La Marche pour la vie s’est donc ébranlée dans les rues de Paris, cette fois entre la place de Catalogne et la place Vauban, rassemblant des milliers de familles et de jeunes. Beaucoup de jeunes. Cette jeunesse très frappante des manifestants contre l’avortement devrait, en soi, éveiller la curiosité des médias et attirer l’attention des politiques, en tout cas ceux qui sont un peu soucieux de l’avenir. Mais non. Peu de journalistes et de caméras, pas d’écharpes bleu-blanc-rouge non plus. L’indifférence quasi générale. Il faut croire que l’avortement n’est pas un sujet porteur, médiatiquement et politiquement.

Dire que, la veille encore, Twitter bruissait, choquée, d’une déclaration jugée fort peu « inclusive » d’Éric Zemmour à l‘endroit des handicapés - qu’il disait souhaiter voir scolarisés dans des établissements spécialisés. Mais les supprimer in utero, est-ce vraiment « inclusif » ? Car par le biais de l’IMG, interruption médicale de grossesse, autrement appelée avortement thérapeutique, on peut supprimer un enfant handicapé - trisomique, par exemple - jusqu’à la toute fin de la grossesse. Inutile de se battre, donc, pour lui sur la question de savoir s’il ira dans un établissement spécialisé ou s’il sera intégré dans une classe ordinaire.

Dire qu’il y a quelques jours, Marlène Schiappa revenait sur son cheval de bataille, les violences faites aux femmes, déclarées grande cause du quinquennat. Il est, certes, louable de vouloir protéger les femmes, mais quid de ce gigantesque féminicide mondial silencieux qu’est l’avortement « sexo-sélectif » ? En août dernier, Courrier international rapportait « qu’il [manquerait] plus de 4 millions de filles dans le monde d’ici la fin de la décennie ». Le phénomène touche principalement la Chine et l’Inde, mais comme l’écrivait le magazine Elle en juillet 2019, « devient de plus en plus courant en Europe ». C’est l’identification - d’autant plus certaine que l’échographie est tardive - du sexe de l’enfant qui déclenche ce féminicide in utero. Rallonger le délai légal de l’IVG, c’est donc le favoriser. Porté par la députée ex-LREM Albane Gaillot, le texte le faisant passer de 12 à 14 semaines sera examiné en deuxième lecture au Sénat le 19 janvier. Pour la lutte contre les violences faites aux femmes, on repassera.

 

5784 vues

16 janvier 2022 à 20:15

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

43 commentaires

  1. Je poursuis. Pour les handicapés sensoriels, aveugles et sourds et muets, il faut des établissements adaptés qui font un travail admirable. Et ensuite il y a une multitude de handicaps mentaux et il faut trouver les meilleures solutions ce qui n’est pas simples et ne peut pas se faire dans le système scolaire standards.

  2. Zemmour a absolument raison est Sophie Cluzel secrétaire d’état aux handicapés n’y connait rien. J’ai un enfant handicapé mental qui a 50 ans et 10 ans d’âge mental. C’est grâce à l’IMP et ensuite à l’IMPRO qu’il s’en est sorti, qu’il sait lire, écrire et compter. Et qu’il est employé dans une SSII depuis plus de 30 ans. Il faut être inclusif pour les handicapés physiques, mais les écoles, les collèges, les lycées, les fac, sont-elles toutes accessibles.

  3. Zemmour devient Président, il décide de remettre la peine de mort à l’ordre du jour pour les assassins et criminels, que croyez vous qu’il arrivera, toute la bien pensance gauchos bobo descendra dans la rue pour protester pour ce crime contre l’humanité. Pour les nouveaux nés, ils se sentent moins concernés puisque apparemment on ne les a pas vu manifester avec les anti IVG.

  4. Je suis contre l’avortement comme méthode de contraception, mais pour le droit à l’avortement dans certains cas, viol, inceste, et enfant anormal, obliger une femme à avoir un enfant malformé est abominable.

  5. Je donne un exemple parmi ceux que j’ai observés. Un enfant handicapé autant moteur que physique, bavant et tapant des pieds en permanence, ne s’exprimant que par grognements saisissant car fort des bras une personne surtout féminine passant près de lui et se déplaçant avec difficulté, pourrait-il se trouver dans une classe d’école publique ? Que les polémistes réfléchissent avant d’agresser Zemmour.

  6. Quelle est la meilleure solution, entre ruiner la vie d’une famille avec la naissance d’un handicapé lourd et pratiquer l’avortement du foetus handicapé. Ayant connu des cas, je suis favorable à l’avortement. Cela choque certaines personnes mais que des milliers d’enfants viables soient supprimés chaque année grâce à l’IV.G. ne gène pas la classe médiatique et certaines associations.

  7. Avoir rendu légal l’avortement était nécessaire, l’encourager est une hérésie , prolonger les délais est une infamie. Et ce, pour quelque raison que ce soit.

  8. 700 enfants avortés par jour, dont plus de moitié de filles, Voila qui donne le juste mesure des féminicides et des décès dus au Covid. Mais silence, il faut sans doute encore augmenter la date limite du « DROIT » à l’avortement. Aucun candidat à la Présidence n’en parlera et personne n’envisagera même de revenir à la vraie loi Veil et à ses clauses de conscience. 98% des filles diagnostiquées (à tort ou à raison) trisomiques sont supprimées avant la naissance. Quelle éthique !

  9. A force de « en même temps » tout part à la dérive. on veut protéger les femmes de conjoints brutaux, mais les violeurs sont pas ou peu punis. On veut que les enfants handicapés vivent comme tout le monde mais les structures d’accompagnement ne sont pas suffisantes. On veut euthanasié les bébés avant leur naissance, « Eugénisme »… Nos anciens sont oubliés et ou relégués au rang de poids insupportables etc. Vive nos gouvernants, l’europe alémanique ,téléguidée par les U.S.A.

  10. Ceux qui s’offusquent des propos d’EZ n’ont pas eu à gérer des enfants gravement handicapés mentaux dans leur classe. Enfant qui hurle, crache, mord… avec une AVS qqs heures par semaine quand elle est là. C’est toute la classe qui souffre.

    1. oui mais les « grosses tetes » ne mettent jamais les pieds dans la m…..combien connaissent le terrain

  11. « mais quid de ce gigantesque féminicide mondial silencieux qu’est l’avortement « sexo-sélectif » ?
    Rien qu’en France, 250 000 IVG chaque année sans aucune réaction gouvernementale, à l’inverse du Covid qui aura tué moitié moins de victimes (125 000 par an).

  12. Toute l’incohérence de cette Politique de la Macronie de l’extrême c’est que ce sont les mêmes qui ont aboli la peine de mort, mais sont pour l’avortement permis le plus tard possible et gratuit, et alors qu’il y a pleins de moyens de contraceptions avec informations très ouvertes à toutes…J’en suis maintenant convaincu, ILS (les frères et soeurs trois points) sont En Marche pour bientôt gouverner le Monde dans leur Civilisation.

  13. Cette société est désespérante…dans le fond est ce vraiment grave si tout s’écroule…..?

  14. avortement pour les embryons décelés handicapés, suicide assisté pour tous ceux qui deviendront handicapés par les évènements de la vie, euthanasie pour les vieux, … c’est tout simplement de l’eugénisme à la Hitler mais n’est ce pas une volonté de la société ?
    D’autre part, établissement scolaire ou spécialisé, tout dépend du handicap et de la gravité du handicap de la personne, bref tout est affaire de sur mesure et non de protocole ! (soeur d’un adulte trisomique)

Les commentaires sont fermés.