Bruno North est Président du CNIP, le Centre national des indépendants et paysans. Le CNIP a rejoint la campagne d'Éric Zemmour le 29 janvier dernier.

C’est la dernière trouvaille à la mode. Le samedi 29 janvier, les électeurs d’une commune du Var étaient appelés aux urnes pour décider qui leur maire devait présenter à l’élection présidentielle. L’exemple avait été donné, quelques jours plus tôt, par un maire haut-savoyard qui, lui, s’était contenté d’une consultation par Internet. Il a, ensuite, été imité dans une autre petite localité, dans l’Aveyron cette fois-ci. Les édiles prétendent, ce faisant, redonner à leurs concitoyens le goût de voter.

L’administration a immédiatement réagi en déclarant ces consultations illégales, le Code général des collectivités territoriales stipulant que « les électeurs d’une collectivité peuvent être consultés sur les décisions que celle-ci envisage de prendre pour régler les relevant de sa compétence ». Autrement dit, la présentation d’un candidat à l’élection du président de la République est de la seule responsabilité des maires et des élus énumérés par la loi organique de novembre 1958 et ne peut être déléguée.

Mais qu’importe l’argument légal ! Le refus de présenter un candidat à la présidentielle par ceux qui en ont le pouvoir et l’exclusivité est le reflet d’une inacceptable désinvolture civique. Lorsqu’un candidat se présente devant les électeurs, et a fortiori, une fois qu’il est élu, il s’engage à assumer toutes les responsabilités liées à son mandat et n’a aucune latitude à s’en décharger. L’article 17 de la Constitution prévoit que « le président de la République a le droit de faire grâce ». L’imagine-t-on organiser un pour demander aux électeurs s’il faut atténuer la peine d’un criminel ? L’exemple est caricatural, mais il illustre ce qui se passe tous les jours dans notre société. Les maires ont de « parrainer » - le terme est d’ailleurs inexact, les textes parlant de « présenter » - un candidat à la présidentielle, mais que fait le Parlement lorsqu’il accepte de prolonger indéfiniment l’état d’urgence sanitaire ? Il se décharge de son travail de contrôle de l’exécutif. Que fait l’exécutif, à son tour ? Il s’abrite derrière un Conseil scientifique en répétant qu’il suit l’avis des médecins. Depuis quand les médecins ont-ils été élus pour décider de la de la nation ? Le maire s’abrite derrière le parapluie des habitants, le Parlement derrière le parapluie de l’exécutif qui, lui, se protège derrière la palissade des médecins. Nos dirigeants sont devenus des émules de Ponce Pilate.

Tous les débats sur la nécessité de réformer ou non le système des parrainages n’est qu’un écran de fumée pour excuser l’abdication par de trop nombreux élus et dirigeants des pouvoirs liés à leur mandat, en prétextant de peurs diverses : des électeurs, de la communauté de communes, du département, de la région, du parti, des médecins, des hôpitaux, etc. Outre qu’un élu n’a pas à se déterminer par une quelconque, qu’ils se rassurent tous ! Le CNIP est un vieux parti d’élus locaux. Non seulement aucun d’entre eux ne renonce à ses prérogatives mais, surtout, aucun n’a jamais vu un seul de ses administrés lui reprocher d’avoir présenté - et non parrainé – un quelconque candidat à la présidentielle. Au lieu de disserter de façon oiseuse sur une énième nouvelle loi (dont le seul avantage, aux yeux de ses promoteurs, sera de détourner le regard des Français des innombrables vrais sujets), il convient de rappeler les élus aux responsabilités inhérentes à leur mandat.

Le système des 500 signatures fonctionne à condition que ceux qui en sont chargés assument leur responsabilité. Ils sont aussi élus pour cela !

3414 vues

10 février 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

42 commentaires

  1. cinq cents signatures, ça ne se justifie pas cent était suffisant. Aller pleurer des signatures a pour résultats : temps perdu, dépenses superflues, circulation d’un peu plus de véhicules polluants. Autrement dit c’est une idée géniale.

  2. Le maire n’a donc pas le droit de réaliser des sondages au sein de sa propre commune. Si le maire ne peut le faire, le citoyen le peut. Force est de constater que beaucoup d’édiles ont choisi de parrainer un candidat qui ne l’est pas (encore) ! Ceci est absurde et devrait être interdit. Un citoyen devrait pouvoir demander et recevoir des parrainages que s’il est candidat…

  3. C’est Michel Onfray, de la Gauche la vraie, l’ancienne Républicaine, qui disait et écrivait : « On n’est plus en Démocratie, mais dans une espèce de terreur ». Zemmour aimait bien débattre avec lui, pourtant ils n’étaient pas d’accord sur tout, mais de Vrais Républicains amarrés à l’U.E, par les vices de la franc maçonnerie Européistes en mensonges, pour leur hégémonie en réseau sur le Monde…

  4. Plus que par crainte de représailles politiques , les Maires de villes dotées d’un parc locatif HLM dont ils assument de droit la Présidence et la bonne gestion des emprunts, peuvent refuser de « présenter » un candidat qui veut assécher la trésorerie des bailleurs sociaux en supprimant pour les immigrés les allocations diverses dont l’alloc.logt condition première de leur solvabilité !!!!
    Loin de toute considération philosophique c’est une question de gros sous.

  5. Les Maires ne sont plus libres, ils sont cornaqués par les communautés de communes (les CC ) elles même cornaquées par les départements. Ne pas suivre l’avis de la CC équivaut pour un Maire à mettre en danger sa commune pour tous les aménagements et services en relation avec les instances supérieures. Chez nous la CC et le département est socialiste. Les Maires ont déclaré ne pas pouvoir décider quel candidat soutenir compte tenu de la diversité politique de leur conseil municipal.

Les commentaires sont fermés.