Le mannequin Amena Khan fait encore parler d’elle. Vous vous souvenez, c’est cette Pakistano-Britannique aux cheveux recouverts d’un , que L’Oréal vient génialement de choisir pour vanter un… shampooing !

dite “disruptive”, propre à surpasser définitivement le précurseur du concept Oliviero Toscani et ses United Colors of Benetton des années 80, censées promouvoir des fringues mais sans jamais les montrer. Préférant décliner à la place la collection de ce qui pouvait choquer le bourgeois…

Mais a changé, il y a les réseaux sociaux et plus personne n’a droit à l’oubli. Dès qu’une tête dépasse, des petits malins fouinent sur Twitter, Facebook et autres réseaux de la même farine, où rien ne s’efface jamais. Et là, patatras ! on découvre qu’Amena la belle n’est qu’une une bête à forts remugles antisémites.

Mauvaise pioche pour L’Oréal, l’élastique du jokari lui revient en pleine figure ! Florilège de la twitteuse : est un État illégal”, “Israël = Pharaon”. Tous les deux des tueurs d’enfants. Inch’Allah la défaite atteint le premier, ce n’est qu’une question de temps” ou “Israël est un État funeste et ceux qui en souffrent le plus sont les enfants innocents”.

Dans le genre “disruptif”, c’est bien vu !

On se souvient que, très récemment, l’humoriste Tex s’est fait virer de France 2 pour beaucoup moins que ça. Il est vrai que sa blague était machiste, et ça, c’est ce l’on peut faire de pire par les temps qui courent ! En revanche, il est permis de penser que les tweets de mademoiselle Khan ne déplairont pas à une frange de la clientèle précisément visée par cette campagne très “”.

La donzelle ignore certainement qu’elle n’est pas la première, chez L’Oréal, à proférer des opinions méphitiques. Sous l’Occupation, André Bettencourt collabora en effet au journal collaborationniste La Terre française, en parlant des Juifs comme d’une “race souillée pour l’éternité par le sang du Christ qu’ils ont fait verser”. Avant de passer à la et de déplorer cette “erreur de ”.

L’Oréal annonce aujourd’hui qu’Amena Khan a décidé de « se retirer » de sa campagne. C’est ballot, parce qu’il y avait une solution qui aurait pu satisfaire à la fois L’Oréal, le portefeuille d’Amena Khan, le concept de “disruption” et ceux qui estiment qu’elle mérite châtiment : au lieu de la présenter voilée… l’afficher tondue ! Mais, d’accord, c’est un peu tiré par les cheveux !

23 janvier 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Justice : plus de moyens pour faire ça ?

Ce qui manque à notre Justice, ne serait-ce pas quelques logisticiens et directeurs des re…