Le 2 mai dernier, un vétérinaire, jugé pour faux et usage de faux, était poursuivi par la Justice pour avoir rédigé en 2019 une fausse ordonnance pour aider à mourir un de ses amis âgé de 60 ans qui souffrait de la maladie de Charcot. Il a été relaxé par le tribunal correctionnel d’Angers. Les juges se sont exprimés : « Il y avait état de nécessité, il ne s’agissait pas de sauvegarder la personne mais d’éviter qu’elle souffre... », a rapporté Ouest-France.

Maître Barret, l’avocat du prévenu, a plaidé l’ambiguïté du dossier : « Qu’est-ce qu’il aurait fallu faire ? Le laisser à nouveau s’exposer à des souffrances après trois tentatives de suicide ? » Le malade n’avait jamais caché sa volonté de mettre fin à ses jours et le vétérinaire n’a fait que l’aider à accomplir sa volonté, selon l’avocat.

Cette affaire remet sur le devant de la scène le douloureux débat de la fin de vie mais aussi de l’ et du suicide assisté. On se souvient de l'affaire Vincent Lambert. Le patient était plongé dans un état végétatif chronique à la suite d’un accident de la route. Les membres de sa famille furent en conflit quant aux suites à donner : stopper son traitement, continuer à le garder en vie ou bien le mener vers la assistée ? Après des années de procédures judiciaires, Vincent Lambert mourut le 11 juillet 2019 après huit jours d’agonie suite à l’arrêt total des traitements et de l’alimentation qui le maintenaient en vie.

En 2017, le député Olivier Falorni (PRG) déposa une proposition de loi sur la fin de vie : « » Une fin de vie libre est choisie. » Il en appelait « au gouvernement et à la majorité » pour que le débat se poursuive. Mais plus de 3.000 amendements furent déposés. L’examen de la proposition de loi n’arrivera jamais à son terme.

L’article 1er fut cependant adopté, avec l’amendement du député Guillaume Chiche (PS). Cet article ouvre le droit à une « assistance médicalisée active à mourir » : un droit d’accès universel à des soins palliatifs et à un accompagnement dans la fin de vie.

Et les dérives de cette pratique ? On peut les connaître en regardant ce qu'il se passe chez nos voisins belges. L’ y est légale, même pour les mineurs. C'est ainsi qu'en 2012, par exemple, Mme Godelieve de Troyer fut euthanasiée sans que ses enfants ne soient au courant. Ils furent prévenus le lendemain de sa et l'un de ses fils porta plainte. Un exemple parmi d’autres des dérives de la loi de 2002 qui a dépénalisé l'euthanasie en Belgique.

Néanmoins, selon l’IFOP, 93 % des Français considèrent que la loi française devrait autoriser les médecins à mettre fin, sans souffrance, à la vie des personnes atteintes de maladies insupportables et incurables, si elle le demandent. De plus, 87 % estiment qu’il est urgent que l’ débatte de ces questions.

Depuis ce lundi 2 mai et cette affaire d'Angers, beaucoup s’expriment sur le sujet. Des associations sont intervenues sur l’affaire, notamment sur Twitter : l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), par exemple. Elle demande la légalisation du droit à l’ et reproche à la loi sur la fin de vie de n’être pas assez complète.

Rappelons que le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a confirmé, le 11 avril dernier, que la prochaine grande réforme sociétale du nouveau quinquennat serait le « droit à mourir dans la dignité ». L'ancien député des Yvelines Jean-Frédéric Poisson a réagi dans une tribune publiée dans L’Incorrect. Le président de Via, la voie du peuple (ex-PCD) rappelle que « c’est un sujet aux conséquences lourdes, qui concerne chaque Français personnellement, dans son humanité et sur lequel nous ne pouvons pas nous contenter de prendre des décisions hâtives ». Pour lui, la seule solution est de concentrer les investissements et les efforts d’innovation sur les soins palliatifs. Mais ceci a un coût... le coût d'une civilisation.

5452 vues

8 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

39 commentaires

  1. La solution : Pfizer la piquouse ! Moins de retraites à payer, que du bénef ! Les autres plus jeunes qui ne résisteront pas au vaccin, seront comptabilisés comme dommages collatéraux.
    Une loi qui sera votée sous des prétextes charitables, on connaît déjà ; on sait qu’elle sera détournée et durcie, amplifiée toujours pour des raisons d’humanité. En route vers Soleil Vert !

  2. Et tout comme pour les étapes successives concernant le « mariage », jusqu’aux couples gays et lesbiennes, la PMA jurant que jamais ILS ne viendraient à proposer la GPA, et LGBT enseigné en scolaire, on peut prédire que dans un temps futur, sans doute prochain quinquennat, ILS en viendront à mettre en Loi ou Décret l’euthanasie sélective pour une tranche âgée, trop couteuse, ou autre critère politicien. Et ce sont les mêmes qui ont aboli la peine de mort pour les assassins !

  3. Les pires ignominies se sont faites avec les meilleures intentions.
    Après la covidiotie et bientôt le crédit social à la Chinoise, l’autorisation et même l’incitation à la mort.

  4. Les nations de la planète ont déjà trouvé un moyen efficace de sacrifier les innocents. Maintenant c’est au tour des vieux. Peut-être une prime aux familles pour qu’ils réussissent à convaincre leurs vieux qu’ils sont un fardeau pour la société. Cela s’appelle « évolution ».

  5. Comme chantait Brel ; »Mourir, celà n’est rien, mourir la belle affaire, mais vieillir, vieillir…….. ».
    Pour moi, je suis bien décidé à me supprimer moi-même si mon autonomie et ma réflexion déclinent trop fortement …. légalement…. ou non.

  6. L’Eglise de France a fait voter Macron, et les cathos ont voté à 55% pour le fossoyeur de la France, de ses valeurs familiales, historiques et humaines. Si vous êtes cathos encore, réveillez-vous.

  7. Et oui les soins palliatifs ça coute cher !!!
    Quelle aubaine de pouvoir enthanasier les vieux que tout le monde déteste…
    Sujet trop personnel pour que l’on en fasse une loi économique .
    N’oublions pas que l’affaire Vincent Lambert a été un scandale …et que le plus grand adepte de l’euthanasie dans l’histoire récente ce fut Hitler !!!

  8. Espérons que ca ne donnera pas les mêmes dérives que l’avortement, 12 semaines, puis 14 semaines, puis jusqu’au 9e mois pour détresse psychosociale. Si on suit la même trajectoire pour l’euthanasie, on achèvera bientot les gens sans leur demander leur avis …

    1. C’est évident. Pour faire passer ce genre de loi, on va invoquer la liberté de décider. Liberté de bien portants qui ont peur de souffrir et de mourir, et qui ne savent pas que, mis au pied du mur, on préfère la plupart du temps rester près des siens plus longtemps. Trop tard, ils auront donné leur consentement, ou on le leur aura extorqué en les trompant. Comme pour les « vaccins ».

  9. Mourir dans la dignité c’est dans le même temps l’étape avant de mourir dans la pauvreté

  10. Il faudrait, prioritairement, euthanasier tous nos barbares assassins, ceux qui sont malades au point d’égorger et d’assassiner des innocents avec l’excuse de souffrir de pathologies mentales ou d’être sous l’effet de stupéfiants ! Pour les innocents, il faut développer les soins palliatifs ; j’ai vu des personnels dévoués, plein d’humanité et de respect pour leurs patients, tout à fait aptes à alléger et à rendre très douce la fin de vie, grâce à des thérapeutiques adaptées et à leur présence.

  11. En tant que chirurgien ayant pratiqué principalement pendant une quarantaine d’années la chirurgie cancérologique, je suis opposé à une loi sur l’euthanasie. Je pense en effet pour l’avoir beaucoup pratiqué, que l’on peut accompagner dignement une fin de vie. De plus, sans mettre en cause la probité des uns et des autres, combien de papy et mamy gênants passeront de vie à trépas pour de sordides intérêts? non au permis de tuer.

    1. Pour avoir vu mes parents mourir tous deux de cancer et souffrir malgré la morphine je préfère, pour moi, le suicide assisté plutôt que de traîner des semaines ou mois sur un lit d’hôpital en sachant qu’au bout il y a obligatoirement un cercueil. En tant que mèdecin vous êtes là pour soigner mais vous devez tenir compte des désirs du patient qui parfois n’a plus envie de vivre une vie sordide sans avenir.

  12. Un pas de plus en avant vers le souhait de Jacques Attali de « généraliser » l’euthanasie, car selon « cet-immense-expert-en-tout », et éventuellement conseiller très spécial des présidents successifs, « il y a trop de vieux en France, qui coûtent trop cher à la société », comprendre qu’ils coûtent trop cher à l’État.
    Plutôt que de donner 300 millions de $ à l’Ukraine, ce « pognon de dingue » pourrait servir aux français qui en ont besoin.

    1. Il serait bien qu’il se dévoue pour donner l’exemple. Nous le regretterions pas beaucoup.

    2. C’est un avis je vous invite à ouvrir votre pensée. Quand un de vos proches sera dans une souffrance atroce vous développerez un discours plus complet.

    3. Généraliser l’euthanasie, selon Attali, sauf pour lui et ses comparses. Ces improductifs estiment qu’ils sont irremplaçables et doivent donc demeurer sur terre le plus longtemps possible. D’ailleurs ils s’y emploient à merveille puisqu’ils vivent jusqu’à des âges que le commun des mortels laborieux pourrait leur envier. Gageons que s’il se découvrait un élixir d’éternité, ces scélérats ne manqueraient pas d’en réserver l’usage à leurs seules personnes.

