Vivre l’Histoire napoléonienne par la reconstitution

grognard

À l’occasion du 210e anniversaire de la campagne de France de 1814, de nombreuses commémorations ont lieu dans toute la France afin de rendre hommage aux derniers combats de l’Empereur. L’une de ces batailles ayant eu lieu à Montereau, en Seine-et-Marne, a été l’occasion d’un événement particulier, celui d’une reconstitution historique.

Si la France ne compte environ qu’un millier de reconstitueurs, ces derniers n’en sont pas moins actifs. L’association Vivre l’Histoire en Deux-Sèvres, fondée en 2007, regroupe des passionnés et des amoureux de l’Histoire, de tous âges et tous unis par un but commun, celui de la reconstitution.

Cette dernière est, rappelons-le, une pratique ayant pour objectif de faire revivre le passé à l’aide de spectacles, d’uniformes, d’outils et d’armements. Ainsi l’association du Pays niortais organise plusieurs événements durant l’année afin de faire revivre, ne serait-ce que pour quelques instants, l’époque napoléonienne. Anciennement président de l'association niortaise, Louis Garreau nous explique que la reconstitution n’est pas du théâtre, comme on pourrait le penser, mais bien plus. « Nous faisons des choses que l’on ne fait plus dans notre vie quotidienne et que l’on a du mal à se représenter aujourd’hui. Nous revivons l’Histoire afin d’essayer de nous rapprocher du passé mais aussi de la réalité historique. La reconstitution, c’est un bond dans le temps. » C'est pour voyager dans le temps mais aussi pour « transmettre, partager et faire aimer l’Histoire, en particulier celle de l’Empereur, auprès du public » que Vivre l’Histoire en Deux-Sèvres s’est rendue le 18 février à Montereau.

Montereau, 18 février 1814, ultime bataille gagnée par Napoléon

C’est en effet près de cette petite ville qu'eut lieu, le 18 février 1814, l’un des affrontements de la campagne de France qui vit la dernière lutte de notre pays contre les monarchies coalisées avant les Cent Jours. Napoléon Ier, ne s’avouant pas vaincu, tente par tous les moyens de repousser les armées ennemies sur le territoire national. Montereau tombe aux mains des Autrichiens et des Wurtembergeois le 14 février et est livré au pillage. L’Empereur décide de reprendre la ville et envoie plus de 20.000 hommes, qui remportent la victoire face aux soldats de l’empereur François Ier d’Autriche et du royaume de Wurtemberg. Bataille gagnée en vain, malheureusement, car Napoléon ne peut remporter la guerre face à l’assaut massif des coalisés en France. Cette campagne s’achève ainsi sur l’abdication de l’Ogre corse, qui n’a pourtant pas encore joué le dernier acte de sa vie.

Reconstituteurs : des passionnés de l'Histoire

Pour les reconstitueurs, la bataille de Montereau est une occasion rêvée pour exercer leur passion sans aller très loin. En effet, la majeure partie des conflits napoléoniens ayant eu lieu en Europe centrale, les déplacements lointains sont ainsi fréquents, quand ils n’ont pas lieu dans certaines communes et châteaux de France, comme celui du Plessis-Bourré, qui sont habitués à recevoir ce genre d’animation. Ainsi, chaque année ont lieu des reconstitutions à Austerlitz regroupant des passionnés de toute l’Europe. En 2015, près de 6.000 reconstituteurs vinrent établir leur bivouac à Waterloo pour le bicentenaire de la bataille. En 2022, à Malmaison, les habitants ont eu le plaisir de voir défiler, pendant une semaine, 800 reconstitueurs. Ces derniers, souvent habillés en soldats de ligne, en voltigeurs ou en célèbres grognards de l’Empereur, peuvent aussi se revêtir d’uniformes de cavaliers ou de généraux d’Empire. Une activité qui a un certain coût pour ces passionnés quand ils ne peuvent se faire prêter quelques équipements par d’autres associations de reconstitution. Cependant, cette difficulté n’entrave pas ces amoureux de l’Histoire dans leur volonté d’exercer ce que l’on pourrait appeler leur art et de continuer de transmettre bénévolement, au plus grand nombre, l’amour de la France.

Eric de Mascureau
Eric de Mascureau
Chroniqueur à BV, licence d'histoire-patrimoine, master d'histoire de l'art

Vos commentaires

13 commentaires

  1. Blucher voulait fusiller N. et toute l’Europe parlait de lui comme d’un monstre . Au fait ces reconstitutions vont elles jusqu’à figurer le nombre de morts laissés sur les champs de bataille , pour aboutir au final à Waterloo?

  2. Perso, j’aimerais beaucoup participer à une reconstitution de la bataille de Poitiers en 732 avec Charles Martel.
    Des volontaires pour ce projet ?

  3. Après Austerlitz, Napoléon avait tous les atouts mais alors il a tout foiré. Y compris Waterloo. Il a laissé la France plus petite, occupée, saignée et faible. Et il nous a laissé…le Conseil d’état !

    • Fallait-il attendre que que toutes ces monarchies viennent prendre possession de notre territoire ? On ne refait pas l’histoire, je sais bien, encore que … ! Il faut peut-être se souvenir de 40 ! Monarchies, Empires, Républiques sous lesquels n’y a-t-il pas eu de conflit ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois