Thierry Breton est content de lui. Cela se voit et il veut surtout que cela s’entende. Ainsi, interrogé par Léa Salamé sur France Inter, ce 26 octobre, à propos de la régulation des réseaux sociaux, affirme-t-il : « Nous sommes une très grande démocratie de 450 millions de concitoyens, la première démocratie du monde libre à avoir mis en place une régulation de nos réseaux sociaux. »

Passons vite sur le second point de cette déclaration. Faire la police sur Internet ? Autant vider l’océan avec une paille ou dessabler le Sahara à l’aide d’une fourchette. Et puis, ne s’agirait-il pas d’une énième loi liberticide ? En revanche, le premier point est autrement plus intéressant. Il y a d’abord le « nous » de majesté. Parle-t-il de la France ? Évidemment que non. De l’Europe, alors ? Mais le Vieux Continent n’est pas une nation. L'Union européenne, une démocratie, donc ? Cela demeure à vérifier, Thierry Breton ayant été, à l’instar de ses pairs européistes, coopté et non point hissé à son rang de commissaire européen au Marché intérieur par le vote du peuple.

Il se croit encore au temps de la guerre froide…

« Commissaire », déjà, rien que ce nom, qui fleure bon la « démocratie »… Et pas n’importe quelle « démocratie », une démocratie du « monde libre ». Là, c’est Hibernatus qu’on aurait exhumé au bout de trois décennies de son glacis soviétique mais qui n’aurait même pas compris que la guerre froide, c’était fini.

Et que dire de l’Inde, cette nation démocratique forte de plus d’un milliard d’habitants ? Surtout que son Premier ministre, Narendra Modi, lui, au moins, a été élu par une grande majorité de ses compatriotes, au contraire d’un Thierry Breton ou d’une Ursula von der Leyen. Car ces technocrates ne sont pas élus, préférant se coopter entre eux, avec des règles au moins aussi opaques que celles permettant de désigner les hiérarques chinois. À ce titre, les autorités européennes n’ont rien à envier à la Cité interdite.

Pour tout arranger, Thierry Breton parle de l’Union européenne comme d’une « démocratie », tentant en quelque sorte de nous faire croire qu’il s’agirait d’une nation ; ce qu’elle n’a jamais été. Bref, il parle au nom d’une oligarchie qui ne tient compte de l’avis des peuples européens uniquement quand ces derniers n’ont pas l’outrecuidance de la contredire. Comme modèle de « démocratie », on a vu mieux, mon neveu.

Si, au moins, ce cénacle se démenait pour faire entendre la voix du Vieux Continent au sein du concert des nations, telle la Chine dont le moins qu’on puisse prétendre est que ses dirigeants ne ménagent pas leur peine pour défendre leurs intérêts nationaux. Mais là, qui peut définir la diplomatie européenne, si ce n’est par son inconditionnel alignement sur celle de la Maison-Blanche ?

Le digne fils de Jean Monnet, l’Américain ?

Il est vrai que dès l’origine, le ver était dans le fruit, avec Jean Monnet, père de la construction européenne et par ailleurs salarié des Américains ; ce qui se savait depuis longtemps, mais qui a été rendu officiel par Marie-France Garaud en 2017. Avec Thierry Breton et ses comparses, la relève paraît assurée. Ce, d’autant plus qu’à la tête des entreprises françaises où il a officié, des fleurons tels que Bull, Thomson ou Atos, il est un fait largement avéré qu’il n’a pas transpiré plus que de raison pour les maintenir dans le giron national ; voire même européen.

L’année prochaine, il se chuchote qu’il pourrait mener la liste macroniste aux élections européennes. À en croire les sondages, cette dernière serait devancée de plus de huit points par celle de Jordan Bardella, le président du Rassemblement national. Ça devrait lui faire tout drôle, de briguer les suffrages de ces gens bizarres et qu’il ne connaît que par ouï-dire : le peuple. Et de faire, au passage, l’apprentissage de ce truc bizarre qu’on appelle « démocratie ».

Il n’est pas impossible qu’une telle épreuve puisse le conduire à un peu plus d’humilité, Thierry Breton n’étant visiblement pas né le jour de la Saint-Modeste.

8052 vues

27 octobre 2023 à 18:35

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

46 commentaires

  1. Breton, ce type là fait partie d’un club. Celui des heureux élus…qui n’ont jamais été élus mais qui parlent de démocratie…

  2. Il a surtout plombé Atos après avoir bien vendu ses propres actions obtenues par attribution, un mec bien en sommes. Digne de l’Europe.

