La présidentielle n’a pas livré encore tous leurs secrets. Dans son article « Que manigancent-ils ? », Georges se penche sur les mystérieuses « mesures d’organisation » du scrutin évoquées à bas bruit lors d’une rencontre entre le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et les sages du Conseil constitutionnel. C’est peu dire que ces conversations vous inquiètent. « Plus que tout, la mesure à refuser absolument, par tous les moyens, c’est le vote électronique et le vote par correspondance », commente La Vraie France, qui craint des fraudes massives. Même tonalité inquiète chez Juju : « Mon Dieu, que vont-ils inventer comme procédé tordu et vicieux, s’alarme notre lecteur ou lectrice. Il faut craindre le pire car, pour eux, la partie est peut-être perdue. Pour nous, c’est non au vote électronique et non aux magouilles. » Un autre de nos commentateurs le dit autrement : « Il y a quelques jours, Gabriel Attal [porte parole du gouvernement, NDLR] avait annoncé qu’il n’y aurait pas de report des élections (alors que personne ne lui posait la question). C’est une constante de ces gens : quand ils annoncent qu’ils ne feront jamais, au grand jamais, quelque chose, c’est qu’ils s’apprêtent à le faire ! » Comment le macronisme a-t-il pu susciter tant de défiance ? Désormais, le doute s’étend à tous les compartiments de la vie démocratique.

Ces élections auront-elles lieu dans des conditions normales ? C’est votre interrogation principale et elle en dit long sur le climat qui règne, en France, après cinq ans de pouvoir d’Emmanuel Macron. Car la confiance ne se décrète pas, elle se mérite. Vos craintes sur le processus des parrainages sont réelles et vous n’êtes pas les seuls à vous alarmer : en dehors de trois partis, PS, et LR, l’inquiétude touche peu ou prou toutes les listes, signalait Marc Baudriller dans « En 2022, en France, plus de 35.000 élus paralysés par la peur ». « Quand on en arrive là, il n’y a pas de doute possible, nous ne sommes plus en démocratie, mais bien dans une tyrannie de fait », s’alarme Jacques Vitray. « Vrai, pas vrai, qui a ses parrainages ?, demande Bernard. C’est un jeu de cache-cache insupportable et indigne, vu l’importance des enjeux. Le cynisme de Hollande a gâché cette chasse aux signatures en y ajoutant cette clause de transparence. ». Poivre tranche la situation : à son avis, « les votes démocratiques sont à bulletin secret, le parrainage des candidats au vote démocratique ne l’est pas. Donc, les élections présidentielles ne sont pas démocratiques. Merci Hollande, merci le Conseil constitutionnel qui valida la décision inique du pire Président que la France ait connu. »

Vous n’êtes pas rassurés non plus par l’un des derniers soutiens bruyamment manifestés au Président Macron et à sa politique sanitaire, celui du maire de Nice Christian Estosi. « Estrosi est un exemple chimiquement pur de politicien opportuniste, exécute Rossel. Il n’est foncièrement ni de droite ni de gauche. Maire de Nice, ville peuplée par une myriade de “boomers” constituant les gros bataillons macroniens, il caresse son électorat dans le sens du poil. »

Vous avez la dent dure mais ils le méritent. Ne comptez pas sur Boulevard Voltaire pour lâcher prise. Votre site préféré fête ses dix ans. Gabrielle Cluzel raconte l'incroyable aventure de votre site Internet qui a désormais troqué ses dents de lait pour des canines bien aiguisées. Il nous faudrait citer tous vos remerciements et encouragements qui nous touchent tous profondément. Citons-en un seul, celui de Pagès A. « Merci à tous pour votre courage, votre engagement et votre combat pour rendre à notre cher et beau pays sa grandeur et sa fierté – merci pour nous donner chaque jour ce moment de bonheur par vos éditoriaux riches de culture, d’avis partagés ou non mais toujours dans le respect, votre liberté d’expression, votre souci d’aborder sans parti pris tous les sujets sans exception, parfois même avec humour. Longue vie à Boulevard Voltaire qui me permet parfois d’exprimer ma colère trop longtemps contenue. » Comptez sur nous, cher Pagès A. et chers lecteurs, pour continuer le combat. Faites connaître et soutenez Boulevard Voltaire. Et soyez assurés que vous nous trouverez encore longtemps à vos côtés pour aimer et défendre la France. Elle le mérite !

16 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 3 votes
Votre avis ?
46 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires