C’est aujourd’hui, 4 janvier, que démarre le tirage au sort des 35 citoyens qui constitueront le collectif voulu par . Pour mémoire, rappelons ce hasard « à peine croyable » (si c’est Franceinfo.fr qui l’écrit) : , l’ancien député Europe Écologie Les Verts avait été tiré au sort pour participer à la pour le . Gageons que le « prestataire spécialisé » aura la main heureuse dans ce tirage au sort !

Quel sera le rôle de ce collectif ? « Associer la population » à un processus « clair et transparent sur ce que nous savons et ce que nous ne savons pas », précisait le Président lors de son allocution télévisée du 24 novembre dernier.

En somme, rétablir la confiance avec les 60 % de nos compatriotes encore réfractaires à l’idée de se faire vacciner. Il faut dire qu’Alain Fischer, le « Monsieur Vaccin » nommé par le gouvernement, n’avait rien de rassurant dans son discours, lorsqu’il avouait que « le recul, à ce jour, sur l’évaluation de la sécurité et l’efficacité de ces ne dépasse pas deux à trois mois, donc, c’est encore bref, même si c’est très significatif » ou encore que « les données ne sont pas encore complètes non plus, pour savoir jusqu’à quel point ces vaccins sont efficaces sur les personnes les plus à risque ».

Ce professeur avisé, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, reconnaît que « pour que cette vaccination soit efficace, il faut établir la confiance, et cette confiance ne peut pas être une injonction verticale émanant des autorités de l’État ». Voilà pourquoi 35 personnes sont tirées au sort « selon des critères d’âge, de , de région, de niveau de diplôme, de catégorie socioprofessionnelle et de type d’habitation », indique, dans le JDD, le Conseil économique social et environnemental (CESE). Elles seront ensuite classées sur une échelle de 1 à 5 selon qu’elles ont l’intention ou pas de se faire vacciner en 2021. « Cette expression de leur position permettra de ­constituer a posteriori les équilibres au sein du collectif de citoyens, afin d’avoir des avis et des recommandations reflétant les positions en présence au sein de la société française », ajoute le CESE.

Notons que lorsque le Président avait voulu impliquer un panel représentatif de la société française pour sa Convention citoyenne pour le climat, 150 personnes avaient été tirées au sort. 35 citoyens pour réfléchir au , en comparaison, cela semble peu pour représenter l’ensemble des préoccupations des Français.

Ce collectif commencera à plancher dès le 16 janvier à partir d’une plate-forme de consultation citoyenne et « accompagnera » la campagne de vaccination. Ainsi les Français ont-ils besoin d’être accompagnés pour changer d’avis, obéir aux injonctions sanitaires en consentant plus rapidement. Qui sait si ces 35 bons petits soldats du gouvernement ne seront pas décorés, ensuite, de la Légion d’honneur ? En se faisant l’écho des labos, la « raoultophobe » Karine Lacombe vient d’être honorée, alors même qu’elle avait affirmé que le remdésivir agissait sur le Covid-19, médicament dont nous savons, depuis, qu’il est non seulement inefficace contre ce virus, mais également potentiellement dangereux. La crédibilité de la parole gouvernementale a du plomb dans l’aile et essaie de se racheter une bonne conduite en s’invitant chez les Français. Les Gaulois réfractaires se laisseront-ils convaincre par ce nouveau simulacre de participative ?

4 janvier 2021

À lire aussi

Les Français champions du « en même temps » face aux mesures de restrictions

70 % approuvent ces nouvelles mesures de restrictions et, en même temps, 46 % d’entre eux …