Présidentielle 2017

Tout faire pour empêcher Marine Le Pen de faire campagne…

Colonel à la retraite
 

Tout est bon pour essayer de faire taire Marine Le Pen et le Front national. Rappelons-nous, en 2015, les propos de Manuel Valls, Premier ministre émérite : « Tout faire pour empêcher le Front national de gagner une région. » Et aujourd’hui : tout faire pour empêcher Marine Le Pen de faire campagne. Tout ? Tout.

Par exemple, arguer du risque de trouble à l’ordre public, comme ce fut le cas en début de semaine dernière dans le Vaucluse, dans la petite ville de La Tour-d’Aigues, fief socialiste de longue date, accroché sur les contreforts sud du Luberon. Marion Maréchal-Le Pen avait en effet obtenu, depuis plusieurs semaines, du maire socialiste l’autorisation en bonne et due forme d’y tenir une réunion publique. Certains ont pu croire un instant que le respect du débat démocratique et que les conditions apaisées de l’expression de ce débat étaient une réalité dans ce pays. Eh bien, non : à la veille du meeting, à la surprise générale, le maire prend un arrêté interdisant la réunion publique, prétextant de l’annonce d’une contre-manifestation gauchiste. Le Front national ose vouloir tenir réunion publique dans ce que la gauche et ses alliés gauchistes considèrent comme un fief inaliénable, vous n’y pensez pas ! Tout faire pour empêcher le Front national de s’exprimer, disais-je.

Finalement, la justice administrative, saisie par le Front national, lui donne raison en suspendant l’arrêté. La réunion publique peut se tenir. Évidemment, entre-temps, la presse locale n’a pas manqué de relayer l’annulation de la réunion, histoire sans doute que les gens ne se déplacent pas pour rien… Malgré tout, plus de 200 personnes réussissent à se rendre au meeting, après avoir passé les barrages gauchistes, souvent plus difficiles à franchir que les frontières nationales !

Le maire désavoué par la justice, toute honte bue, déclare à la presse le lendemain que le Front national aurait pu décaler sa réunion et souligne le fait que le déploiement des forces de l’ordre pour assurer la sécurité de la réunion aurait coûté 60.000 euros. En clair, une dépense qu’on aurait pu éviter si le Front national n’avait pas voulu faire valoir ses droits constitutionnels. Vu comme ça, effectivement, Staline et Ceaușescu étaient de parfaits gestionnaires des deniers publics.

Tout faire pour empêcher Marine Le Pen de faire campagne ? On continue. Aujourd’hui, samedi, c’était des manifestants indépendantistes ou gauchistes qui voulaient empêcher Marine Le Pen de tenir son meeting à Ajaccio, usant de violence et scandant des slogans anti-français (« Dehors, les Français »). La réunion publique, qui se tient au moment où sont écrites ces lignes, a dû se tenir dans une autre salle que celle prévue initialement.

Évidemment, les médias relativisent la gravité de tels incidents. Ainsi, Camille Langlade, journaliste de BFM TV, n’hésite pas à comparer ces actes de violence avec la manifestation des pieds-noirs lors de la venue d’Emmanuel Macron à Carpentras, le 16 février dernier. Quoi de commun entre ces pieds-noirs ou enfants de pieds-noirs, certes en colère – et il y avait de quoi, après les propos scandaleux d’Emmanuel Macron –, mais pacifiques, rassemblés sous leur drapeau d’association, et ces bandes de casseurs ? Le relativisme comme mode d’action contre le Front national. Tout faire, disais-je.

Et nous n’avons peut-être encore rien vu. Les prochaines semaines risquent de se profiler comme un immense « open bar ».

POUR ALLER PLUS LOIN