C’était une promesse de campagne des municipales d’ : en cas de victoire, elle souhaitait prolonger le « coup de foudre entre et les », selon les termes prononcés par le maire socialiste juste avant le premier tour, rapporte Le Monde.

Au total, « nous doublons notre soutien financier, qui va passer d’environ 200.000 euros à 400.000 euros par an », annonce, au Monde, Jean-Luc Romero-Michel, militant homosexuel historique et adjoint d’Anne Hidalgo chargé des droits humains (sic), de l’intégration et de la lutte contre les discriminations.

Lors du prochain conseil municipal d’octobre, des subventions de 382.650 euros vont être attribuées à vingt-cinq associations LGBT, comme le Centre LGBT Paris-Île-de-France, l’Inter-LGBT, qui organise la Marche des fiertés, Le Refuge ou encore SOS Homophobie. D’autres projets avaient été votés dès juillet. « En faveur des homosexuels, bisexuels, transgenres, queers mais aussi intersexes », explique Le Monde.

« Petits arrangements entre amis »

Cette distribution des subventions n’est pas vue d’un bon œil, en particulier du côté des Républicains. Nelly Garnier, élue proche de Rachida Dati, estime que le Conseil de Paris fait des « petits arrangements entre amis » et ne soutient pas toujours des associations « à l’utilité publique incontestable […] par exemple lorsqu’elles favorisent des replis communautaires ». « Cette méthode est symptomatique de la politique de Paris envers les associations : toujours plus d’argent, distribué de façon toujours plus obscure », ajoute-t-elle.

Création d’une Maison des cultures LGBT+

La Maison des cultures LGBT+, lieu d’expositions valorisant cette communauté, devrait également voir le jour dans le IVe arrondissement. Mais ce projet est lui aussi controversé, y compris du côté des militants LGBT qui s’interrogent sur l’opportunité d’un tel projet : « Faut-il vraiment mettre des moyens sur un énième lieu d’exposition alors que tant d’associations actuelles sont dans la détresse ? », demande Marame Kane, du Centre LGBT, citée par Le Monde.

À lire aussi

Attentat de Conflans : l’assaillant aurait contacté Abdelhakim Sefrioui et le père d’une élève leur annonçant vouloir « venger le prophète »

Selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, ces derniers ont « manifestement lancé u…