Editoriaux - Polémiques - Politique - 26 février 2019

Question à Gérald Darmanin : labrador ou caniche ?

On ne sait plus vraiment à quelle presse se vouer. Prenez le très sérieux Parisien : lundi, il nous rapportait les propos que le ministre Darmanin aurait tenus en petit comité sur les parlementaires, qu’il aurait comparés à des chiens. Mais attention, pas à n’importe quels chiens. Non, à des chiens truffiers ou à des labradors. À bien y réfléchir, c’est plutôt flatteur : n’est pas chien truffier qui veut – et au prix de la truffe sur le marché de Carpentras ! Quant au labrador, il est réputé pour son intelligence, son caractère doux et sa proximité avec ses maîtres, ce qui n’est pas rien par les temps qui courent. Introduit en Angleterre, au début du XIXe siècle, le labrador – notez ça pour la suite – est apprécié des chasseurs pour ses qualités remarquables de « rapporteur » de gibier d’eau.

Il y aurait ainsi « les truffiers qui ramènent de grosses truffes, ceux-là, il faut les traiter ; il y a ceux qui ramènent de petites truffes et qu’on fait traiter par des collaborateurs ». On voit bien l’image. « Et il y a les labradors, comme Montchalin : vous leur mettez une claque et ils reviennent au pied. » Là aussi, on voit bien l’image. Amélie de Montchalin, membre de la commission des finances à l’Assemblée nationale et rapporteuse, non pas de gibier d’eau, mais du projet de loi de finances 2018, est en quelque sorte une première de la classe, une Madame Je-sais-tout dont le nom de dame, par ailleurs, lui donnerait droit à l’ouvroir du côté de Versailles. Mais c’est de l’Essonne voisine qu’elle est élue, là où elle a des attaches familiales. D’aucuns ont crié immédiatement, en vertu du réflexe bien connu du chien de Pavlov qui n’était pas un labrador (le chien, pas Pavlov), au sexisme. Si ces propos avaient concerné un homme, aurait-on parlé de sexisme ? Non, évidemment. Donc, il nous semble que l’égalité entre les sexes passe par l’acceptation de subir les mêmes comparaisons, que l’on soit homme ou femme, femme ou homme.

Mais, de toute façon, le débat est clos puisque Gérald Darmanin nie formellement avoir tenu de tels propos. « Le Parisien se fait le porte-parole de fake news. La moindre des choses est de me contacter pour vérifier, non ? Je démens de tels propos désobligeants », a tweeté le ministre. C’est toujours la même chose : qui croire ? Le ministre, très catégorique, ou le quotidien, très précis ? Notons, tout de même, qu’un des amis du ministre a « plaidé l’humour » auprès du Parisien. Comme on dit, on n’est jamais trahi que par les siens.

Cela dit, ce ne serait pas la première fois que l’on comparerait des politiques au meilleur ami de l’homme. Prenez Frédéric Lefebvre, lorsqu’il était porte-flingue de Sarkozy, il y a une dizaine d’années, il y a une éternité. Eh bien, Jean-François Kahn, un peu vachard, avait dit de lui qu’il était « à la fois un pitbull, un roquet et un caniche ». Et Darmanin, à quelle espèce canine pourrait-on le comparer ? Toute la question est de savoir s’il vaut mieux être un chien truffier, un labrador ou un pitbull, un roquet, un caniche. Vaste débat national ! La question est posée à Gérald Darmanin qui, s’il n’a jamais tenu les propos que lui prête Le Parisien, reste tout de même, comme nous le rapportait, en décembre dernier, notre amie Marie Delarue, l’ami des bêtes.

À lire aussi

Visiblement, on perd son sang-froid, en Macronie…

Macron et la Macronie s’insurgent, aujourd’hui, que le Sénat fasse de la politique. Ils vo…