Squatter son propre appartement, c’est la seule solution qu’a trouvée un Niçois pour reprendre possession de son bien. À première vue, l’histoire rapportée par nos confrères de Var Matin pourrait prêter à rire. Elle est plutôt consternante.

Au mois d’octobre 2022, un jeune homme de 29 ans achète un appartement en guise d’investissement locatif. Après y avoir fait un certain nombre de travaux, « pour que [s]on futur locataire soit bien installé », en février 2023, il met son bien, situé sur la promenade des Anglais, sur le marché. L’appartement trouve preneur. Le locataire est « un entrepreneur qui avait l’air très bien », comme le confie le propriétaire. Ce dernier va cependant vite déchanter : « Dès le mois suivant, on a commencé à avoir du mal à être payé du loyer. » Il précise : « Les virements promis n’arrivaient pas, il nous donnait rendez-vous pour nous filer un chèque, il ne venait pas, nous faisait poireauter des heures. » La suite est assez prévisible : à partir du mois d’août, l’entrepreneur se volatilise. Il ne répond plus aux appels de son bailleur qui, lui, continue à payer son crédit et ses charges, tant bien que mal.

Il devient son propre squatteur

Pour éviter de se retrouver dans une situation inextricable, comme cela a été le cas dans plusieurs affaires de squats très médiatisées, le Niçois a une idée : il va squatter son propre appartement. Ni une, ni deux, le mercredi 18 octobre 2023, le jeune homme entre chez lui, sans effraction, investit les lieux, change les serrures et prévient son locataire. S’ensuivent menaces de mort, insultes, tentative d’ouverture de la porte avec une perceuse… Affolé, le jeune homme appelle la police, explique la situation et prévient qu’il ne bougera pas : « J’ai bien dit à la police que j’étais donc squatteur de mon propre appartement, mais que c’est la seule solution que j’avais trouvée. » Les forces de l’ordre calment le locataire et laissent le propriétaire squatter son bien. L’histoire en est là.

Contraint de prendre des risques

Comme nous le disions, malgré le comique de la situation, il n’y a rien de cocasse dans cette affaire. Pour récupérer son logement, le bailleur n’a trouvé d’autre solution que de le squatter. Il a préféré se faire justice lui-même plutôt que d’attendre des mois et des mois de procédure pour obtenir gain de cause (ou pas). Il a choisi d’agir pour arrêter de perdre du temps et de l’argent. En somme, pour pallier les errances et les lenteurs de la justice de ce pays, il a été contraint de prendre des risques. Celui de faire face à un individu qui profère des menaces de mort et qui est potentiellement dangereux, mais aussi celui d’être traîné en justice par son locataire pour avoir repris de force le bien qui lui était “loué”. Après tout, des squatteurs portant plainte contre des squattés et un tribunal condamnant les propriétaires à indemniser leurs squatteurs, ça s’est déjà vu ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, la justice française n’est pas toujours du côté des honnêtes gens. Une absurdité qui ne peut parfois être combattue que par l’absurdité. Ce propriétaire niçois l’a bien compris.

10201 vues

24 octobre 2023 à 16:42

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

23 commentaires

  1. Macron applique le programme de Davos : plus de propriétaires, les locataires sont dispensés de la taxe d’habitation, utilisation du pseudo réchauffement climatique avec des mesures de « mise en conformité » des logements intenables pour les propriétaires, avec l’aide de la « justice » illustrant si bien le constat de Mitterand sur la « force injuste de la loi », loi scélérate protégeant les mauvais payeurs.

  2. qu’ils soient squatteurs violeurs tueurs en France les seuls condamnés sont les victimes, les délinquants eux vivent paisiblement des aides et forfaits qu’ils commmettent.

  3. …et quand les réseaux sociaux vont dénoncer ce « salaud de riche » qui torture ce pauvre entrepreneur (en quoi, d’ailleurs? peut-être encore une pseudo-société créée par un influenceur à la noix!), qui a déjà du mal à y arriver; franchement, pour quelques loyers en retard, hein, de qui se moque -t-on?…

  4. La suite, la suite! J’attends le moment où le propriétaire « squatteur » va être expulsé, suite à la plainte de son malfaisant locataire!

  5. Et il se trouvera très certainement un juge (rouge) qui condamnera … le propriétaire ; croyez moi sur parole.

  6. « la justice française n’est pas toujours du côté des honnêtes gens… » Elle est du côté de l’idéologie des juges et/ou de leur plan de carrière. Le fameux « mur des cons » en est la plus édifiante preuve.

  7. Le plus drôle, si l on peut dire, c est qu il est de plus en plus difficile de trouver un logement quand on est locataire, de l avis général, et que dans le même temps, on se retrouve régulièrement dans des situations comme celle là. Comment le gouvernement peut souhaiter que des particuliers investissent dans de l immobilier locatif quand on sait qu en cas de squatt, c est pour votre poché, quand on voit arriver en plus les lois sur les passoires thermiques… si on réfléchit un peu, le seul investissement valable c est l or. L état n à qu à construire et gérer les logements nécessaires… mais ne rêvons pas, c est tellement mieux de laisser les gueux prendre des risques…

    1. « Il est de plus en plus difficile de trouver un logement quand on est locataire. » Et pourquoi ? Parce qu’au fil du temps, les lois qui protègent le locataire sont devenues telles, que louer son bien constitue un risque économique majeur…

  8. Nos élus qui détiennent le pouvoir exécutif sont-ils à ce point incapables, pour ne pas changer ces lois stupides, iniques, honteuses ?

    1. Vous pensez vraiment que l’exécutif est incapables de faire changer la loi non monsieur ils le disent sur les plateaux télé mais n’agissent pas car leur idéologie leur couardise leur interdit

  9. L’idée est bonne. Le squatteur propriétaire fera-t-il payer ses charges par son exsquatter-squatté ? Génial !

    1. Il lui suffit de recevoir du courrier par la Poste, et la facture EDF, et il est bien « chez lui ».

  10. En agissant de cette manière le propriétaire a pris une décision de bon sens et protège son bien contre des malfaisants.

  11. S’il devient squatteur il n’est plus hors la loi donc il ne devrait pas avoir de problèmes . Et s’il en a cela prouve une fois de plus que la justice est vraiment du côté des racailles .

Les commentaires sont fermés.