  3. Si il continue comme cela on va bientôt parler de souveraineté Européenne et les électeurs en verront que du feu . Déjà CEDH ONU nous prête des intentions dès lors nous aurions plus besoin de voter !!!

  4. La merveilleuse URSS manquait à la Maison Blanche. Cet manque est maintenant réparé par l’europe.

  5. « Nous sommes une très grande démocratie de 450 millions de concitoyens, » faux , l’UE n’est pas un Etat fédéral , c’est une collection d’Etats souverains liés par des traités/

    1. Patrick Sainclair, je vous laisse decouvrir le communiqué de Florian Philippot :
      « Très grave ! À relayer massivement svp.
      La commission des Affaires constitutionnelles (AFCO) au parlement européen vient de voter un projet de réforme des Traités européens qui transformerait officiellement l’UE en un État, effaçant la France et nos pays !
      – Commission européenne transformée en un gouvernement de l’UE
      – Suppression de tous les droits de véto nationaux
      – Environnement : désormais une compétence « exclusive » de l’UE
      – Santé, Éducation : compétences nouvelles de l’UE
      – Défense, politique étrangère, frontières : l’UE prend officiellement le pouvoir ! Vers une « armée européenne »
      Bien sûr tout ça sans élection, sans peuple européen, sans avoir demandé leur avis aux peuples !
      Un coup d’État qui doit nous pousser plus encore à nous battre férocement pour le #Frexit et détruire ce monstre ! »

  6. il peut l’être , il s’est sauvé d’ATOS ,en empochant un pognon de dingue , avant que l’action de la société s’écroule.

  7. N oublions pas que ce monsieur qui oeuvre pour la création d’une Europe tentaculaire, nommé et non élu à la Commission a été sous les gouvernements Raffarin et Villepin un artisan actif de la politique de cession des participations de l’Etat chez EDF-GDF, autoroute, Alstom dont on mesure les résultats actuellement.

  8. Résumé : « Nous sommes la première démocratie à imposer la dictature ». Thierry Breton, au lieu d’être le pantin armé de quelques sombre obédience, devrait relire la métamorphose de Kafka.

  9. c’est curieux mais quand breton a annonçé » la grande démocratie » son pif s’est allonge de 30 cm !curieux non ?

  10. : « Nous sommes une très grande démocratie de 450 millions de concitoyens, » Mensonge ABSOLU ! Non Monsieur Breton ! Vous n’êtes, Monsieur Breton, que le rouage d’une bureaucratie non élue qui ne produit plus rien d’autre que des coûts, des contraintes, des bureaucrates, de la paperasserie et des affaiblissements pour ne pas dire des effondrements des Nations européennes. Nos agricultures se meurent. Les prix alimentaires s’envolent mais la malbouffe se répand. Et vous signez des accords de libre échange avec des producteurs de viande aux antibiotiques et aux hormones. Ne parlons pas de nos industries. Ne parlons pas de notre Culture. Ne parlons pas de nos hôpitaux. Votre « UE » n’est plus qu’un machin à la remorque des US, bon à subventionner l’entrisme islamique et à financer et encourager une guerre stupide en Ukraine qui nous ruine. Au prochaines élections européennes vous serez balayé.

    1. Net, précis,merci. Quant à votre dernière phrase, espérons qu’elle ne soit pas qu’un voeu pieux !

  11. La diplomatie de cette grande démocratie qu’est l’UE brille par son absence en cette période d’embrasement du moyen Orient. Thierry Breton compte sur les américains pour représenter l’Europe ou sur Macron avec les résultats que l’on a pu constater …

    1. « cette grande démocratie qu’est l’UE » !!!! Donc vous parlez comme Breton ! L’UE est tout ce que vous voulez SAUF une démocratie. Pour être plus explicite les tranferts de compétences et de souveraineté vers une UE non élue et non démocratique ont eu pour effet de vider largement les Nations qui y adhèrent de leur substance démocratique. L’UE est au fil du temps devenueun un point d’ancrage de ces « élites » technocratiques (et pas au dessus de tout soupçon de corruption) qui gouvernent « hors sol » et hors légitimité populaire. Exemples : immigration, accords de libre échange, agriculture, transition écologique, « gestion » achats vaccins COVID etc…

  12. Cet homme est plein de suffisance , d’orgueil , méprisant envers le peuple. L’Europe une démocratie ? il nous prend
    pour des idiots, on va lui répondre en juin prochain.

    1. +1 Espérons que la vague de propagande « renew » soit sans effet d’ici juin. Les mitrailleuses à bobards vont s’en donner à cœur joie

Les commentaires sont fermés.