Depuis le 14 mai 2017, certains membres du gouvernement commencent sérieusement à dérailler. Entre le Président qui se prend pour Jupiter (après avoir été Jésus) et maintenant Bruno Le Maire qui s’imagine en messager Hermès quand il part à New York, ils sont en train de s’envoler vers des hauteurs abyssales en termes d’ego, d’orgueil et de vanité. Et si “vanitas vanitatum, omnia vanitas” (vanité des vanités, tout n’est que vanité !), ne pas oublier “sic transit gloria mundi !” (ainsi passe la gloire du monde)…

is Jupiter. I’m Hermès, the messenger”, a dit le brave Bruno en anglais. A priori, il n’a pas suivi les cours d’histoire et de mythologie grecque et romaine, puisque Jupiter équivaut à Zeus, mais Hermès est le pendant grec de Mercure. Au moins, qu’ils fassent semblant d’accorder leurs violons quand ils étalent leur culture : À Rome, cite les dieux romains, à Athènes, les dieux grecs…

Alors, je veux bien qu’il y ait une certaine dimension spirituelle dans la charge présidentielle, dans le sens où le pouvoir sacralise celui qui l’exerce. Cependant, le gouvernement actuel en use et abuse. À ce rythme, et si on les laisse chanter en canon, ils vont nous sortir que Marlène Schiappa est la déesse de l’Amour, Stéphane Travert notre Déméter (ou Cérès) à nous, au sein nourricier et généreux, et Gérard Collomb, notre Apollon !

Elle est belle, la synthèse entre passé et futur dans le bonhomme Macron. Il nous fait du “nec pluribus impar” sauce républicaine avec un imaginaire volé aux anciens cultes païens. Après la figure christique, voici la figure jupitérienne ! Emmanuel (Dieu avec nous…) Macron sauveur des hommes et chef des Dieux, Roi du ciel et de la Terre ; ce n’est plus une élection qui l’a porté sur le toit de la France, mais bien la divine Providence (qu’il a aussi provoquée).

Voilà, à peu de chose près, la vulgarité qui s’empanache des atours de l’Histoire et/ou de la mythologie. Sans nul doute, ce gouvernement commence déjà à yoyoter de la mansarde. Si même Bruno s’imagine avoir une destinée divine, nous sommes foutus…

On dit depuis peu que le Président est un as de la communication. Comme une entreprise qui vend son PQ à la télé, je suppose. Les Français sont gavés de publicité tous les jours, que ce soit dans la rue, à la télévision, à la radio, sur la route, dans le métro. Macron n’est qu’une publicité de plus, qui fait passer un homme bien petit pour un Dieu bien trop grand … Et ne parlons même pas de Bruno, qui est un dieu bien petit, et un homme tout sauf grand… Un homme sans imagination, qui suit ceux qui gagnent et trahit ceux qui perdent !

La folie des grandeurs, vous dis-je… On pourrait dire, dès lors, parodiant Louis de Funès dans La Folie des grandeurs : “Viva Don Macron ! Viva notre bienfaiteur ! Olé ! Olé !”

2 juillet 2017

À lire aussi

Livre “Le Miroir sans retour”, de Reynald Secher : la Révolution à travers les yeux d’un traître !

Reynald Secher revient sur une fascinante période de notre histoire qui hante encore aujou…