La jeune militante écologiste s’est exprimée, mardi, à l’Assemblée nationale devant 162 députés.

Le docteur Laurent Alexandre réagit à cet événement et dénonce un discours « apocalyptique ».

Greta Thunberg est à l’Assemblée nationale. Certains l’admirent, d’autres la combattent. Vous faites partie de la seconde catégorie. Selon vous, de quoi Greta Thunberg est-elle le nom ?

Elle est le nom d’une simplification enfantine des enjeux climatiques et énergétiques. Je reproche le caractère apocalyptique de ce discours. Il n’y a pas que l’enjeu du CO2, sur Terre. La focalisation de toute la société sur le gaz carbonique serait contre-productive. Il y a d’autres chantiers et des tas de maladies à traiter. Il y a aussi l’éducation, le développement des pays émergents et l’augmentation du niveau de vie des classes populaires. Même si les enjeux climatiques et énergétiques sont importants, on ne peut pas résumer le monde à une affaire de CO2.

On peut se demander qui se cache derrière Greta Thunberg et finance sa croisade.
Vous êtes-vous penché sur ce sujet ? Quels intérêts pourraient avoir une convergence avec les paroles de Greta Thunberg ?

Je ne prétends pas du tout que Greta Thunberg soit corrompue ou achetée. En revanche, son discours profite à un certain nombre de lobbys, notamment le lobby du gaz. Quand on met du photovoltaïque, il faut des centrales à gaz pour donner de l’électricité aux gens.
Concernant le lobby des énergies renouvelables, énormément de subventions sont distribuées pour ceux qui sont dans le domaine des éoliennes et du photovoltaïque.
La Russie devient un fournisseur important de gaz en Europe. La Chine produit beaucoup de panneaux photovoltaïques pour l’Europe. Elle a le quasi-monopole des métaux rares nécessaires pour faire fonctionner les énergies renouvelables.
Greta Thunberg n’est pas achetée par les lobbys. En revanche, elle profite à des lobbys qui ont tout intérêt à voir ce discours se développer.
Tous les vendeurs de gaz promeuvent l’éolien et le photovoltaïque avec l’argument « Quand il n’y a pas de vent et quand il n’y a pas de soleil, nous aurons le gaz pour remplacer l’éolien et le photovoltaïque ».
Ce schéma produit naturellement une augmentation du gaz carbonique. C’est un discours extrêmement cynique.

La venue de Greta Thunberg est le point culminant d’une espèce d’hystérisation du débat. On a l’impression que les observateurs scientifiques se divisent entre climato-sceptiques et collapsologues, comme s’il n’y avait pas d’entre-deux possible.
Soit tout va bien et il ne se passe rien. Soit nous allons tous mourir…

Je ne vois pas beaucoup de climato-sceptiques. Je ne l’ai jamais été. J’ai toujours cru au réchauffement climatique et qu’il était majoritairement de cause humaine, même si la responsabilité des différents gaz à effet de serre n’est pas parfaitement élucidée aujourd’hui.
Le problème n’est pas là. Le problème se pose davantage sur les mesures.
Hélas, aujourd’hui, une bonne partie des écologistes proposent des solutions contre-productives. Ils proposent, par exemple, d’interdire l’usage du glyphosate dans l’agriculture. Or, cela conduit à l’augmentation du CO2. Sans glyphosate, il faut revenir au labour. Cela émet beaucoup de gaz carbonique avec les tracteurs au diesel, etc. Ils proposent encore, pour la majorité d’entre eux, une énergie sans centrales nucléaires.
Il faut savoir que l’éolien et le solaire ne fonctionnent que très peu de temps dans une journée. Quand ils ne fonctionnent pas, il faut des centrales à gaz pour remplacer leur fonctionnement. Cela arrive la nuit. Les nuits sans vent, les éoliennes et les panneaux solaires ne fonctionnent pas.
En réalité, les écologistes proposent des solutions qui sont très largement contre-productives.
L’objectif des Verts n’est pas de diminuer le gaz carbonique, mais de supprimer le nucléaire. Entre supprimer le nucléaire et diminuer le réchauffement, il va falloir choisir. Il n’est pas possible de diminuer le réchauffement climatique si on exclut le nucléaire, parce que les autres sources d’énergie produisent beaucoup de CO2.

À lire aussi

Laurent Alexandre : « Le professeur Montagnier est dans l’outrance complotiste ! »

Le Professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, a accusé des biologistes chinois d'a…