Accueil des migrants : Italie 1 – Angela Merkel 0

Un accord de dernière minute a été conclu, ce lundi 2 juillet en fin de soirée, entre la chancelière allemande et son ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, en conflit ouvert sur la politique migratoire. Le ministre confronté au risque de perdre les élections d’octobre en Bavière sous la pression d’un nouveau parti (social souverainiste, l’AfD), exigeait, sous menace de démission et de dislocation de la coalition gouvernementale, une plus grande fermeté aux frontières face aux demandeurs d’asile déjà enregistrés dans d’autres pays de l’Union européenne et l’arrêt de l’immigration illégale : « Nous avons un accord clair sur la façon d’empêcher à l’avenir l’immigration illégale aux frontières entre l’Allemagne et l’Autriche », a déclaré Seehofer. Or, ce dernier est aussi le président de la CSU, important parti membre de cette coalition branlante. Toutefois, le troisième partenaire de la coalition (le Parti social-démocrate SPD), très nettement à gauche, doit encore dire s’il accepte cet accord. En attendant (combien de temps ?), Seehofer continuera à diriger le ministère fédéral de l’Intérieur.

L’accord de lundi soir prévoit qu’à l’avenir, les demandeurs d’asile déjà enregistrés dans d’autres pays de l’Union européenne arrivant en Allemagne seront conduits dans des « centres de transit » situés à la frontière, et non plus répartis dans des foyers sur l’ensemble du pays. Ces réfugiés se pressent souvent à la frontière bavaro-autrichienne que le Land aurait pu fermer proprio motu. Cela aurait créé une très grave crise politique en Allemagne car la Bavière, royaume annexé au Reich en 1871, est toujours irrédentiste face à la Prusse (Merkel est prussienne).

Une fois les dossiers des migrants examinés, ils seront, depuis ces centres où ils seront obligatoirement tenus de rester, renvoyés dans les pays de l’Union européenne d’où ils viennent. Ou dans leur pays, s’ils sont clandestins et sans titre à demeurer en Allemagne. Toutefois, ces retours devront être organisés dans le cadre d’accords administratifs conclus avec les pays concernés. L’Italie, qui est une des principales routes d’immigration, aura son mot à dire : en fait, elle est maître du jeu. Mais cela, on le savait depuis quelques semaines : les questions nationales ont pris le pas sur toutes autres considérations bruxelloïdes.

Or, l’Italie souhaite externaliser complètement le contrôle des migrants dans les pays de transit comme le Maroc, la Tunisie, la Libye, la Turquie ; ou, mieux, dans les pays de départ. On remarquera que les pays de transit ont laissé prospérer le trafic d’êtres humains alors que l’abandon de navire est un délit pénal et, surtout, que les États sont responsables, selon plusieurs conventions internationales, du contrôle de la légalité et de la sécurité des conditions de transport des passagers venant de leurs rivages. L’Algérie et l’Égypte s’y efforcent. Pas les autres pays. Le Maroc et la Libye viennent de se déclarer hostiles à des centres de transit sur leur sol (la jungle de Calais ne les y encourage guère). Mais si l’Italie – et d’autres nations concernées – décidait de réaliser ce contrôle à la limite (22 kilomètres) des eaux nationales des pays qui n’appliquent pas le droit international, elle serait juridiquement fondée à le faire et elle tarirait cet insupportable trafic.

Restera, alors, à identifier et à traiter les causes : les guerres, la surpopulation et le sous-développement du Sud. Mais il faudra, pour cela, des hommes et femmes politiques d’une autre étoffe intellectuelle et morale que ceux qui nous dirigent.

Commentaires fermés sur Accueil des migrants : Italie 1 – Angela Merkel 0

À lire aussi

Macron et la Russie : rien n’est gagné !

La France doit proposer à la Russie une alliance historique préférentielle. …