Appuyée sur CNews, Europe 1 confirme sa remontada : un cauchemar pour Caron

Pascal Praud

Décidément, à BV, on est d’accord avec Aymeric Caron : Bolloré et ses médias sont très inquiétants. Ils ont beau être méchants et de droite, ils plaisent, ils montent, ils proposent une information un peu différente du lavement de cerveau de France Inter et ça marche. CNews a terminé l’année 2023 en trombe, comme nous le relations. Quinze jours plus tard, c’est donc au tour d’Europe 1 de confirmer son rebond dans les chiffres publiés ce 11 janvier par la très officielle mesure de Médiamétrie qui fait référence pour tout le marché audiovisuel. Grrr, ça fait peur, tous ces Français réacs.

Il faut se pencher sur les chiffres pour saisir l’exploit. Au total, entre la période novembre-décembre 2022 et la même période de 2023 (sur un an, donc), 234.000 paires d’oreilles ont quitté la concurrence pour rejoindre la maison Europe 1. C’est beaucoup. L’équivalent de la population de la bonne ville de Lille chère à notre amie Martine Aubry. De nouveaux venus séduits par la voix de Dimitri Pavlenko le matin, le ton détendu de la maison et ses signatures : Vincent Hervouët pour la chronique étrangère, Vincent Trémolet de Villers, Alexis Brézet ou Alexandre Devecchio pour la politique, Sonia Mabrouk pour les interviews, Pascal Praud sur un peu tout… C’est la hausse la plus importante parmi les radios généralistes.

Pascal Praud omniprésent

Alors, bon, on rassure les chiens de garde de la gauche victimes d'éruptions cutanées dès qu’ils entendent le nom de Bolloré. Europe 1 était tombée dans les enfers de la radio. Avec 3,6 % d’audience cumulée, voilà un an, la station avait encore touché le fond et creusé un peu. Cette fois, le rebond se confirme. Partie de 3,6 % voilà un an, l’audience atteignait 3,8 % en septembre-octobre et 4 % sur cette vague : l’équipe de direction a apparemment trouvé la formule. Un luxe qu’elle n’a pas connu depuis longtemps. Europe 1 peut remercier CNews qui lui prête sa star Pascal Praud. L’arrivée du journaliste a fait bondir de 58 % le créneau de 11 à 13 heures d’Europe 1 où il parle avec les auditeurs : il a gagné 105.000 auditeurs sur un an. Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, Europe 1 a dégagé une petite demi-heure entre 9 et 9h30, donnée à… devinez qui ? Pascal Praud ! La marque du directeur général d’Europe 1, Donat Vidal-Revel, fin horloger et grand spécialiste de la mécanique radio, et de Vincent Bolloré, qui ne cesse de réclamer à ses différents médias de nouer des collaborations, d’établir des ponts et d’entretenir des dialogues.

Mais c’est le matin que la bataille des radios est la plus vive. Et le matin, Dimitri Pavlenko, venu de Radio Classique, tire son épingle du jeu avec 503.000 auditeurs, chaque jour, entre 7 et 9 heures, en hausse de 63.000 auditeurs sur un an. Un résultat encourageant pour le matinalier. Sonia Mabrouk, avec son entretien entre 8h15 et 8h30, elle aussi, gagne 105.000 auditeurs, pour arriver à 603.000 auditeurs. Conclusion ? L’ancrage à droite, ça fonctionne. Il y a un public pour cela. D’où la rage de l’ami Caron qui rêve, la nuit, de censurer à la hache (lire ici). En démocratie, on ne va quand même pas s'embêter avec des avis contraires !

4 %, c'est déjà trop

Mais que Caron et ses amis wokistes et LFistes se rassurent. Il leur reste une maison, une vraie, une bonne, de gauche, bien lisse, bien woke. France Inter, grâce à la générosité des contribuables de droite et de gauche, ne diffuse pas de publicité, ou très peu, et couvre largement tous les recoins du territoire : deux avantages massifs qui l'aident à maintenir une domination sans partage sur le paysage radiophonique français. Quand Europe 1 séduit 4 % (audience cumulée) des auditeurs, France Inter est à 12,5 % sur les deux derniers mois de 2023, devant RTL (9,6 %), en baisse sur un an, France Info (9 %), en légère baisse sur un an, RMC (5,7 %) ou Radio Classique (2 %), en hausse également. Mais 4 %, c'est déjà trop pour ces grands démocrates. Toujours bienveillante avec les écologistes et LFistes de tout poil, France Inter fera bien une petite place parmi ses auditeurs à l’ami des moustiques.

Vos commentaires

28 commentaires

  1. Je suis heureux pour Dimitri Pavlenko avec ces résultats. Ancien auditeur de Radio Classique le matin je l’ai suivi sur Europe 1 et je ne regrette pas ! Le ton de la matinale est tellement agréable et détendu, avec ses chroniqueurs passionnants couronnés par Sonia Mabrouk et l’inénarrable Gaspard Proust. Pour ma part je ne quitte Europe 1 que pour écouter Franck Ferrand, désolé pour Pascal Praud… mais je le retrouve le soir après la délicieuse Christine Kelly et ses mousquetaires. C’est vraiment agréable de sortir des griffes de la pensée unique et d’entendre des voix diverses, qu’on soit d’accord ou non avec elles, tant elles sont diverses.

  2. Non il faut ne pas se laisser nous en conter…! Tous nos médias d’informations sont pro ou timidement contre le gouvernement…! Quant à leurs « employés  » ils oeuvrent tout d’abord pour leur gamelle. On pourrait reconnaître à certains un penchant de contradiction systématique mais en les écoutant ou lisant entre les lignes leurs éditos, on déplore que leurs discours très alambiqués et emphatiques sont saupoudrées d’effarantes vérités « normalisées pour les dirigeants. L’information au vitriol très objective et vraie ne sera jamais sur une antenne autorisée . N’oublions pas que nous sommes entrés dans une dictature de velours..et que l’abrutissement est institutionnalisé et diffusé par des serviteurs cupides et asservis..

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois