Robert Ménard explique pourquoi il n’apportera pas son soutien à Éric Zemmour pour l’élection présidentielle de 2022, en dépit de toute « l’admiration et l’amitié » qu’il a pour lui. Selon lui, Marine Le Pen est « la seule en position de gagner » et il la soutiendra « par pragmatisme ».

 

 

 

 

Pourquoi avoir pris la décision de ne pas soutenir la candidature d’Éric Zemmour en lui apportant votre parrainage ?

 

Parce que j’ai de l’amitié, de l’admiration, de l’estime pour Éric, parce que grâce à lui, on peut parler d’un certain nombre de sujets qui étaient black-listés dans les médias. Pour toutes ces raisons-là, sa place est indispensable comme polémiste, débatteur, journaliste, éditorialiste. L’imaginer demain chef de l’État, ça n’a pas beaucoup de sens, ça n’a pas de sens du tout ! Ses amis vont le griller journalistiquement pour rien du tout. On a besoin d’Éric pour qu’il nous aide à réfléchir, pour qu’il continue à être un aiguillon pour toute une droite qui oublie souvent de se mettre en danger intellectuellement. Mais l’imaginer être un chef d’État pour la France, en raison des talents qu’il a, c’est se tromper et le tromper.

 

Éric Zemmour pourrait-il représenter cette droite hors les murs que vous appelez de vos vœux ?

 

Je n’ai pas envie de diviser davantage la droite, je ne veux pas quelqu’un qui incarne la droite hors les murs, je veux quelqu’un qui rassemble la droite.

Que veut-on aujourd’hui : gagner ou se faire plaisir ? En train d’entendre des propositions qui nous font plaisir ou bien on veut que demain le chef de l’État soit quelqu’un d’autre qui Emmanuel Macron ?

Les compromis ne sont pas honteux, ils font preuve de sagesse. Qui est la seule en position de faire gagner, non pas toutes nos idées, mais par exemple celle sur la question centrale de l’immigration ? Ce n’est qu’avec Marine Le Pen que je suis d’accord, parmi tous ceux qui peuvent être chef de l’État. Donc je serai derrière elle par pragmatisme.

Je ne fais pas de la politique pour me faire plaisir, je fais de la politique pour gagner. Je ne me présente pas à Béziers pour faire un bon score, je me présente à Béziers pour être maire de Béziers. Là, la bataille est au niveau national et il faut la gagner.

Aujourd’hui on n’a pas d’autres choix que Marine Le Pen, même si j’ai des désaccords avec elle.

 

Vous estimez qu’Éric Zemmour doit se confronter au réel, et pas seulement à des débatteurs…

 

Bien sûr ! Il ne va pas se présenter à la présidentielle pour découvrir la France qu’il ne connaît pas, qu’il ne fréquente pas. Cette élection de 2022, si on la rate, on part pour cinq ans de plus avec Emmanuel Macron. Et au terme de ces cinq ans, il n’aura pas de compte à rendre car il ne peut pas se présenter une troisième fois. Vous imaginez Emmanuel Macron sans aucun garde-fou ? On va aller jusqu’où ? Ça je n’en veux pas !

Marine Le Pen est la seule en position de gagner. Aujourd’hui il ne faut pas se diviser, il faut être tous ensemble. On ne va pas faire la même chose que la gauche qui se divise. Regardez du côté des républicains, c’est une machine à perdre. Et on ferait la même chose ? J’ai passé l’âge des enfantillages !

 

Est-ce que ce n’est pas la candidature de Marine Le Pen qui divise la droite, plus que la candidature Éric Zemmour ?

 

Si vous voulez me dire que l’entourage de Marine Le Pen est une plaie, je suis 1000 fois d’accord. Si vous voulez me dire qu’avec cet entourage-là, si elle ne modifie pas les choses, elle a perdu, vous avez raison. C’est pour ça que je lui ai dit : « Marine, si tu veux gagner, il faut rassurer les Français, il faut faire l’union avec tout un tas de gens et des avec gens comme Éric Zemmour » et il faut sortir de la culture groupusculaire de son parti et de certains de ses conseillers qui nous font perdre des voix chaque fois qu’ils ouvrent la bouche !

27 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.