Un ministre belge terrasse les fake news de la gauche

Le Monde vient de le qualifier de « Flamand antimigrants » dans son édition du 13 février.

Theo Francken (N-VA, droite nationaliste flamande), secrétaire d’État belge à l’Asile et à la Migration, vient de sortir vainqueur du combat qui l’opposait aux organisations droits-de-l’hommistes, hébergeurs de migrants, partis de gauche et d’extrême gauche, médias traditionnels, manifestants professionnels qui, tous, lui vouent une haine profonde.

C’est que le bulldozer de Lubbeek n’est pas du genre à se laisser impressionner. Avec son allure de catcheur, l’homme aime ferrailler dans l’arène. Et peu lui importe que ses adversaires coalisés dirigent l’opinion. Il a, avec lui, le peuple, y compris du côté wallon, ce qui, pour un nationaliste flamand, n’était pas gagné.

Depuis peu, Francken doit faire face à une de ces fake news relayées par les médias et partis traditionnels, toujours déconfits quand leur grille de lecture est invalidée par le réel.

Selon eux, des migrants soudanais que la Belgique avait renvoyés vers leur pays d’origine auraient subi de mauvais traitements à leur retour. Pendant un temps, le ministre s’est retrouvé en mauvaise posture, acculé, caricaturé sous les traits du nazi, pressé par des demandes de démission, vilipendé dans les manifestations de la gauche radicale.

Un rapport du Commissariat général belge aux réfugiés et apatrides (CGRA) juge, aujourd’hui, qu’aucune « certitude ou précision » absolue quant à d’éventuelles tortures n’existe. En d’autres termes, circulez, il n’y a rien à voir.

Personne, pourtant, dans le sérail politico-médiatique, n’a daigné adresser des excuses en bonne et due forme à Theo Francken. D’ailleurs, si aucune preuve n’existe, c’est probablement parce que « l’enquête n’a pas encore été poussée assez loin », selon le député Benoit Hellings. Pour Alexis Deswaef, l’inénarrable président de la Ligue des droits de l’homme, il est désormais évident que les premiers migrants renvoyés n’allaient pas subir de dommages, « mais bien les suivants », quand la pression médiatique sera retombée.

À entendre, aujourd’hui, se justifier les grandes âmes qui prétendaient mordicus que les Soudanais avaient été torturés, on en vient à penser que la gauche espère aujourd’hui, pour avoir raison, que les migrants en question le soient réellement. Notre humanisme n’est apparemment pas le leur.

En attendant, un ministre belge vient de terrasser les pourvoyeurs de fake news.

Commentaires fermés sur Un ministre belge terrasse les fake news de la gauche

À lire aussi

Déni de démocratie : pas d’antenne pour les partis populistes en Belgique !

Les grands experts en démocratie feraient bien de balayer devant leur porte avant de donne…