  13. Sans doute une bonne occasion pour l ‘ élite mondiale d ‘ abaisser rapidement le nombre de la population ainsi qu ‘ elle le souhaite ;
    La macronie va bien entendu s ‘ emparer de ce grave sujet , avec les conséquences que l ‘ on redoute ; il y a pourtant bien d ‘ autres priorités , dans ce pays au bord du chaos , que l ‘ euthanasie …

  14. Le respect de la vie humaine étant accessoire pour les progressistes, il convient de privilégier la solution la plus économique : l’euthanasie est moins coûteuse que les soins palliatifs. Et si, plutôt que du prétendu droit à mourir dans la dignité, on parlait du droit à vivre sous un gouvernement digne, qui respecte la dignité humaine, de la conception à la fin de vie ?

    1. La dignité qu’ils invoquent n’est qu’un artefact pour faire avaler au bon peuple les pires ignominies. La vérité est que pour eux, nous sommes beaucoup trop nombreux, surtout les inutiles économiquement.
      Pourquoi Attali et Soros ne montrent-ils pas l’exemple?

  15. Entre l’allongement du délai légal pour l’IVG, l’âge de la retraite qui s’éloigne, s’éloigne, puis l’euthanasie légalisés, facilitée, encouragée, si on arrive à venir au monde, on ne restera pas longtemps sur les terres de notre douce France.

    1. Tout est bon sauf douce france qui il y a au moins 5 ans que c’est révolue. Lol

  16. Vous allez surtout mourir en silence , la vaccination forcenée va s en charger, et le rétrovil va faire son œuvre .Amen

  17. Nos vieux (nous demain) ont souvent la tête versatile. Parfois ils veulent mourir..souvent pour nous manipuler.. Leur vieillesse protégée a un cout, financier et psychologique. Elle mange l’héritage ou les revenus des enfants. De plus, Ils sont souvent tyranniques, grossiers, agressifs, égoïstes, manipulateurs, du fait de la dégénérescence du lobe frontal. On rêve souvent de les étrangler. Mais le respect absolu de la vie empêche de passer à l’acte. L’euthanasie ouvre la boite de Pandore..

    1. Votre image négative des « vieux » me semble érronée, vous faites une généralité de peut être quelques exemples de votre famille ? Pour ce qui est de l’héritage, s’il y en a un, c’est que ceux que vous appelez les « vieux » ont travaillé pour l’acquérir et ce n’est pas un droit pour les enfants même s’ils souhaitent la mort de leurs parents pour en profiter.Le suicide assisté est décidé par l’individu lui-même et non par son entourage sauf cas très particulier tel un accident irréversible.

      1. J’ai plutôt cru comprendre que @Mieke décrivait ce que nous constatons souvent au pied du lit des malades ou dans le couloir des EHPAD.

        Et il dit très bien ce que nous, nous espérons : « que la boite de Pandore ne soit pas ouverte » par les macronistes sataniques, Attali et l’ADMD, toujours tapis dans l’ombre.

        Quant au suicide assisté, imaginez vous donc à la place de l’infirmière qui doit aider à cet acte.
        Trop facile de faire faire cet acte par 1 autre.

    2. « … elle mange l’héritage ».
      À mon sens, l’héritage n’est pas un dû et donc il est normal qu’un parent puise dans son propre bien pour se soigner ou
      tout simplement pour vivre.

      1. Bien sur.
        Mais on voit que vous n’avez jamais pu assister au partage des biens d’un ancien, au pied de son lit à l’hôpital.
        Plus fréquent hélas que vous pouvez imaginer.

    3. Vous avez raison : l’euthanasie ouvre la boite de Pandore.
      Oui, c’est difficile de voir nos anciens devenir agressifs, égoïstes, du fait de la dégénérescence du lobe frontal.
      Mais nous deviendrons comme eux.
      Et la dégénérescence due à l’âge permet – elle de nous débarrasser de nos anciens?
      Pour moi, l’amour doit les entourer malgré tut et comme vous le dites si bien : « le respect absolu de la vie empêche de passer à l’acte » et donc de refuser l’euthanasie pour ceux que nous aimons

    4. Tu as une mauvaise image de tes parents, tu dois être aigri et frustré, tu languis ton héritage

    5. Les vieux « sont souvent tyranniques, grossiers, agressifs, égoïstes, manipulateurs, du fait de la dégénérescence du lobe frontal » ? Ne projetez pas vos propres travers sur les autres, changez de fréquentations, je connais et ai connu des vieux à l’opposé de ça !

    6. Vaste sujet! mais ne prenez pas les vieux pour des cerveaux en décomposition ! Entre ceux ( celles) qui veulent retourner à l’état de bébé couvé et « après moi le déluge », je consomme ; ceux qui continuent à radiner et stockent les sous « pour vous, mes enfants, mais vous les aurez seulement à la fin, quand vous serez vous aussi trop vieux pour en profiter et en moins bon état que moi »; et ceux qui pensent ( enfin) juste mais sont entravés par les circonstances matérielles et expressives..;

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter