Culture - Editoriaux - Histoire - Justice - Religion - Table - 2 mars 2018

3 mars 1793 : la Vendée se soulève

C’était en mars 1793. Il y a tout juste 225 ans. Après la levée en masse de 300.000 soldats pour protéger les frontières du pays…

La Vendée militaire, celle qui a commencé par adhérer à la volonté de changement, qui s’est épanchée dans les cahiers de doléances pour réclamer plus de liberté, d’égalité et de justice, c’est d’abord une identité forte et affirmée, une culture partagée, que l’on soit du Bocage, du marais de Challans ou de la plaine, une foi inébranlable dans la religion catholique, un amour filial pour le roi, une solidarité naturelle entre paysans et nobles propriétaires. Leurs relations ne fut jamais celle des serfs vis-à-vis des seigneurs.

Quand il s’est agi de prêter serment à la Constitution civile du clergé établie le 12 juillet 1790 et que les biens du clergé furent vendus comme biens nationaux, les prêtres vendéens, suivis par leurs ouailles, ont suivi la voie de la rupture et de la rébellion. Quand, quelques mois plus tard, la république remplaça la monarchie (septembre 1792) et que, le 21 janvier 1793, le roi vint à mourir en martyr sous la guillotine de Charles-Henri Sanson, les Vendéens restèrent incrédules, en état de sidération et de grande exaspération.

Mais quand la Convention sonna l’heure de lever en masse 300.000 soldats qui devaient donner leur vie pour secourir une patrie en danger, la coupe déborda. Certes, le recrutement parut, aux Vendéens, d’autant plus oppressif que jusqu’alors, ils en avaient été exempts. Mais les Vendéens ne pouvaient pas être soldats d’une république qui bannissait leur religion. Ils ne pouvaient pas abandonner leurs prêtres proscrits pour devenir le bras armé de leurs persécuteurs et (futurs) bourreaux ! Le feu couvait. L’embrasement fut rapide.

Il éclata le 3 mars 1793 à Cholet quand eurent lieu les premiers affrontements entre des jeunes « conscrits » qui s’en prirent à des grenadiers. Beaucoup ne voulaient pas, non plus, partir pour des raisons économiques. Le maire de Cholet l’avait pourtant expliqué au commissaire de l’administration départementale : « Obéir à la loi, c’est risquer de ruiner l’économie locale en mobilisant les commerçants, les chefs de manufacture, les paysans. » Il demanda un sursis de trois mois. Qui lui fut refusé. Les conscrits se révoltèrent contre les grenadiers. On releva plusieurs morts de part et d’autre. C’est ici le véritable début des guerres de Vendée, même s’il y eut quelques soubresauts, notamment en août 1792, au moulin de Cornet, entre Bressuire et Moncoutant (Deux-Sèvres).

Le soulèvement fut d’abord populaire et c’est toujours une erreur de croire que les Vendéens ont soutenu leurs nobles. Tous étaient, alors, en retrait et vivaient dans une certaine obscurité et un relatif isolement. Et ce furent les paysans qui vinrent chercher leurs « bon maîtres » pour poursuivre le combat… Après les incidents de Cholet, c’est Saint-Florent-le-Vieil (Vendée) qui se souleva le 12 mars, avant que les Vendéens ne décident de prendre Cholet le 15 mars… Comme l’a si bien écrit Victor Hugo : « En 1793, la France faisait front à l’Europe, la Vendée tenait tête à la France. La France était plus grande que l’Europe ; la Vendée était plus grande que la France. »

Commentaires fermés sur 3 mars 1793 : la Vendée se soulève

À lire aussi

Barbouzeries en tous genres !

La fin justifie toujours les moyens et chaque époque compose avec les « barbouzes » de son…