Esther Benbassa, accusée de harcèlement moral à l’encontre de ses collaborateurs, s’est vue exclure du groupe écologiste. La sénatrice s’est élevée contre « un simulacre de procédure interne ».

En juillet dernier, la sénatrice était accusée de harcèlement dans une enquête menée par Mediapart qui relayait les témoignages de huit anciens collaborateurs de la sénatrice.

Après une enquête interne menée par son groupe, elle en a été exclue ce mardi, décision effective dès mercredi 15 septembre.

« Mme Benbassa n’a pas contredit une partie des témoignages et elle n’a, à ce jour, pas jugé opportun de porter plainte en diffamation contre ces accusations », révèle le groupe Écologiste-Solidarité et Territoires, réitérant dans leur communiqué « tout leur soutien à celles et ceux qui ont témoigné d’une grande souffrance au travail ».

 

Simulacre

Pour Esther Benbassa, cette procédure est un « simulacre de procédure interne » et la décision prise « sans transmission de pièces à charge ou à décharge, sans audition de témoins ou de victimes présumées, en violation des dispositions du règlement intérieur du groupe et du principe de présomption d’innocence ».

15 septembre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.