L'abus de produits du terroir est-il dangereux pour la santé ? Sur le plateau de RMC, le chroniqueur gastronomique Périco Légasse se lance dans une farouche défense du projet d' visant à répartir les réfugiés dans les campagnes françaises. L'homme exulte. Formidable ! « Une grande idée ! » Lui-même avait déjà suggéré à Stéphane Le Foll pareille solution. Pourquoi secourir le monde rural alors qu'il suffit de le remplacer par des forces vives venues d'Afrique ? Pour parvenir à une telle réussite, l'ami Périco a puisé dans la bibliothèque rose un scénario délicieux : « On leur alloue un lopin de terre, on en fait des paysans. » À l'heure de l'angélus, migrants migrantes de se recueillir au son de la cloche de l'égl… de la mosquée toute proche. Le peintre saisit la scène. Emmanuel Macron tient celui qui saura romancer le Grand Remplacement.

L'enthousiasme de l'invité d'Estelle Denis s'explique aisément. Quel Soudanais fasciné par le monde de la consommation et ses gadgets clinquants n'a jamais rêvé de se retrouver binette en main sur un terrain en friche au fin fond de la Haute-Marne ? « On donne de la terre à des gens, ils la cultivent, on a besoin de paysans en France, on a des millions d'hectares en friche. » La case de l'oncle Tom à la française prend naissance sous le lyrisme du gastronome en culotte large. Enchaînés ou non ? La question fait débat.

Passer de fumeur de crack à cultivateur labourant sa terre nécessite toutefois un accompagnement budgétaire : le « quoi qu'il en croûte », cher au fervent défenseur du pâté du même nom. Le tour de passe-passe agricole réussira : « À condition que ce soit accompagné de mesures sociales, de mesures économiques », précise le narrateur. Quelques milliards, une assistante sociale par hectare… Le projet prend forme.

Habitué à vanter les mérites du produit authentique, Périco Légasse se fait le chantre d'un apport de main-d'œuvre sans aucun lien avec la région concernée. La répartition dans les campagnes de pseudo-réfugiés sous-payés par les grands groupes de l'industrie agroalimentaire est la face cachée du projet. En toute naïveté, l'ardent défenseur de la France des saveurs milite pour la fin de la vraie paysannerie.

9038 vues

18 septembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

49 commentaires

  1. Ne vous énervez pas Je pense qu la « campagne «  trouvera des arguments au bout de quelques incartades. Il ont des tractopelles et ce qu’il faut. Ce ne sont pas tous des dégonflés. Voir le pacha.

  2. Sauf que ceux qui arrivent, pour la plupart, sont analphabêtes, ne savent rien faire et n’ont aucune intention de travailler tant qu’il y aura des aides sociales et de l’indulgence pour ceux qui deviennent délinquants et n’ont aucune envie de s’enterrer dans la Creuse ou la Lozère….

  3. Les Bretons ont massivement voté Macron. Celui-ci leur doit bien ça. Ils seront les premiers servis et à être récompensés. Au pays d’Astérix, il n’y a plus de Romains mais il reste peut-être encore un peu de potion magique pour bouter l’envahisseur hors de France!

    1. Difficile de ne pas être d’accord avec vous !..
      Et à ce titre, quelque chose me dit que le vent semble tourner de manière exponentielle, et je ne serais pas ébaubi que d’ici peu les choses se renversent, et nous avoient sur le chemin que nous avons perdu depuis de lustres, et dont nous sommes tous nostalgiques !..
      Quant aux bretons … là encore je partage votre avis, et j’avoue voir avec un regard chafouin la déliquescence d’une ville comme Nantes qui a tant soutenu le PS

  4. Je ne comprends pas que monsieur Légasse puisse goutter et nous faire apprécier les mets culinaires de nos régions tout en ignorant à ce point la réalité de la paysannerie française ? La France n’est plus un territoire à conquérir, et ceci , depuis des siècles . Chaque lopin de terre appartient à un paysan, ou fait l’objet de convoitise de son voisin qui veut agrandir sa surface d’exploitation, et améliorer ses rendements . Donc il n’y a peu de chance qu’un africain vienne avec sa binette et son couteau pour s’essayer à l’agriculture locale . Bizarre tous ces gens qui ne savent plus quoi faire pour intégrer des migrants, alors qu’ils ont presque mis la tête sous l’eau d’une partie de leur compatriotes agriculteurs pendant toutes ces années de crises . Pourquoi n’avoir pas proposé ces mesures sociales et professionnelles, clés en main, à des jeunes agriculteurs français, au lieu de les faire crouler sous les dettes ! Je suis comme vous , je me demande si il est le porte-parole de lobbies de l’agroalimentaire , de le restauration et des services, qui voudraient bien se faire de la marge sur le coût du travail, pendant que les français se chargeraient du financement de l’assistant social qui en découlerait nécessairement ! Est-ce que sa compagne goutte autant les réflexions sociétales de son gastronome de mari !

  5. Si j’ai bien suivi l’histoire, à la base, il y a le projet d’une très riche famille qui veut soit disant « faire le bien ». Mais cette famille doit bien tirer ses revenus de placements lucratifs dans des Sociétés. Il faut trouver quelles sont ces Sociétés et les boycotter sans intransigeance. Peut-être réagiront ils lorsqu’ils verront le résultat de leur fumeuse idée.

  6. Question (stupide ???) : qu’est-ce qui empêche aujourd’hui une famille d’immigrés de sonner à la porte d’une mairie de campagne pour faire une demande d’installation assortie d’un engagement à s’insérer dans son environnement communal, par le travail, l’apprentsissage de la langue et l’acceptation de la culture française ?

  7. macron ne chercherait-il pas en vue des championnats du monde de rugby 2023 et de SES J-O 2024 d’envoyer le plus « d’Anglais » semeurs de troubles et agresseurs comme au stade de France vers la province pour en débarrasser la région et la rendre plus « française et non pas anglaise » !
    Je vais vous citer une anecdote qui ne date pas d’hier c’est de mon service militaire. Un ami ingénieur-agronome avait opté pour la coopération, il alla donc passer 2 ans (le tarif pour la coopé, moi 18 mois) en Afrique et avec le personnel sur place, ils avaient réussi à faire pousser un « petit blé » mais avec deux récoltes par an. A leur départ ils ont donné « la recette » au gens du pays. La réponse c’est parce que vous êtes blancs que vous avez pu faire deux récoltes, nous les dieux ne le voudront jamais. Je crois qu’aujourd’hui rien n’a changé ou presque sur ce sujet et ils crèvent toujours de faim. Alors ils viennent en France, et pour cultiver nous dit ce « guignol » que je ne connais ni d’Adam ni d’Eve. Alors….

  8. Périco Légasse, hors de sa spécialité la bouffe, a-t’il une quelconque autorité, un quelconque crédit ? Prépare-t’il une reconversion, vu les prochains temps difficiles ? Y a pas assez d’incompétents chez les hommes politiques, encore un candidat ?

  9. Périco Légasse devrait faire attention à ses déclarations en faveur de la mise au boulot de certains immigrés sur des lopins de terre. Je suis étonné même du manque de réaction des associations pro immigrés qui pourraient bien voir dans ces propositions un retour à l’esclavagisme !

    1. Esclavagisme moderne que l’on nous reprochera plus tard. Jupiter veut mettre beaucoup d’argent (des Français) pour repeupler nos campagnes alors que rien n’a été fait pour retenir la population existante. On sait très bien que les migrants ne viennent pas en France pour travailler mais pour profiter du « bien-être social » très généreux, pour eux.

  10. Heureusement, dans les campagnes, chaque foyer possède au moins un fusil. Ils pourront se défendre contre les égorgeurs et les violeurs musulmans. Par contre, les champs de pommes de terre seront remplacés par des champs de canabis….Perico Légasse est tombé sur la tête, Polony va devoir le faire hospitaliser…. pourquoi pas en Algérie?

    1. Vision réaliste de la future agriculture qui trouvera de nombreux consommateurs parmi les jeunes prochains laboureurs .

  11. C’est vrai ,on va leur donner une faux et un râteau et ils vont admirer les moissonneuses-batteuses de 15 mètres de large chez leur voisin !

  12. Pas si simple l’Agriculture ! Les quelques milliers de Bobos qui se sont risqués à l’exercer en Ardèche ont vite déchanté et élever des chèvres au Larzac est moins simple que de prendre le métro chaque matin pour aller occuper son siège et toucher sa paie en fin de mois.

  13. A la formule « grand remplacement » , je préfère la formule employée par Aimé Césaire à propos de l’arrivée des blancs en Martinique « génocide par substitution. »

  14. Perico Legasse à la ruralité, Benjamin Stora à la mémoire coloniale… il doit bien exister d’autres spécimens, que Macron pourrait réunir dans une commission de la Solution Finale, sous la houlette éclairée de Bayrou, évidemment…

  15. S’ils avaient su cultiver chez eux, ils n’auraient pas eu même envie d’émigrer vers les terres d’autrui . Construire une mosquée dans chaque village breton ne résoudra pas le problème de leurs excédents de naissance mais savent-ils faire autre chose ? Ils se déplacent avec leur problème insoluble .

    1. Labourer et cultiver la terre est davantage pénible que d’attendre les aides devant son poste télé…tracer des sillons est de l’esclavage que ces « futurs africulteurs » ne font pas dans leur propre pays donc pas non plus en terre bretonne.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter