Sur Public Sénat, Yannick Jadot est venu nous rappeler le bon vieux temps de La minute nécessaire de monsieur Cyclopède. Après avoir revisionné les séquences, il pense pouvoir aller au-delà des théories absurdes défendues par Pierre Desproges dans les années 80. Thème du jour : l'appel d'air. Bien qu'il n'ait pas mis le costume d’hurluberlu dans lequel apparaissait l'humoriste, le tout nouveau sénateur Vert va nous exposer le principe de la circulation d'air dans les tuyaux de l'aspirateur migratoire.

Il lui faut d'abord rappeler que des politiciens ignares n'ont rien compris au phénomène : « Dans les semaines qui viennent, beaucoup de sénateurs vont venir vous dire que régulariser, c'est faire un appel d'air. » Il est temps de ramener ces obscurantistes aux réalités de la science : « Pas une étude en France et dans le monde ne confirme que quand on régularise, ça fait un appel d'air », explique Yannock Jadit. Les plus grandes associations de chercheurs sont formelles. Le contraire se produit. Placé dans un tuyau au bout duquel miroite une myriade d'aides sociales, tout migrant subit une poussée inversement proportionnelle au montant des subsides auxquels il pourrait prétendre s'il était naturalisé.

Selon le professeur de sciences surnaturelles, affirmer qu'il se créé un appel d'air dans le sens Afrique vers la France, « c'est comme si on disait que la Terre est plate ». Avant qu'on ne découvre qu'elle était carrée, il était encore possible de défendre de telles inepties.

De nos jours, tout le monde sait bien qu'à la vue de la moindre allocation, l'arrivant sur l'île de Lampedusa se drape dans sa dignité. « Mais pour qui me prenez vous ? » Il est venu pour découvrir la culture européenne. L'architecture des divers bâtiments de la CAF le passionne, la convivialité des campings sous les rames de métro le transporte, mais à ses proches, il se gardera bien de conseiller de venir dans un pays vous croyant intéressé par une aide financière ou des soins gratuits. Il est, par ailleurs, universellement connu que devant une distribution de cadeaux, tout être humain s'enfuit à toutes jambes. Étonnant, non ?

Et de plus en plus surprenant : « Quand ils vont vous dire que la France fait sa part, comme dit le président de la République, c'est faux. » Le monsieur Cyclopède de la gauche a constaté qu'il restait quelques autochtones dans les villages. Il en a vu. Emmanuel Macron les a-t-il fait évacuer pour qu'ils laissent la place aux désintéressés venus du Sud ? Eh bien, non. « Quand il dit que la France fait plus que tout le monde, c'est faux, nous faisons moins que tout le monde. » Ah, il ment et re-ment !

Dans sa prochaine intervention le professeur Jadot s'est promis de démontrer la raison pour laquelle la Terre n'est pas plate. Elle l'a été, mais grâce à un appel d'air venu du sud, elle fut gonflée jusqu'à devenir ronde. S'instruire en s'amusant est décidément le credo de la minute nécessaire de monsieur Cyclopède.

6933 vues

27 octobre 2023 à 18:53

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

26 commentaires

  1. Les migrants arrivent par milliers , l’Etat refuse de limiter l’immigration , et donne 1 milliard à diverses associations qui aident et facilitent l’immigration.
    Les migrants arrivent directement chez nous , attirés par nos aides ,les plus généreuses de l’UE , et indirectement suite aux refus d’accueil d’autres pays de l’UE , la France est devenue la poubelle migratoire de l’UE.

  2. Ne pas confondre la réalité et les théories. Ni ne trop prendre en compte, la sympathie _ ou pas _ d’un individu. Jadot n’est pas anti-pathique… Ce qui est encore pire car c’est avant tout un idéologue. Ce n’est pas malgré leurs appellations, de vrais « écologistes ». Ce sont des écolos » ( soit : des idéologues wokisés) . Il faudrait re-définir la véritable écologie. En faît, en époque postmoderne wokisée, il faudrait tout redéfinir… ( l’anti-raciste est devenu raciste, l’écolo est devenu idéologisé, la « gauche » etc etc ).

  3. Il ne faut pas lui en vouloir, lorsqu’on regarde son parcours, il n’a jamais vraiment travaillé et a toujours été payé par le contribuable, alors évidemment il ne voit pas les choses de la même manière que ceux qui travaillent et qui ne doivent pas leur salaire au contribuable, qui doivent se débrouiller seuls.

Les commentaires sont fermés.