l'élection présidentielle. Mélenchon a eu l'intuition qu'il y avait une carte à jouer face à ce Président réélu par défaut et sans élan. Les Français veulent une cohabitation : il répond à la demande, lui.

Il y a quelques mois, quand la gauche de Mélenchon était donnée à un plafond de 9 %, j'avais indiqué dans ces colonnes les raisons qui contredisaient une telle photo. Cette fois, la percée Mélenchon est bien réelle, avec une dynamique d'union, un civisme supérieur à celui de l'électorat de droite, une opposition de droite divisée et en apesanteur et, surtout, un désir de revanche sur un second tour qui lui a échappé de peu le 24 avril.

Une chose est sûre : ce mois de mai 2022 est un mai Mélenchon.

5917 vues

8 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

71 commentaires

  1. Le RN et MLP auront leurs 5 millions de voix et 25/30 députés. Et elle a démarre fort sa campagne dimanche dans son fief. Et Delvecchio du figaro et consorts aigris par les 7% de Zemmour disent haro sur MLP – voir la fable de La Fontaine – dans la continuité du 2ème tour , et donnent des leçons d’entente après les insultes et le mépris. Je pense personnellement qu’elle a raison de mener cette campagne de cette façon. Qui vivra verra…

  2. J’ai souri en voyant ici, dans un récent sondage BV, Marine arriver en tête de l’opposition à Macron…. Loin devant Mélenchon…..
    Ce dernier a réussi « l’exploit » d’un « Rassemblement inédit », alors que le… « Rassemblement-dit-National » en était loin, refusant toute alliance avec Zemmour…
    Aux Législatives, la « Droate » va perdre, une fois de plus…. faute d’Union !
    « Avec ces crânes d’oeufs, on ne peut faire qu’une omelette » !

  3. Melenchon a une grande chance de l’emporter aux législatives. Ils s’est fait voler le deuxième tour des présidentielles. Le score de le pen étant sans doute sur estimé car parfaite concurrente pour macron. Reconquête fera sans doute de bon score dans le sud-est où beaucoup de voies obtenues au premier tour se sont retrouvées chez la le pen. Quand au programme de macron, il suffit de demander à Mc kingsley.

  4. Malheureusement le comportement actuel de MLP donne, une fois de plus, l’image du désintérêt pour le pays et pour ses électeurs. Regrettable.
    Que MLP n’ait pas aimée certains « constats » pendant la campagne, soit.
    Maintenant il est grand temps de faire preuve de hauteur, ou bien de rendre le tablier.

  5. Comme le soulignait récemment et à juste titre Olivier Marchal, « Mélenchon est un connard ».
    C’est cet individu aussi étrange que dangereux qui représente actuellement la honte française.
    Le reste, c’est du pipeau.

  6. Depuis long temps on sait que le FN ou RN ne veut pas gouverner j’ai voté pour eux juste pour me montrer ne pas faire partie du troupeau,mais on ne me reprendra plus;
    La démocratie est arrivé à la limite de ses possibilités.

  7. « Un Président réélu, mais on ne sait trop sur quel programme »
    Oh si : « les fraudes, les mensonges, la manipulation pour toujours plus de dollars »

  8. Parler de cohabitation entre Macron et Mélenchon est une véritable Imposture, car ils font tous deux partie de cette Franc Maçonnerie Mondialiste, le 1er encarté P.S. en 2017, mais P.S. sauce caviar, et le Second qui a créé ou poussé à créer L.F.I. pour attirer les extrêmes de Gauche inclus P.S., et les Islamo gauchistes. Drôle d’équipage qui ne peut que contribuer à la descente aux Enfers de la France; Enfer pour soumettre sans distinction, les meilleurs Républicains inclus…

  9. …..et, moi, j’avais préconisé une « dynamisation » de NDA, pour le passer de 2 à 30%, avec les retraits de MLP et de EZ et les « flots » de LR soit la Droite véritable devenant n°1 et un duel dont n’ont pas voulu ni les sondeurs ni les médias! Ils nous ont imposé le duel chéri de Macron avec MLP!

  10. On nous a imposé le thème du pouvoir d’achat, maintenant on nous impose Mélenchon.
    Les médias l’ont choisi, donc il gagnera. L’attitude de Marine est incompréhensible.

    1.  » incompréhensible  » et impardonnable son attitude va faire que le camp patriote va être minoritaire et ne pèsera rien , la bande à l’élu du 24/04 et son associé la méluche vont pouvoir faire tout ce qui est contraire aux intérêts des français et finir le boulot .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter