Une fois de plus, le pouvoir actuel a confirmé sa tendance à jouer les dames patronnesses, cette nouvelle version de la social-démocratie mise en scène par l’oligarchie régnante. On veut bien donner de l’argent aux pauvres, mais à condition qu’ils restent sages et votent bien. Face à la hausse des prix de l’énergie, le a choisi d’offrir une indemnité de cent euros à tous les bénéficiaires de revenus inférieurs à 2.000 euros par mois. Ce « cadeau » à la manière de l’aumône qui réjouit davantage celui qui la fait que celui qui la reçoit est vu d’en haut : c’est une dépense supplémentaire de 3,8 milliards d’euros dans le budget, mais ni le déficit budgétaire ni l’endettement n’ont été les priorités d’un pouvoir qui table sur des résultats économiques illusoires pour assurer la réélection du Président. Son « horizon », comme dirait Édouard Philippe, est de quelques mois : l’élection présidentielle.

Que cette mesure soit, une fois de plus, fondée sur une redistribution approximative, et donc nécessairement injuste, ne doit pas surprendre : c’est la signature du régime. La pluie, très fine d’ailleurs, d’argent public arrosera tout le monde sans tenir compte des situations réelles, mais maintiendra au sec ceux qui contribueront le plus à la financer. Plus du tiers de l’augmentation des prix est lié à la hausse des taxes depuis mai 2017. Les avaient donc parfaitement raison d’en accuser l’occupant actuel de l’Élysée. Ce bakchich à l’orientale n’a pas d’autre but que d’empêcher le réveil de la contestation avant l’élection.

À long terme, c’est le brouillard. Pour l’instant, on entretient l’illusion d’une croissance retrouvée et d’un chômage en recul, comme si l’afflux d’argent factice et le creusement des déficits n’en étaient pas les moteurs. Le déficit public de la France, en 2022, sera d’environ 40 milliards de plus que prévu par le gouvernement, à 6,3 % du PIB, selon le cabinet Oxford Economics. L’inflation est contenue notamment par notre déficit du commerce extérieur qui correspond, hors énergie, à l’achat par les Français de nombreux produits fabriqués à bas coût dans des pays qui ne connaissent ni notre protection sociale, ni nos normes environnementales, ni nos conditions d’emploi et de rémunération. La remontée des taux d’intérêt, inévitable, mettra fin à ce mirage de l’argent facile. On peut s’attendre à un revirement très net au lendemain de l’élection présidentielle, quel que soit l’élu, mais pour le pouvoir, il faut surtout que les Français n’y pensent pas, qu’ils continuent à guetter l’éventuelle nouvelle vague du virus. Une Assemblée de godillots clairsemée vient, d’ailleurs, de voter le prolongement de l’urgence sanitaire et du passe, cette laisse par laquelle on tient beaucoup de Français jusqu’à l’été, au-delà de l’élection présidentielle.

Dernièrement, trois ministres ont offert leur visage à ce personnage de dame patronnesse en qui s’incarne actuellement l’État : le Premier, bien sûr, avec les annonces dispendieuses dont il inonde la France au gré de ses déplacements, mais aussi Mme Wargon, ministre du Logement. Cette progressiste s’est elle-même caricaturée en grande bourgeoise de gauche typiquement macronienne. Résidant dans une vaste demeure d’une ville résidentielle, Saint-Mandé, elle a fait la leçon à ces pauvres Français qui, décidément, sont encore des enfants. On vous a bercé avec le rêve de la maison individuelle. C’est un non-sens écologique, économique et social. Du Macron, dans le style…

Mais le plus parfait est Bruno Le Maire. Imperturbablement dans sa bulle, ce qui devrait inquiéter le ministre de l’Économie qu’il est, il n’en revient pas quand Sonia Mabrouk lui demande s’il perçoit encore la réalité. Non, il la retourne comme un gant, dans un déluge de contre-vérités et de platitudes qu’il débite avec le masque du premier de classe sérieux et responsable : il serait gaulliste mais glorifie le « centrisme » de Macron, celui-là même qu’il dénonçait en 2017, sur le même ton magistral, comme « l’homme sans projet parce que sans convictions ». Lui, désormais, affirme en avoir, des convictions. Mais c’est pour dire aussitôt qu’il ne sait pas ce qu’est la droite, si ce n’est qu’il est de pour être allé à la et avoir ciré ses chaussures le dimanche matin quand il était jeune. Cette bouillie bas niveau de neurones, face au discours d’une France qui se redresse tenu par Zemmour, condense l’effondrement de notre prétendue élite.

23 octobre 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 9 votes
Votre avis ?
36 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires