Cela fera bientôt deux semaines que la maison du résistant Jean Bégué, à Toulouse, est squattée par une famille. Monique, la fille du résistant, se dit « révulsée » et « impuissante » face à une situation qui ne peut plus durer.

La maison était préservée à la mémoire de cet homme, mort en 1982 après avoir été torturé. Mais en 2021, des squatteurs s'y installent et détériorent les lieux. Moins de deux ans plus tard, c'est une famille qui prend leur suite. Cette dernière a déjà apposé son nom sur la boîte aux lettres du bâtiment. « Nous sommes Macédoniens, nous sommes en France depuis six ans », expliquent le couple et leurs six enfants âgés de 5 à 16 ans. S'ils se sont installés dans cette maison, c'est « parce [qu'ils] n'ont pas d'autre solution », plaident-ils.

De son côté, Monique ne peut se résoudre à cet état des choses : « À 80 ans, c’est quelque chose de difficile à vivre. Mon père a été torturé ici, contre un arbre centenaire. Je me bats avec cette horde d’envahisseurs qui me nargue depuis les fenêtres. Cela me révolte d’être dépossédé de la sueur de mes ancêtres », déplore l'octogénaire. Pour l'heure, celle-ci s'est tournée vers la préfecture pour trouver le moyen d'expulser les squatteurs et de les reloger ailleurs.

 

4087 vues

09 mai 2023 à 11:44

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

Les commentaires sont fermés sur cette publication.