Les femmes battues doivent-elles s’en réjouir ou se demander comment la naguère si laxiste, dont les moyens et les places de prison manquent cruellement pour ne pas laisser les délinquants en toute impunité, est-elle parvenue à juger aussi fermement et rapidement un prévenu ? Quand elle le souhaite, elle le pourrait donc ?

Reconnu coupable des faits jeudi, Damien Tarel écope de 18 mois de prison dont quatre mois fermes, privation des droits civiques durant 3 ans, interdiction de détenir des armes pendant 5 ans et obligation de recevoir des soins psychologiques. « Quand j’ai vu son regard sympathique et menteur qui voulait faire de moi un électeur, j’étais rempli de dégoût » témoigne à la barre le prévenu qui estime « que les et le peuple français s’expriment, mais ne sont pas écoutés ». Il aurait giflé un citoyen lambda, il n’aurait risqué que 750 euros d’amende, rappelait son avocate Me Elodie Guellier dans Le Figaro. Pour mémoire, Nolan Lapie qui avait giflé Manuel Valls en janvier 2017 avait été condamné à six mois avec sursis.

Ainsi donc dans notre pays, il est désormais acté que l’on peut défenestrer une femme juive en criant Allah akbar et être reconnu pénalement irresponsable, et prendre quatre mois de prison ferme pour une gifle. Damien Tarel avait bu avant de commettre son acte, mais à l’inverse de Kobili Traoré l’assassin de Sara Halimi considéré comme atteint de « bouffées délirantes », le gifleur pourtant sous l’emprise de l’, ne bénéficiera pas du même traitement.

Depuis l’annonce du verdict et l’emprisonnement immédiat de Damien Tarel, les réactions se multiplient dans les médias. « Je n’ai jamais vu une telle condamnation et exécution pour une seule gifle donnée par un mari à son épouse » twitte l’avocate Caroline Mecary, pourtant proche soutien de Jean-Luc . « J’ose espérer que la justice aurait été aussi sévère dans le cas où l’assaillant aurait eu un profil plus à . Il est clair que la justice est très, très partiale aujourd’hui. » analyse pour sa part sur France 5.

Pour « Ce qui est le plus choquant dans la condamnation de Damien Tarel pour la gifle, c’est moins la prison que l’obligation de « soins psychologiques ». Une psychiatrisation des opposants qui rappelle les pires du stalinisme ». Damien Tarel est proche des Gilets jaunes. La fermeté et la rapidité de son jugement pourraient bien réveiller quelques tensions dans un peuple muselé qui souffre depuis trop longtemps.

 

 

 

 

11 juin 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 3 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

0 0 votes
Votre avis ?
0 Commentaire(s)
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

La Cocotte déborde

Emmanuel Macron voulait prendre le pouls des Français, il a eu sa réponse. …