Le gouvernement Macron nous avait déjà habitués à sa manie vaccinale grâce aux décrets de Mme Buzyn sur l’obligation d’une hyper-vaccination des nourrissons. Aujourd’hui, la panique engendrée et entretenue (« Nous sommes en guerre ») nous prépare quotidiennement à l’idée d’une vaccination anti-Covid-19 obligatoire, seule solution efficace (par axiome), sous peine d’une restriction de nos libertés essentielles.

Revoyons un peu les chiffres : selon le South China Morning Post, qui publie tous les jours le bilan de la pandémie, nous avons, au 15 juin, 7,9 millions de cas confirmés sur une population mondiale estimée, en 2020, à 7,795 milliards d’habitants, ce qui nous donne une proportion de 0,001, soit un habitant sur mille. Le nombre de décès est évalué à 433.065, ce qui, rapporté à la population mondiale, représente un ratio de 0.000056, soit 56 personnes par million d’habitants. Voici la réalité de la pandémie.

Alors, qu’en est-il du reste de la population qui a échappé à la chinoiserie opérationnelle de ce virus ? Ont-ils été plus prudents ou plus chanceux ? Ont-ils pratiqué de meilleurs gestes barrières ou avaient-ils un meilleur système de santé national ? Avaient-ils, surtout, une meilleure immunité, comme les enfants, par exemple ? Certains ont-ils pris de la vitamine D, comme nous l’avions recommandé dès janvier dernier ? L’Académie de médecine française vient de recommander sa supplémentation, car les études internationales confirment une corrélation entre un taux bas de vitamine D et la gravité, la flambée des cytokines et même la mortalité. Trop tard ! L’épidémie touche à sa fin.

Big Pharma a raté l’épisode de l’agrément des médicaments coûteux, ce qui n’a pas empêché telle chef de service d’infectiologie de Saint-Antoine de toucher des pactoles de plusieurs laboratoires pharmaceutiques pour promouvoir leur panacée.

Pourquoi les gens âgés et diabétiques sont-ils plus vulnérables, devant toute épidémie, d’ailleurs ? Parce qu’ils ont une faiblesse immunitaire physiologique. Ce sont les seuls qui pourraient bénéficier d’une vaccination, si tant est qu’elle puisse recevoir une réponse adaptée d’un système immunitaire par essence inefficace…

La prévention ne passe pas par la vaccination de masse. Elle a reposé sur les rappels de l’hygiène élémentaire et des gestes barrières, sur un confinement rendu obligatoire dans certains pays par la faiblesse de l’organisation de leur système de santé. Prenons l’exemple du Vietnam : 95 millions d’habitants et zéro décès du Covid-19 ; la France, 67 millions d’habitants et environ 30.000 décès. Cherchez l’erreur !

M. Macron, au lieu de faire la cour au laboratoire Sanofi en enfourchant le dada de Bill Gates, ferait mieux d’envoyer son Conseil, qui n’a de scientifique que le nom, faire un stage de formation auprès des épidémiologistes vietnamiens…

http://doctiss-homeo.fr/

16 juin 2020

À lire aussi

Mort sur ordonnance ?

Où se trouve la limite entre la sédation profonde menée jusqu'au décès et l'euthanasie ? …