Editoriaux - Politique - 11 avril 2019

Voyage en Absurdie… de cette droite nationale qui refuse de jouer collectif !

Nicolas Dupont-Aignan 3,5 %, François Asselineau 1 %. Des miettes ridicules en soi mais qui risquent d’être déterminantes pour les grands partis à l’arrivée de la course européenne. L’enjeu de la prochaine élection est important dans la mesure où, pour la première fois les forces souverainistes anti-Bruxelles ont la possibilité de frapper un grand coup.

Que n’a-t-on pas entendu sur les “différences fondamentales” entre les programmes de ces deux bonnes âmes de la droite souverainiste ? Que n’a-t-on pas glosé sur la supériorité des solutions des uns sur celles du voisin politique immédiat. Que n’a-t-on pas essayé de justifier doctement l’impossibilité de faire cause commune avec la “sœur ennemie” pour des questions politico-philosophiques prétendument fondamentales. Celles-ci ne sont en réalité que des exercices de “montrage” d’ego surdimensionnés qui ne se nourrissent que de petites nuances aussi importantes qu’un pet de chat. Cette petite coterie en mal d’existence du souverainisme français ne survit que sous assistance respiratoire. Certes, on a toujours dit que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir mais cet espoir devient chimérique lorsqu’il est nourri par un entêtement devenu parasitaire…

Asselineau et Dupont-Aignan croient-ils sincèrement qu’ils pourront, dans l’état actuel de leur “popularité”, être aux affaires un jour ? Réalisent-ils seulement que ces poussières de voix qui ne sont rien en elles-mêmes risquent de coûter la victoire au souverainisme de droite en France ? Cette droite nationale qui refuse de jouer collectif me fait dramatiquement penser à ces équipes de rugby qui jouent à quelques mètres de la ligne adverse sans être capables de la traverser à cause de l’absence de ce petit rien qui pourrait faire la différence.

Rien ou presque ne sépare sur le fond de la pensée politique les 23 % du RN des 5 % de Dupont-Aignan et Asselineau confondus. Auront-ils demain l’intelligence de sacrifier leurs ego au profit d’une cause autrement plus importante ? Au fil des échéances électorales, on arrive à en douter. Et c’est la France qui pâtira de ces voyageurs en absurdie…

À lire aussi

Afrique du Sud : les Afrikaners s’organisent

Les Afrikaners ont mis sur pied AfriForum, une ONG dont le but est de lutter contre la dél…