Attentat des Champs-Élysées : toute la vérité doit être faite !

Professeur honoraire
 

Il est encore trop tôt pour tirer toutes les leçons du nouvel attentat qui vient d’avoir lieu sur les Champs-Élysées. Cette tragédie prend d’autant plus de retentissement qu’elle s’est produite à deux jours des élections présidentielles.

Si tous les candidats présents sur le plateau de France 2 ont condamné ces actes, force est de constater que François Fillon et Marine Le Pen ont eu le réflexe immédiat de suspendre leur campagne. Même s’ils peuvent y trouver leur intérêt, il n’aurait pas été sérieux, dans ces circonstances, de mobiliser des forces de l’ordre pour leur propre sécurité.
L’analyse des résultats du premier tour, dimanche soir, permettra de voir si cet événement aura un impact sur le vote. Quoi qu’il en soit, des questions se posent auxquelles les autorités publiques ont le devoir de répondre au plus vite.

Dans quelles conditions un homme accusé d’une triple tentative d’homicide, condamné en 2005 à quinze ans de réclusion, a-t-il bénéficié d’une remise de peine ?

Pourquoi, alors qu’il était visé par une enquête antiterroriste et avait été arrêté le 23 février, a-t-il été remis en liberté par la justice, « faute de preuves suffisantes », selon des sources proches de l’enquête ?

Toutes les informations doivent être données aux Français, toutes les responsabilités doivent être établies, toute la vérité doit être faite.

Il appartiendra ensuite au prochain président de la République de prendre des mesures énergiques pour lutter contre le terrorisme islamique. Sur ce terrain, chacun, avant de mettre son bulletin dans l’urne, doit s’interroger sur la capacité et la volonté de chaque candidat d’éradiquer cette violence.

Cela ne pourra pas se faire si l’on refuse de nommer l’ennemi. Les terroristes se réclament de l’islam, un islam intégriste, un islam fanatique et conquérant. Ne pas le reconnaître, pour ne pas stigmatiser l’ensemble des musulmans, est irresponsable.

Il faut, au contraire, encourager les Français de confession musulmane à rejeter les prêcheurs de haine et à imposer un islam modéré.

Il faut aussi dénoncer les pays du Golfe qui soutiennent, plus ou moins ouvertement, le terrorisme. Sur ce point, Philippe Poutou n’a pas tort de critiquer des alliances contre-nature. Il est, en revanche, mal venu de réclamer en cette période que les policiers soient désarmés.

De même, quand on entend Benoît Hamon mettre sur le même plan l’État islamique et le régime de Bachar el-Assad, il fait preuve, quoi qu’on pense par ailleurs de son programme, d’un manque de discernement. Car le président syrien, en dépit de ses crimes de guerre, ne cherche pas à nuire à la France ni à répandre une idéologie fanatique.

Souhaitons que l’ensemble des Français prennent conscience que toute faiblesse face au terrorisme islamique est une faute contre la France !

POUR ALLER PLUS LOIN