Brigitte Bardot, Michel Polnareff : les deux nouveaux soutiens des gilets jaunes

Après une période d’hibernation précoce, la planète people semble s’éveiller à la cause des gilets jaunes. Gabrielle Cluzel évoquait ici même les trois premiers téméraires à s’être montrés quelque peu solidaires avec la détresse des bloqueurs de ronds-points, à savoir Franck Dubosc, Arnaud Ducret et Patrick Sébastien. Inventaire épuisant qui valut à Gabrielle un arrêt de travail de 24 heures. Mais, déjà, le boulot doit reprendre avec l’arrivée de Michel Polnareff, qui déclare : « Je suis très respectueux de leur cause. Je suis ça avec tristesse et frustration. » Et de quatre ! On avance à pas de géant.

Hors compétition, Brigitte Bardot a posté une photo la montrant vêtue du fameux gilet ainsi que l’un des deux chiens présents à ses côté. Pouces en l’air, Brigitte ne tourne pas autour du pot. Elle en est. Le deuxième chien devrait se rallier d’un instant à l’autre… Sa maîtresse y travaille. Donc, quatre + Brigitte + le chien que nous pouvons considérer « people », compte tenu de sa promiscuité avec l’icône internationale : six ! Le reste de la troupe est en salle de réveil. Les Goldman, Kad Merad, Mimie Mathy, Patrick Bruel et autres piliers des Restos du cœur tentent d’émerger du coma. En attente météo de la direction du vent. Au-delà de 98 % des Français en accord avec la lutte, ils pourraient s’ébrouer. Dubosc l’a précisé dans son tweet : « J’en parle aux copains. » Un effet de spontanéité à retardement pourrait voir le jour… Nous ne sommes pas à l’abri d’un concert vers les années 2025.

À tous les recalés de l’âge et du chômage / Les privés du gâteau, les exclus du partage / Si nous pensons à vous, c’est en fait égoïste / Demain, nos noms, peut-être, grossiront la liste.

Les paroles de la chanson générique des « Enfoirés » résonnent dans le vide. Les privés du gâteau, les exclus du partage. À condition qu’ils ne fassent pas trop de bruit. « Surtout ne fâchons personne » est le mot d’ordre du show-biz. Dans sa chanson Lèche-bottes blues, Eddy Mitchell a résumé l’affaire par ces mots :

J’aime les impôts, leur clairvoyance 
Leurs multi-talents, leur polyvalence 
Oui, j’les aime, j’les aime, j’aime, j’aime, j’aime 
J’aime les visites des huissiers 
Êtes-vous bien sûr de n’avoir rien oublié ? 
Oh, oui, j’les aime, j’les aime, oh, j’aime, j’aime, j’aime 
J’aime aussi ma maison d’disques 
L’attachée de presse, la standardiste 
Je les aime ! Oh oui, je les aime ! 
Sans oublier ma petite SACEM
Qui sait, ô combien, combien je l’aime
J’en rajoute pas, j’en fais pas des tonnes 
Mais j’espère surtout que je n’oublie personne 
Lèche-bottes blues, je fais le lèche-bottes blues.

Passer des bottes aux gilets demande du temps. À quand un concert au profit des gentils people en lutte contre l’anesthésie générale ?

Dernière minute : Gilbert Montagné s’engage pour les gilets jaunes. Sept !

À lire aussi

Dupont de Ligonnès et le bon sens journalistique n’ont toujours pas été retrouvés

Les recherches continuent. …