Coronavirus - Editoriaux - Santé - 29 janvier 2020

Quelques conseils pour s’armer contre le coronavirus et autres virus de l’hiver

Contre les virus en général et le coronavirus en particulier, à ce stade où nous ne savons pas encore de quelle façon l’épidémie va se propager, la meilleure attitude est de se tenir prêt à l’affronter. La meilleure des armes ne vient-elle pas de nous-mêmes, de notre capacité à répondre aux agressions du virus, de la puissance de nos défenses naturelles ? Il existe plusieurs incontournables à connaître pour les stimuler.

L’un des piliers de la défense antivirale est la thymuline. Elle permet aux cellules thymiques de communiquer entre elles, et en particulier aux cellules mères d’initier les cellules jeunes et immatures. Elle est toujours conseillée en homéopathie, en 9 CH, seule dilution homologuée par les travaux du professeur Madeleine Bastide. Vous pouvez donc, quels que soient votre âge ou votre poids, prendre quatre granules de thymuline 9 CH le matin (idem pour un nourrisson de quelques semaines) pour renforcer vos défenses immunitaires.

L’autre pilier de la défense antivirale est la vitamine C. Toutes les sources sont bonnes, mais l’on préférera la vitamine C naturelle, en particulier celle tirée du jus d’un citron bio. On peut aussi en râper le zeste et saupoudrer des préparations culinaires. Certains fruits (kiwis, agrumes) sont particulièrement riches en vitamine C. Si nous sommes pressés, achetons l’Acérola 500 mg. L’acérola est une petite cerise contenant une forte proportion de vitamine C naturelle, deux fois plus active que la vitamine C de synthèse chimique. N’oublions pas l’excellente mais onéreuse gelée royale, recommandée en cas de grande fatigue en début d’épidémie.

La vitamine D est le troisième pilier de la défense, en raison des récepteurs de la vitamine D dans les poumons. Il convient donc particulièrement d’être à jour dans ses prises de vitamine D, c’est-à-dire une ampoule de ZymaD par mois jusqu’au printemps pour les adultes, et tous les deux mois pour les enfants (sur ordonnance). Sinon, prendre quatre gouttes de vitamine D 1000 UI par jour jusqu’à la fin de la période de risque (disponible sur Internet) et cinq gouttes de ZymaD pour les petits.

Enfin, la diététique garde une place majeure pour ne pas surcharger son foie inutilement. Veillons à privilégier une nourriture saine, pas trop riche en graisses animales, et plus riche que d’habitude en légumes frais et en fruits (dont les agrumes déjà cités).

Voici une prévention simple, non toxique, peu onéreuse et applicable chez chacun de nous.

Commentaires Facebook

À lire aussi

Mort sur ordonnance ?

Où se trouve la limite entre la sédation profonde menée jusqu'au décès et l'euthanasie ? …