Notre Président aime les voyages. Il aime l'Afrique, en particulier. Pas à la façon d'un de Gaulle ou d'un Chirac, non : dans le goût moderne. Il vient sur le sol qui jadis fut français avec un mélange de honte et de démagogie, celle-ci expliquant probablement celle-là. a pour les peuples africains l'amitié surjouée, les sourires forcés qu'ont les bobos quand ils ont « un pote black ».

Dans le cas de l'Algérie, dont l'histoire commune avec la France est pleine de sang et de larmes, c'est encore pire. Hué lors d'un bain de foule à Oran, il a continué à sourire jusqu'à ce qu'on l'exfiltre. Accueilli par le président Tebboune, il a cru bon d'annoncer la création d'une commission historique franco-algérienne, composée de spécialistes des deux pays, et dont le but serait de faire toute la vérité sur les 130 ans de vie commune des deux pays.

On imagine que l'incontournable Benjamin Stora, auteur de ce fameux rapport publié en 2021, aura toute sa place au sein de cette commission. Ses états de service ne plaident pas en faveur de sa neutralité, mais enfin, que voulez-vous, un historien de gauche, c'est comme un notable macroniste ou un citadin écolo : ça rassure.

On peut tout de même avancer que, si cette commission mixte est vraiment honnête, et qu'elle intègre (évidemment) des historiens algériens aux positions particulièrement antifrançaises, elle se devrait aussi, en toute logique et dans un souci d'équilibre et de parallélisme des formes, d'intégrer des experts français qui proposent un bilan un peu plus factuel de la française. Pourquoi pas Jean Sévillia, auteur du magistral ouvrage Les Vérités cachées de la guerre d'Algérie ? Pourquoi pas Bernard Lugan, qui a, lui aussi, su passer au-delà des histoires officielles, allant jusqu'à chiffrer, dans Algérie, l'histoire à l'endroit, les prétendus « méfaits » de la colonisation : kilomètres de routes, dispensaires, ports et aéroports, etc.

Mais l'on peut craindre que cette commission gadget soit mise sur pied (si elle voit jamais le jour...) pour faire approuver la version FLN de l'histoire de l'Algérie : peuple fier et uni, maltraité par les Français, qui s'est soulevé comme un seul homme contre le joug colonial. Les paroles de l'hymne algérien (voir ci-dessous) à l'égard de la France sont sans ambiguïté sur l'histoire d'amitié, voire d'amour, dont parlait un Macron pédant et creux, l'autre jour, devant un président Tebboune probablement pas dupe.

Qu'attend le pouvoir français de cette nouvelle humiliante reptation, de ce nouvel affront aux pieds-noirs, aux harkis, à l'Histoire de France (de la à la république en passant par le Second Empire) ? Du gaz, j'imagine. Que vont penser les millions de Français d'origine algérienne qui ont appris à haïr, à mépriser la France depuis leurs premières au bled ? L'avenir nous le dira (où nous le montrera, je pense).

En attendant, si quelqu'un de sensé voulait bien limiter les déplacements du Président Macron... Dès qu'il sort de l'Élysée, c'est pour dire des bêtises.

Extrait de l'hymne algérien

Ô France !
Le temps des palabres est révolu
Nous l’avons clos comme on ferme un livre
Ô France !
Voici venu le jour où il te faut rendre des comptes
Prépare toi ! voici notre réponse Le verdict,
Notre révolution le rendra
Car nous avons décidé que l’Algérie vivra
Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin !
Soyez-en témoin !

5054 vues

28 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. Très bien, que l’Algérie vive, mais sur son sol ! Loin de nous l’intention de la voir mourir; Il serait également souhaitable que ses ressortissants regagnent le pays de leurs ancêtres. Nous les en remercions par avance.

  2. Le résultat est connu d’avance, le FLN ne comprenait que des anges et les armées françaises seulement des démons.

  3. Pendant la guerre d’Algerie (1954-1962, en réalité 63), j’ai eu sous les yeux plusieurs documents en forme de revues qui montraient en images les horreurs commises par le FLN sur les populations, les membres du MNA, et les militaires. N’y a-t-il plus aucun de ces documents susceptible d’être montré au public? Je ne doute pas que connues, ces monstruosités auraient un effet didactique.

  4. Pour l’hymne, à vrai dire, je m’attendais à pire. Mais pour la commission mixte, je m’attends au pire, en effet.

  5. Hélas, c’est Boumedienne qui a eu le dessus sur Fehrrat Abbas qui aurait pu jouer le rôle d’un Mandela Algérien. Pourquoi? A cause des massacres de Sétif et de cette terrible année 1947 (l’époque du « pain de maïs ») qui aussi vu le démarrage de la guerre du Vietnam avec la canonnade d’Haiphong par l’amiral Thierry d’Argenlieu et la famine à Madagascar. De Gaulle, battu au referendum sur la Constitution a laissé le pouvoir vacant et la France aurait pu devenir une démocratie populaire s’il n’y avait pas eu la prière des enfants de l’Ile Bouchard et la lucidité courageuse de Séguy qui a montré qu’il était Français avant d’être Communiste et qui a su ne pas faire la politique du pire. Il est bon de ne pas avoir la mémoire trop courte.

  6. Cette commission est le seul résultat de cette visite fiasco. On sait déjà que penser de Stora. La seule question est de savoir s’il lui reste assez de cirage pour les babouches des participants algériens. Mais à mon avis cette commission est une fois de plus un bla bla …on ne la verra jamais….

    1. L’autre résultat, c’est les 8000 étudiants algériens de plus par an. Combien rentreront dans leur pays?

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter