Selon Olivier Véran, il y aurait 18.000 contaminations au variant Delta, aujourd’hui. Sébastien Meurant, qui s’apprête à participer au débat sénatorial sur l’obligation vaccinale et le , se confie au micro de Boulevard Voltaire.

 

 

Pourquoi entend-on si peu les opposions parlementaires et votre parti les LR sur le passe sanitaire ?

 

J’ai du mal à expliquer la position de mon parti. Le Général avait dit que les Français étaient des veaux, je vais jusqu’à dire qu’une partie de la classe politique sont des moutons, on s’accommode très bien de la politique de la menée par le Président et son gouvernement. J’ai du mal à comprendre comment on peut légitimement suivre les dernières annonces du président de la République, alors que lui-même disait le contraire, il y a quelques mois. Comment une chose peut-elle être vraie et fausse à quelques semaines d’intervalle ? Le variant Delta est moins mortel, le système de santé s’est adapté à la pandémie que nous vivons depuis 18 mois, l’Angleterre rouvre et libère le peuple de toute contrainte tout en rappelant les gestes de bon sens. Et c’est à ce moment-là qu’ fait du « en même temps » : incitation maximale sans obligation formelle.

 

Olivier Véran avance l’argument de très nombreuses contaminations…

 

Autour de vous, connaissez-vous des gens malades, hospitalisés à cause de ce variant ? Au-delà du sanitaire, la question est politique : l’incapacité du système français à apporter une réponse. L’opposition semble démunie, comment expliquer que l’on n’assume pas l’obligation vaccinale ?

Y a-t-il un afflux de malades dans les hôpitaux ? Une augmentation des ? Apparemment non. Dans d’autres pays, on voit que la vaccination n’empêche pas la contamination.

Aujourd’hui, le système hospitalier français n’a pas été renforcé, dans mon département, il n’y a pas plus de lits de réanimation, des lits et des hôpitaux sont fermés. On s’achemine vers un contrôle par une partie de la population. Quelle est la logique juridique ?

 

Selon vous, la motivation de ce passe sanitaire est totalitaire et non sanitaire ?

 

Il faut qu’un contre-pouvoir s’oppose au pouvoir. Emmanuel Macron se satisfait de ces lois d’urgence sanitaire qui s’enchaînent.

Ce n’est pas du que de s’interroger sur ces 18.000 contaminations journalières. Pour quelle raison abandonne-t-on l’incitation au vaccin pour l’obligation ?. Pourquoi Emmanuel Macron n’assume-t-il pas ?

On n’a pas beaucoup de recul sur ce vaccin qui est toujours en phase trois, ni de recul sur la vaccination des jeunes et des enfants. On est d’accord sur le bénéfice pour les personnes âgées et vulnérables. Si le Covid a la même dangerosité que la poliomyélite ou la tuberculose, pourquoi ne pas imposer la vaccination pour tous ? On ne l’impose pas car, vraisemblablement, on serait les seuls à le faire, avec des pays peu démocratiques.

20 juillet 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

4.3 6 votes
Votre avis ?
54 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires