[Edito] Aymeric Caron contre CNews : une irrépressible envie de censure

Aymeric Caron

Que faire de Bolloré et, surtout, de ses médias ? Voilà un sujet lourd dans ce pays, un sujet urgent, un sujet démocrate. Car ce diable d’homme ne se contente pas de Canal+, du Journal du dimanche ou de la chaîne CNews, qu’on n’ose même plus qualifier, tant elle est effrayante - d'information ? de débat ? de droite ? d’extrême droite ? d’ultra-droite ou carrément nazie ? -, il détient aussi de nombreux autres médias, notamment une chaîne pire encore que la première : C8, la chaîne de Cyril Hanouna. Tant que CNews était à 0,8 %, elle n’énervait personne. Maintenant qu’elle menace BFM TV en audience en se rapprochant de la barre des 3 % de moyenne, un vent de panique souffle sur les bonnes consciences. Vite, une muselière !

Pour effectuer le sale boulot en toute bonne conscience, les leçons de démocratie en bandoulière, on peut toujours compter sur les fines lames de la NUPES. Ainsi, le député Aymeric Caron s’est livré à une attaque en règle contre l’arbitre des médias, l’Arcom (l'ex-CSA), présidée par Roch-Olivier Maistre, dans le cadre d’une commission d’enquête portant sur les obligations des chaînes de télévision. C'est son droit. Une démocratie autorise les mauvais joueurs à contester l'arbitrage. Caron énumère les failles, selon lui, de la chaîne honnie, assure qu’elle manque à tous ses devoirs.

On a bien compris que, à la place du gendarme de l’audiovisuel, lui, Aymeric Caron, retirerait à CNews son droit d’émettre. Ou bien, plutôt, il retirerait CNews à son propriétaire Bolloré. En se défendant de toute censure, évidemment. Le droit, rien que le droit, tout le droit. Mais il se trouve que c’est à l’Arcom d’en décider et que l’Arcom considère que CNews remplit globalement ses obligations. Que cette chaîne ne met pas en péril la démocratie. Et que cette « envie de censure », très proche de « l’envie de pénal » chère au regretté Philippe Muray, n’a pas matière à s’exercer pour l’instant. Le patron de l'Arcom a rappelé à plusieurs reprises ce que cette attitude avait de dangereux. Fureur dans les rangs de l’ultra-gauche qui aime le débat à condition qu’il se tienne entre gens de bonne compagnie, sur France Inter, Le Média ou Mediapart.

Que vient faire Ardisson dans la galère NUPES ?

À cet instant précis survient, ou plutôt revient, Thierry Ardisson, qu’on a vu dans de meilleurs rôles. Lui aussi instruit le procès d'un Bolloré coupable de tous les maux. Comme si l’audiovisuel public était exempt de défauts. Comme si les autres groupes privés, Altice (BFM TV), TF1 (TMC…), M6 et autres n’étaient jamais, au grand jamais, vulgaires. Comme s’ils ne commettaient jamais d’erreurs. Il est furax, Ardisson, comme Aymeric Caron, et cela nous fait peine. Ardisson, c’était un talent, un vrai, un drôle, anticonformiste, royaliste, provocateur, cinglant, irrespectueux, agaçant mais sensible, courageux, avec une forme de fragilité, des idées, des lettres, un caractère. Qu'est-il venu faire dans la galère NUPES ? Sans doute l’appel de la lumière, si impérieuse. Face à lui, Ségolène Royal, ancienne candidate à la présidentielle, qui proposa voilà pas si longtemps ses services pour unir la gauche de la gauche, s’oppose vertement à... Ardisson. Et donc à Caron. Elle plaide pour Bolloré qui pourra se vanter d’avoir reformé le cercle des poètes disparus.

Reste qu'on s'empoigne en France, en cette année 2023 finissante, pour savoir s'il faut ou non censurer totalement et définitivement une chaîne d'information. Drôle d'époque.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

57 commentaires

  1. Aymeric Caron n’est pas d’accord avec , donc, je vous censure ! Ce monsieur qui ne connait pas Voltaire (entre autre) est tout simplement un autocrate !

  2. Après avoir milité pour la protection des moustiques, M.Caron pourrait continuer en protégeant les punaises de lit, les tiques, les aoutats, ….

  3. Caron, l’islamospéciste qui cherche la lumière à tout prix, même en frisant le ridicule. Vive Cnews, matin midi et soir.

  4. Quand la NUPES a l’outrecuidance de soutenir les terroristes du Hamas qui ont commis un pogrom ; Eric Caron ferait bien mieux de faire son auto critique . Parce que , là comme bassesse il faut aller loin pour trouver ça . Ce mec est pathétique .

  5. Aymeric Caron, l’homme qui voit la paille dans l’oeil de son voisin, mais ne sent pas la poutre qui est dans le sien. Personne lamentable qui n’hésiterait pas à créer un goulag pour y ré-éduquer ceux qui ne pensent pas comme lui.

  6. Aymeric, un beau prénom d’origine germanique mais hélas un personnage dénué de sens commun. Il est vrai que le commun comme le vulgaire, (endentez le peuple) ne trouve aucune sollicitude dans ses propos. On croirait entendre une sorte de Janus d’Élisabeth Borne. Bonjour Tristesse.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois