« Impréparation », « amateurisme », travail trop « artisanal »… Rodrigo Arenas ne mâche pas ses mots, dans Le Huffpost, pour dénoncer l’attitude du gouvernement. Le coprésident de la première fédération de parents d’élèves () reproche le manque de concertation mais surtout le manque d’informations concernant la rentrée scolaire et universitaire à venir.

Malgré des propositions formulées par la FCPE – former les professeurs à la pédagogie à distance, prévoir des petits effectifs confinés ou non, installer des sanitaires mobiles -, « la seule réponse pendant les a été de publier un protocole sanitaire allégé au Journal officiel », déplore Rodrigo Arenas, craignant une nouvelle improvisation aléatoire à la rentrée. « Donc si vous n’êtes pas au courant de ce qui vous attend, quand ça vous tombe dessus vous êtes toujours dans l’impréparation et dans le chacun se démerde. Et la démerde, ce n’est pas une d’État. »

D’autant plus que l’exemple des États-Unis n’est pas pour nous rassurer, puisque seulement une semaine après sa reprise, et suite à de nouveaux dépistages positifs de Covid-19, une grande université américaine, à Chapel Hill (Caroline du Nord), annule ses cours sur place pour repasser aux cours virtuels. Ce qui est également le cas des écoles primaires et secondaires de grandes villes telles que Chicago, Houston, Los Angeles et Washington, où les cours sont dispensés complètement en ligne.

Certes, la situation pandémique de la et celle de l’Amérique ne sont pas comparables. Néanmoins, il est légitime de s’interroger, à deux semaines de la reprise, sur le sort réservé aux élèves et aux étudiants. Le gouvernement naviguerait-il à vue ? Nous avons interrogé un proviseur de lycée sur d’éventuelles consignes reçues. Il nous répond, dépité : « Les chefs d’établissement ne sont informés que par . »

Souhaitons donc une bonne rentrée à ce gouvernement et son Président qui souhaite que la descendante laisse place au dialogue. Puisse Jupiter rapidement « se réinventer » !

18 août 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.