Robert Ménard a tweeté son soutien à Gilbert Collard, mis en examen, par ces mots : « Images #Daesh @GilbertCollard aurait dû tabasser un homme à terre, il aurait fini à la commission de défense. #MjidElGuerrab ».

Il s’en explique au micro de Boulevard Voltaire.

Robert Ménard, vous avez tweeté votre soutien à Gilbert Collard, mis en examen, en comparant sa situation avec celle de M’jid El Guerrab, désormais ancien de La République en marche. Pourquoi avoir fait ce lien ?

C’était ironique.
Je trouve tellement absurde et grotesque d’avoir levé cette immunité parlementaire, tout comme, d’ailleurs, de poursuivre Gilbert Collard pour avoir simplement montré la réalité. Il a montré ce genre d’images pour les dénoncer, évidemment. Qui peut en douter un dixième de seconde ? Personne !
C’est une situation ubuesque.
On veut juste s’en prendre à lui sans aucune raison objective.
Qu’on discute les idées des gens, qu’on les conteste, d’accord, mais là, c’est une instrumentalisation de la Justice.
Je trouve que la ne sort pas grandie d’un épisode aussi ubuesque que celui-là.

En citant ce député, que tout connaît maintenant, de La République en marche, je voulais montrer qu’il y avait deux poids deux mesures.
Il tape un militant socialiste au sol et il est récompensé ou presque, puisqu’il passe d’une commission à une autre.
Lorsqu’on s’en prend physiquement à quelqu’un, on n’est pas sanctionné. C’est le cas de ce député.
Mais on montre du doigt Gilbert Collard qui ne fait que dénoncer une situation terrible : celle des crimes des islamistes.

La députée Clémentine Autain, du Front de gauche, a été également étonnée de cette levée de l’immunité parlementaire.

Elle a raison.
Ce n’est pas parce que nous ne pensons pas la même chose sur tout un tas de questions que je vais dire le contraire.
Elle a été la seule à préserver l’honneur de ce groupe de parlementaires qui vous disent lâchement : « On ne se prononce pas sur le fond, on ne se prononce que sur la forme. » Mon œil !
Au moins s’est comportée de façon digne et je la salue.

29 septembre 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.